France Dimanche > Actualités > Claire Chazal : Drame en plein bonheur !

Actualités

Claire Chazal : Drame en plein bonheur !

Publié le 8 février 2018

chazal-claire-20180206

L'émission de Claire Chazal, sur France 5, lui avait permis de tirer un trait sur sa douloureuse éviction de TF1. Hélas, ce terrible scénario pourrait bien se rejouer…

Le 13 septembre 2015, elle tournait l’une des pages les plus pénibles de son existence. Ce jour-là, la gorge serrée, Claire Chazal présentait son dernier JT, sur TF1.

Ce limogeage brutal, après vingt-quatre ans de bons et loyaux services, la journaliste a eu du mal à s’en remettre. Le tourbillon du monde, la sensation si excitante d’être au cœur des événements, la vie d’équipe, tout cela lui manquait terriblement, comme elle le confiait il y a quelque temps dans Télé Star : « J’ai eu des mois difficiles, des moments de cafard, juste après. Notamment lors des attentats du 13 novembre, où je me suis sentie inutile, écartée, ayant beaucoup traité les massacres terroristes de janvier  2015. »

Très vite, heureusement, cette grande dame de la télé a su rebondir. Trois mois après son départ précipité de la Une, elle revenait par la petite porte sur France 5 avec le magazine culturel Entrée libre.


Moins de pression, moins de téléspectateurs aussi, comment l’ex-reine de l’info allait-elle vivre ce changement de rythme, pour ne pas dire de vie ? Très bien, à en croire son grand ami, l’écrivain Philippe Besson. « Son centre d’intérêt majeur, c’est la culture. Elle lit énormément, passe son temps au théâtre, à l’opéra et va voir des spectacles de danse. Elle est épanouie parce qu’elle est au plus près de ce qu’elle veut faire », confiait-il à VSD.

Voilà deux ans que chaque soir à 20 h 20, cette passionnée d’art et de littérature nous fait partager ses coups de cœur avec un enthousiasme contagieux. Comme l’admettait en août dernier dans Paris Match une Claire bien dans sa peau et dans son émission : « Transmettre la culture non élitiste me correspond aujourd’hui totalement. Dans cette émission, je me sens comme un passeur […] qui essaie de mettre en valeur le travail des autres. »

Et visiblement les téléspectateurs en redemandent. Avec une progression de 26 % de l’audimat, en mars dernier, la blonde animatrice pouvait être fière du parcours accompli.

Un bonheur n’arrive jamais seul, dit le dicton. Comblée professionnellement, la séduisante sexagénaire s’est beaucoup rapprochée ces derniers mois de l’un de ses anciens collègues, Nicolas Escoulan. Ce journaliste de 42 ans, aujourd’hui conseiller en charge de la communication auprès du secrétaire d’état Benjamin Grippaux, a en effet travaillé, comme elle, à TF1.

Féru de théâtre et de peinture, ce beau brun au sourire ravageur est un compagnon de sortie idéal pour celle qui se doit d’être à la pointe de la culture. Et le fait est qu’ils ne se quittent plus. On les a ainsi vus tous deux très complices à la générale de Ramsès II aux Bouffes parisiens, admirer bras dessus, bras dessous, les œuvres érotiques de Picasso exposées au musée éponyme, ou encore arpenter, tendrement enlacés, les allées de la Fondation Vuitton…

Pour Claire, que l’on n’avait pas revue accompagnée depuis sa séparation d’avec Arnaud Lemaire, il y a trois ans, l’année 2018 s’annonçait donc sous les meilleurs auspices. Elle s’est hélas ouverte sur un véritable drame. Tout a commencé, il y a quelques jours, avec un article explosif, paru dans le numéro de février du magazine Capital.

Comme chaque année, ce mensuel consacré à l’économie dresse, au terme d’une minutieuse et très sérieuse enquête, le palmarès des animateurs les plus rentables du Paf. Et donc des mauvais élèves qui, à l’inverse, coûtent trop chers aux contribuables. Or parmi ceux-ci qui trouve-t-on ? Yves Calvi, bon dernier avec L’info du vrai qu’il présente sur Canal +, William Leymergie, et son William à midi sur C8, et… Claire Chazal avec Entrée libre !

Première parmi les dernières, un véritable camouflet pour ce modèle d’exigence et de réussite qu’est la journaliste ! Hélas, les chiffres sont implacables : avec 328 000 téléspectateurs en moyenne, ce qui est peu, pour un prix de fabrication élevé, 25 200 euros, Entrée libre est un vrai gouffre ! à titre de comparaison, Jean-Luc Reichmann, qui trône, lui, sur la première marche du podium, réunit près de 3,5 millions de fidèles avec ses Douze coups de midi, émission qui ne coûte à TF1 que 55 000 euros !

Collimateur

Le moins que l’on puisse c’est que cette enquête ne pouvait plus mal tomber pour Claire Chazal !

France Télévisions, dont fait partie France 5, et l’audiovisuel public en général sont en effet dans le collimateur du chef de l’état. Le 5 décembre dernier, devant les députés, Emmanuel Macron poussait un véritable coup de gueule, dénonçant, « la mauvaise gestion, le gaspillage, la médiocrité des programmes et des contenus ». Le lendemain, le gouvernement sommait Delphine Ergote, la présidente de France Télévisions, de limiter drastiquement les dépenses pour 2018…

Pas besoin d’être devin pour comprendre que cette dernière, priée de réduire la voilure de cinquante millions d’euros, va s’intéresser de très près aux émissions les moins rentables… Alors qu’elle pensait être sortie du cauchemar de l’après-JT, Claire Chazal se retrouve à nouveau dans l’œil du cyclone. Un vrai coup de massue, pour ne pas dire de poignard en plein cœur. Heureusement, elle n’est pas tout à fait seule. Il y a les quelque 328 000 personnes qui, chaque soir, sont heureuses de passer ces vingt précieuses minutes en sa compagnie. Mais pour combien de temps encore ?

Lili CHABLIS

À découvrir