France Dimanche > Actualités > Jean-Pierre Pernaut : Accusé de mensonges !

Actualités

Jean-Pierre Pernaut : Accusé de mensonges !

Publié le 20 février 2018

pernaut-jean-pierre-20180213

Le journaliste vedette Jean-Pierre Pernaut a asséné en direct des affirmations 
mal vérifiées…

Qui n’a pas entendu parler de l’affaire Alexia Daval au cours de ces derniers mois ? Que ce soit dans les journaux, à la télévision ou à la radio, toutes les rédactions ont évoqué l’horrible meurtre de cette femme de 29 ans, en octobre 2017, tuée alors qu’elle faisait un jogging, dans un bois non loin de chez elle, en Haute-Saône.

Depuis la découverte de son corps calciné, son mari, Jonathan, épaulé par sa famille et notamment par les parents de la défunte, auxquels il était très attaché, semblait inconsolable, perdu, au fond du trou…

Mais le 30 janvier, une enquête minutieuse l’a forcé à passer aux aveux, et ce soudain dénouement a de nouveau enflammé l’opinion publique, informée quasi en temps réel par les médias des implications de ce rebondissement.

Un emballement autour de l’arrestation de celui qui s’accuse d’avoir étranglé sa femme après une violente dispute dénoncé par Edwige Roux-Morisot, la procureure de Besançon, le 1er février, lors d’une conférence de presse :
« Derrière cette histoire que l’on déroule de façon indécente, se joue le destin d’un homme qui doit bénéficier de la présomption d’innocence, bafouée chaque jour depuis son interpellation, a déclaré la magistrate. Il faut rappeler qu’il a le droit de modifier ses déclarations, de les préciser, de les ajuster, et ce tout au long et jusqu’à l’issue de l’information judiciaire. La présomption d’innocence que l’on bafoue, c’est son procès que l’on fixe déjà, son profil psychologique que l’on évalue… »

Elle regrette par ailleurs que la mémoire de la victime, « morte il y a si peu de temps, dans des conditions terribles, [soit] chaque jour un peu plus salie ».

Une juste colère, très peu relayée par les autres chaînes, mais que Jean-Pierre Pernaut, a, lui, choisi d’évoquer dès le lendemain, concluant fièrement la séquence par ces mots : « Et c’est pourquoi dans ce Journal de 13 heures nous n’en avons pas parlé. »


Les infos de la mi-journée sur TF1 auraient donc été les seules à respecter le secret de l’instruction dans ce dossier, évitant la surenchère et préférant faire preuve de discrétion ?

« Vraiment ? », rétorque le site du Huffington Post, qui s’est empressé de répertorier le nombre de fois où cette sombre histoire a été détaillée par le présentateur depuis les aveux de Jonathan Daval.

Ainsi le site d’infos a-t-il visionné tous les JT de 13 heures de TF1 cette semaine-là et réalisé que l’affaire avait évoquée… à chaque fois !

Mémoire

Le journaliste aurait-il menti ? Aurait-il osé travestir la vérité devant ses millions de fidèles téléspectateurs qui boivent ses paroles depuis si longtemps ?

Difficile à croire, à une époque où toutes les images sont enregistrées, et peuvent être revues à la demande, à la télévision ou sur Internet, aussi souvent qu’on le désire… Mais alors ?

Le présentateur de 67 ans aurait-il pu tout simplement oublier qu’il avait parlé si souvent de cette sinistre affaire ? Cela semble aussi peu probable de la part d’un grand professionnel tel que lui.

Certes, à partir d’un certain âge, notre mémoire nous joue parfois des tours, mais tout de même pas au point d’effacer de l’esprit de JPP les informations diffusées la veille dans son JT !Pour sa défense, la direction de TF1, contactée par l’équipe du Huffington Post a indiqué que Jean-Pierre faisait simplement référence à « la folie médiatique » dénoncée par la procureure et qu’il tenait simplement à montrer que son Journal avait parlé de l’affaire de façon moins insistante que d’autres.

Et il est vrai qu’à y regarder de plus près, TF1 s’est montrée plus sobre que les chaînes concurrentes. Ainsi, le lundi 29 janvier, jour de l’interpellation du suspect, le 13 heures de France 2 consacre deux minutes à ce sujet ; le 12/13 de France 3, quatre minutes et trente-quatre secondes ; et le JT de M6, champion toute catégorie, s’étale pendant neuf minutes ; quand Jean-Pierre Pernaut n’a évoqué les aveux de Jonathan Daval que pendant trente secondes.

Si l’on peut admettre que JPP n’a pas fait de surenchère, ce qui est tout à son honneur, il n’en reste pas moins vrai que, toujours selon le Huffington Post, le journaliste a toutefois, comme les autres, divulgué, la semaine dernière, des éléments protégés par le secret de l’instruction, et ébranlé la fameuse présomption d’innocence chère à la procureure de Besançon, dans un micro-trottoir où le mari d’Alexia est traité de manipulateur…

Clara MARGAUX

À découvrir