France Dimanche > Actualités > Brigitte Macron : Son week-end en enfer !

Actualités

Brigitte Macron : Son week-end en enfer !

Publié le 11 août 2017

brigitte-macron

Attaquée de toutes parts, la première dame 
Brigitte Macron doit désormais affronter une violente polémique 
quant à son statut officiel.Attaquée de toutes parts, la première dame 
Brigitte Macron doit désormais affronter une violente polémique 
quant à son statut officiel.

Les vacances d’été sont pour bon nombre de Français le meilleur moment de l’année. Un moment béni durant lequel on met ses soucis entre parenthèses et l’on reprend des forces avant la rentrée… Mais pour certains, il semble bien que ces quelques semaines de repos tant attendues n’apportent aucun répit… Bien au contraire !

Ainsi, le week-end dernier, tandis que les bienheureux aoûtiens prenaient la route vers le Sud ou s’envolaient vers d’autres cieux, Brigitte Macron a sans doute pour sa part vécu l’enfer !

->Voir aussi - Brigitte Macron : C'est Bibi superstar !

Premier coup dur : la naissance, vendredi soir, des jumeaux pandas du zoo de Beauval, a été endeuillée par le décès du plus fragile des deux bébés. Nous vous en avons parlé dans notre précédent numéro, la première dame devait baptiser ces nouveau-nés, comme le veut la tradition dans leur pays d’origine, la Chine.

->Voir aussi - Brigitte Macron : Les bébés qui bouleversent sa vie !

Mais, au-delà de la grande tristesse que madame Macron peut ressentir à l’annonce de cette perte, il y a eu pire. Bien pire. Depuis quelque temps en effet, une pétition lancée sur Internet l’attaque directement, mettant sur la sellette son statut de première dame, dont les contours étaient, jusqu’à présent, plutôt flous.

En effet, les moyens mis à la disposition de la first lady, qui comprennent un bureau, un cabinet et un service de protection, sont actuellement prélevés directement sur le budget de l’Élysée. Un coût estimé par la Cour des comptes, en 2014, à 450.000 euros par an. Or, souvenez-vous, le candidat Macron avait, durant sa campagne, annoncé qu’il souhaitait que ce statut soit redéfini, indiquant notamment : « Il faut que la personne qui vive avec vous puisse avoir un rôle, qu’elle soit reconnue dans ce rôle. »

Une façon comme une autre d’expliquer que le budget alloué à cette fonction serait désormais prélevé sur les deniers des contribuables ! Une évolution qui n’est pas du goût de tous, loin de là ! La pétition, intitulée « Contre le statut de première dame pour Brigitte Macron », adressée au chef de l’État et à son Premier ministre, Édouard Philippe, a été mise en ligne par un certain Thierry Paul Valette il y a quelques jours, et avait été signée, lundi, par plus de 230 000 personnes !

« Dans une période de moralisation de la vie politique française, nous ne pouvons décemment cautionner l’initiative d’un statut spécifique à l’épouse du président Macron », écrit l’auteur de cette pétition, conforté dans sa démarche par un certain nombre de parlementaires.

Éric Coquerel, député Insoumis de Seine-Saint-Denis, a notamment twitté : « Brigitte Macron serait donc une collaboratrice. Pourtant, on va interdire aux députés d’employer leur famille, non ? »

En fin de compte, l’Élysée a renoncé à lui accorder un statut, ce qui exigerait de modifier la Constitution. Brigitte Macron aura droit à une « charte de la transparence ». Mais cela ne l’empêchera pas d’œuvrer pour le bien de ses concitoyens…

Clara Margaux

À découvrir