France Dimanche > Actualités > Elise Lucet : Elle sème la terreur !

Actualités

Elise Lucet : Elle sème la terreur !

Publié le 4 avril 2018

lucet-elise-20180322

Elise Lucet, l’animatrice de “Cash Investigation”, a pu s’en rendre compte dans un magasin.

La peur semble avoir changé de camp.

Ces derniers temps, nous vous avions relaté la pression constante et les menaces dont faisait l’objet Élise Lucet qui, avec son équipe d’enquêteurs du magazine Cash Investigation diffusé sur France 2 depuis 2012, dénonce les abus et les pratiques frauduleuses de certaines entreprises en traquant leurs auteurs.

La rançon de la gloire

Mais celle qui fait désormais trembler les puissants n’est pas facile à impressionner. Elle serait même plutôt du genre à entrer par la fenêtre lorsqu’on refuse de lui ouvrir la porte !

Une méthode qui a fait ses preuves, mais qui a pour la présentatrice des conséquences pour le moins inattendues.


Dans une interview accordée récemment à Télé 2 Semaines, la Rouennaise de 54 ans vient en effet de relater un épisode à la fois drôle et significatif, lié à la notoriété de son émission. « Je suis allée récemment dans un magasin pour changer la tablette de ma fille, explique-t-elle. Tous les vendeurs et agents de sécurité stressaient et regardaient partout pour savoir où étaient les caméras. Ils ont mis au moins dix minutes à se détendre et comprendre que je venais simplement en tant que mère de famille. »

Et il n’y a pas que dans les magasins que la journaliste sème, bien malgré elle, la terreur.

« Au restaurant, raconte cette tête de Turc des puissants de ce monde, j’ai aussi vu des pdg présents dans la salle changer d’un seul coup d’attitude en me voyant arriver ! »

Craignaient-ils que cette redresseur de torts ne contrôle leurs notes de frais ?

Peut-être… Toujours est-il que, même si elle prend ces anecdotes avec tout l’humour et la distance nécessaires, Élise Lucet paie ainsi, d’une certaine manière, la rançon de sa gloire, elle qui s’agace de l’étiquette de « justicière du Paf » que certains s’obstinent à lui coller à la peau. « Si j’avais une âme de justicière, je serais devenue juge d’instruction. Je ne suis pas non plus Robin des Bois. »

Il n’en reste pas moins vrai que des communicants, dont certains sont des amis, se font désormais embaucher par des sociétés pour apprendre à ne pas tomber dans les pièges des journalistes de Cash Investigation.

Et son sort n’est pas sans rappeler celui de Julien Courbet, pourfendeur des arnaques depuis de longues années qui, voulant réserver une table dans un restaurant, s’est entendu répondre : « On a rendu l’argent ! Foutez-nous la paix ! »

Bref, souhaitons à Élise de faire peur encore très longtemps. Ce sera le meilleur gage de son succès…

Claude LEBLANC

À découvrir