France Dimanche > Actualités > Gilbert Rozon : Il ne fait plus rire personne !

Actualités

Gilbert Rozon : Il ne fait plus rire personne !

Publié le 28 octobre 2017

rozon-gilbert-20180226

Accusé d’agressions sexuelles par neuf femmes, Gilbert Rozon, le roi de l’humour, est dans la tourmente.

Depuis que le magnat hollywoodien Harvey Weinstein est accusé de harcèlement sexuel et de viols, c’est peu de dire que la parole s’est libérée. Il ne se passe pas un jour, pas une heure même, sans qu’une femme ne dénonce les pratiques odieuses de mâles dominants, abusant de leurs pouvoirs pour satisfaire leurs désirs.

Les réseaux sociaux, en particulier Twitter avec le hashtag Balancetonporc en France et MoiAussi au Québec, sont un exutoire pour toutes celles qui, jusqu’alors, n’osaient pas raconter leurs expériences traumatisantes. Dans l’Hexagone, les noms des coupables n’ont été cités que dans le monde politique.

Gravité

En revanche, un véritable tremblement de terre vient de se produire au Canada, dans la Belle province. Car outre-Atlantique, deux têtes viennent de tomber.

Celle d’Éric Salvail, animateur et producteur célèbre dans son pays mais inconnu des Français. Ce qui n’est pas le cas de Gilbert Rozon, lui aussi dans l’œil du cyclone, pape de l’humour, fondateur du festival Juste pour rire à Montréal et qui produit une bonne centaine d’artistes dans le monde entier.


L’homme a eu dans son écurie une Florence Foresti débutante, mais aussi Franck Dubosc, Laurent Ruquier, Anne Roumanoff. Il était aussi l’un des piliers du jury de La France a un incroyable talent, dont la douzième saison devait débuter cette semaine sur M6.

Mais ça, c’était avant. Avant que pas moins de neuf femmes ne témoignent dans le journal Le Devoir en date du mercredi 18 octobre, puis sur les ondes de la radio 98.5 FM, avoir été victimes de la part de Rozon d’actes qui, devant un tribunal, pourraient être qualifiés d’agressions sexuelles ou de viols.

Les faits rapportés remontent parfois à une trentaine d’années et sont dans certains cas prescrits. Ces histoires font cependant froid dans le dos. Telle celle de Salomé rapportée par Le Parisien. La comédienne affirme avoir été agressée au cours d’une fête, alors qu’elle n’avait que 14 ans : «Gilbert, qui était très intoxiqué, m’a agrippée et a passé sa main sous ma robe, se souvient-elle. Il a glissé un doigt dans ma culotte.»

Quand à Lyne, réalisatrice, elle n’oubliera jamais son rendez-vous avec Rozon, qui remonte à 1982, mais auquel elle ne peut toujours pas songer sans qu’un frisson ne lui parcoure l’échine. «Il me saute dessus, baisse ma culotte. […] J’étais paralysée. J’ai eu la peur de ma vie, j’ai eu peur de mourir. […] Je l’ai laissé faire, j’ai attendu qu’il finisse.»

Et lundi dernier, c’était au tour de Julie Snyder, animatrice vedette, qui avait même présenté une émission sur France 2, Vendredi c’est Julie, au début des années 2000. Si le producteur refuse pour l’instant de répondre à toutes les sollicitations d’interviews depuis le début de cette affaire dont on mesure aujourd’hui l’extrême gravité, il a toutefois réagi d’emblée.

D’une part en démissionnant de toutes ses fonctions, notamment celle de dirigeant du groupe Juste pour rire et, d’autre part, en diffusant un communiqué dans lequel il semble faire acte de contrition : «Ébranlé par les allégations me concernant, je souhaite consacrer tout mon temps à faire le point. À toutes celles et ceux que j’ai pu offenser au cours de ma vie, j’en suis sincèrement désolé.»

Cauchemar

S’il est encore trop tôt pour préjuger des suites judiciaires de ce scandale, l’on peut en revanche s’étonner de la mansuétude dont Gilbert Rozon a pu bénéficier par le passé de la part de la justice, mais aussi d’une profession dans laquelle cet homme était tout puissant. Ainsi, en 1998 déjà, le producteur avait été poursuivi et avait plaidé coupable pour une agression sexuelle sur une jeune fille de 19 ans.

En appel le tribunal lui avait accordé une absolution inconditionnelle, c’est-à-dire que, sans être blanchi, sa condamnation ne figurerait pas à son casier judiciaire. Ce qui lui a permis de continuer ses activités, entre autres aux États-Unis.

Étonnant non ? Mais la célèbre journaliste canadienne Denise Bombardier va plus loin : «Tout le monde savait que Gilbert Rozon avait ce genre de pratiques, a-t-elle déclaré, toujours dans Le Parisien. Le show-business l’a protégé comme l’église catholique protège ses prêtres pédophiles

Malgré les prescriptions et le fait qu’il reste aujourd’hui présumé innocent, pas sûr que la loi du silence ne suffise à le sauver cette fois. Si toutefois le producteur devait échapper à la prison, sa réputation, elle, semble ruinée. Preuve en est la décision de M6 de déprogrammer, quitte à perdre deux millions d’euros, La France a un incroyable talent, dont les cinq épisodes avec Rozon ne seront pas diffusés Les deux autres seront tournés avec les jurés habituels plus un invité, les chanteurs Amir et Soprano. Et les émissions déprogrammées seront remplacées par Recherche appartement ou maison et Cauchemar en cuisine.

Le cauchemar de Rozon, lui, ne fait que commencer…

Claude LEBLANC

À découvrir