France Dimanche > Actualités > Koh-Lanta : Julie “Je n’ai pas fait Koh-Lanta pour devenir célèbre !”

Actualités

Koh-Lanta : Julie “Je n’ai pas fait Koh-Lanta pour devenir célèbre !”

Publié le 4 novembre 2016

julie

  � Originale et volubile�, Julie, la Perpignanaise de 38 ans a marqué les esprits des téléspectateurs de Koh-Lanta et voudrait désormais s’orienter vers la comédie…� Originale et volubile�, Julie, la Perpignanaise de 38 ans a marqué les esprits des téléspectateurs de Koh-Lanta et voudrait désormais s’orienter vers la comédie…

Il suffit de la voir hurler de rage, verser une larme, ou pousser la chansonnette, pour comprendre que la Perpignanaise vit pleinement son aventure à Koh-Lanta. Une chose est sûre, malgré la faim et la fatigue, l’assistante dentaire de 38 ans fait preuve d’un sacré courage et entend bien se battre jusqu’au bout. N’en déplaise à ceux qui se moquent d’elle.

France Dimanche (F.D.): Après avoir déjà tenté votre chance dans l’émission Nouvelle star en 2004, vous voilà l’un des personnages les plus marquants de Koh-Lanta

Julie (J.): Attention, je n’ai pas fait cela pour devenir célèbre ! J’ai certes envie de percer dans le milieu artistique, mais pour y arriver, il y a d’autres moyens, plus directs. En plus, il faut reconnaître qu’il n’y a rien de très glamour à participer à ce jeu : on maigrit, on a des cernes, les poils poussent… Si je suis là aujourd’hui, c’est vraiment parce que j’avais en moi ce tempérament d’aventurière.

->Voir aussi - Koh-Lanta : Alexandra "Contrairement aux apparences, je suis très rigolote !"

F.D.: Comment vous trouvez-vous à l’écran?

J.: Je me découvre comme tout le monde, émission après émission. J’ai certes parfois des réactions qui peuvent surprendre, mais ça me ressemble. Je suis en effet très émotive. De plus, la fatigue et la faim accentuent nos réactions. Mais j’assume complètement !

F.D.: Comment acceptez-vous les critiques?

J.: Sur le camp, certains ont pu dire au début que j’étais un peu folle ou qu’on était « plusieurs dans ma tête ». Je réalise qu’au fil du temps, ils ont appris à me connaître et finissent par m’apprécier telle que je suis. Sinon, depuis que je suis rentrée en France, les gens m’arrêtent dans la rue pour m’embrasser ou me prendre en photo. Je n’en reviens pas de tout cet amour qu’on me donne. Quant à ceux qui se moquent de moi, ils préfèrent rester derrière leur écran d’ordinateur pour le faire. C’est un peu lâche. Les commentaires désagréables sur les réseaux sociaux m’indiffèrent. Ça me fait même sourire. Je préfère me concentrer sur les personnes qui me veulent du bien.

F.D.: Avez-vous été déçue de ne pas avoir pu profiter du confort gagné par les Rouges lors du dernier épisode?

J.: Après coup, je comprends que mes anciens compagnons aient choisi Alexandra. Elle a beau être une ex-Jaune, elle était en meilleure forme que moi. Mais comme j’essaie de voir toujours le côté positif des choses, j’étais réellement heureuse toute seule sur « mon » île. Durant quelques instants, j’avais l’impression qu’elle m’appartenait ! Cela dit, j’aurais bien aimé profiter, comme eux, d’un bon repas et d’une bonne nuit dans un grand hôtel. Tout comme j’aurais adoré visiter un village local et porter un bébé dans mes bras comme l’a fait, par exemple, Ludivine.

F.D.: Justement, où en est votre projet de fonder une famille avec Benjamin, votre mari?

J.: Je lui en avais certes parlé lors du fameux coup de fil sur le camp, mais ce n’est plus vraiment d’actualité. Nous avons actuellement d’autres priorités, comme l’achat d’une maison qui va nécessiter quelques travaux. Et puis j’ai décidé de quitter mon poste d’assistante dentaire dans le cabinet de mon mari pour embrasser une carrière artistique, dans la chanson ou, pourquoi pas, la comédie. Je rêve de m’inscrire dans une grande école de théâtre. J’ai la chance d’avoir un époux compréhensif qui me soutient dans mes projets.

F.D.: Koh-Lanta aurait-il été un déclic?

J.: Absolument ! Cette aventure m’aura permis de me m’affirmer et de révéler mon côté artistique, après une vingtaine d’années passées dans le milieu médical. C’était déjà un rêve de participer à Koh-Lanta. Et de me retrouver face à Denis Brogniart, c’était vraiment la cerise sur le gâteau !

Philippe Callewaert

À découvrir