France Dimanche > Actualités > France Gall : Le monde entier lui rend hommage !

Actualités

France Gall : Le monde entier lui rend hommage !

Publié le 8 janvier 2018

gall-france-20180104

France Gall s’est éteinte ce dimanche 7 janvier à l’âge de 70 ans. Après deux ans de combat, son cancer l’a finalement rattrapé. Aujourd’hui, le monde entier pleure l’interprète qui donnait « tout pour la musique ».

Elle s’appelait France, mais à sa mort c’est le monde entier qui a le cœur endeuillé. L’interprète incontournable de « Résiste » a finalement baissé les armes face à la récidive de son cancer du sein après avoir été hospitalisée mi-décembre à l’hôpital américain de Neuilly, près de Paris. Aujourd’hui, bien plus qu’une artiste française, c’est une star internationale qui a rejoint les étoiles.

Née le 9 octobre 1947 à Paris, France Gall démarre la scène très jeune. Son père, Robert, lui-même auteur et chanteur, la pousse sur le devant de la scène dès ses 16 ans. En 1964, la jeune femme remporte un succès retentissant avec son titre « Sacré Charlemagne ». Le monde entier l’acclame : 2ème tube le plus écouté de France, « Sacré Charlemagne » ne s’embarrasse pas de la deuxième place dans les autres pays du globe. En Espagne, en Algérie et en Turquie, il se positionne en tête jusqu’à demeurer deux ans à la première place du box office japonais.

En 1965, ses chansons n’en finissent pas de séduire les foules et elle est sélectionnée pour participer à l’Eurovision. Au côté du grand Serge Gainsbourg, auteur de sa chanson « Poupée de Cire, poupée de son » qu’elle interprète ce soir-là, la jeune femme remporte haut la main le titre devant 17 candidats… dont la France qui n’arrive qu’en troisième place. La jeune femme défendant alors les couleurs du Luxembourg. Le succès est total. L’Europe entière la reconnaît et elle enregistre aussi ce titre en japonais. Cette victoire a pourtant un goût amer pour France Gall, lui coutant l’amour de son compagnon de l’époque, Claude François.

Pourtant, un an après, c’est le début des montagnes russes pour la réputation de la jeune fille de 18 ans. La chanson « Les Sucettes » écrite par Serge Gainsbourg et interprétée par France Gall fait polémique pour son double-sens. La France lui tourne le dos, la poussant vers l’Allemagne.

À la fin des années 60, la célèbre chanteuse trouve refuge dans la langue de Goethe, enchaînant les titres comme « Ein bißchen Goethe, ein bißchen Bonaparte » (« Un peu de Goethe, un peu de Bonaparte ») ou encore « Haifischbaby », une reprise de « Bébé Requin ». Elle ne revient dans l’hexagone qu’en 1972.

Après une relation méconnue de quatre ans avec Julien Clerc, la jeune femme se marie en 1976 avec l’amour de sa vie, le célèbre Michel Berger qui lui écrit de nombreux titres comme « Ella, elle l’a », « Il jouait du piano debout » ou « Evidemment ».

Ensemble, le couple s’ouvre à de nouveaux horizons : celui de l’Afrique. Accompagné de Daniel Balavoine, Richard Berry et Lionel Rotcage, ils fondent Action École, une association qui permet  de construire des milliers d’écoles en Afrique, notamment au Mali. C’est au cours d’un de ses voyages que la jeune femme tombe amoureuse de sa troisième terre d’accueil : Le Sénégal.


Après la mort tragique de son mari (crise cardiaque en 1992) et de sa fille Pauline (mucoviscidose en 1997), la chanteuse décide de ne plus remonter sur scène et de s’évader 6 mois par an dans sa nouvelle maison située à N’Gor, une petite île à côté de Dakar. Là-bas, elle trouve un nouveau foyer à tel point que le chanteur et homme politique sénégalais Youssou N’Dour la qualifiait ce week-end dans les colonnes du Parisien de « la plus Sénégalaise des Françaises ».

Là-bas, elle ouvre un petit restaurant, un cabanon-crêperie nommé Noflaye. Un habitant de l’Île se souvient et confie à Paris Match : «  Elle était d’une générosité extraordinaire et très discrète. C’était la première a participer pour faire avancer l’île et pour participer aux actions caritatives. »

D’après l’AFP, depuis dimanche, les fans sont tenus à l’écart de la demeure aux murs jaunes. Le jour de sa mort, son restaurant, volets clos, affichait sobrement cette note : « Pour cause de décès de France Gall, le restaurant sera fermé pour deux jours », illustrant la douleur partagée par les habitants du Sénégal et les Français.

Aujourd’hui, les hommages viennent de l’intégralité du globe : anciens amants, amis de la star, artistes de l’ancienne génération aussi bien que de la nouvelle, hommes politiques de tous les pays, fans sénégalais, français ou encore japonais prennent la parole pour l’honorer, nous rappelant avec force que notre France était au monde entier.  

Julia NEUVILLE

À découvrir