France Dimanche > Actualités > Mylène Farmer : Agressée chez elle par trois tueurs !

Actualités

Mylène Farmer : Agressée chez elle par trois tueurs !

Publié le 4 février 2018

farmer-mylene

Mylène Farmer n’est pas près d’oublier cette nuit d’horreur où des meurtriers se sont introduits dans la maison dont elle venait d’hériter…

Trente ans, trente ans déjà que cette chanteuse iconique, inclassable, déchaîne les passions. Ses fans se comptent par milliers, ses spectacles affichent complet, et chacun de ses albums fait un carton. Son univers étrange, fantasmagorique, aussi sombre que sa chevelure est flamboyante, ainsi que son culte du secret continuent de fasciner les foules et nombre de jeunes artistes, tel le rappeur Maître Gims qui avouait, il y a quelque temps, rêver de travailler avec elle.

Hélas, l’interprète de Libertine a également suscité des désirs plus morbides. En novembre 1991, un homme, désespéré que son idole ne réponde pas à ses nombreuses lettres, se rendait chez Polydor, sa maison de disques, et abattait le réceptionniste d’un coup de fusil, parce qu’il refusait de lui donner l’adresse privée de la star.


Ce drame avait profondément marqué la chanteuse, qui depuis avait, hormis pour ses concerts, drastiquement limité ses apparitions publiques. Déjà très discrète, elle était alors devenue une véritable tombe, se drapant dans un silence et un mystère dont elle ne s’est plus jamais départie. Des précautions infinies destinées à éviter d’autres terribles débordements…

Aurait-elle ces derniers temps baissé la garde, a-t-elle été un peu moins vigilante ? Toujours est-il que vingt-six ans après ce crime odieux, l’artiste a de nouveau dû affronter un déchaînement inouï de violence. Et cette fois, c’est à sa propre personne et à deux de ses proches que ses agresseurs, car ils étaient plusieurs, s’en sont pris !

La chanteuse a hérité de sa tante d’une belle demeure à Winnipeg, au Canada, dont elle est originaire. Hélas, sa joie de retrouver son pays natal a très vite viré au plus atroce des cauchemars ! La nuit suivant son arrivée dans les lieux, des meurtriers patibulaires et armés jusqu’aux dents ont forcé la porte. Déchaînés, aveuglés par la haine et le désir de nuire, ils ont, avec une férocité insensée, sauvagement agressé les trois malheureuses.

Nous vous épargnerons les détails atroces de cette sanglante bataille pour survivre… pour la bonne raison que vous pourrez les découvrir, de vos propres yeux, sur grand écran, à partir du 14 mars prochain. Car heureusement, les horreurs endurées par Mylène et ses deux comparses ne sont que de la fiction ! Ghostland, réalisé par le Français Pascal Laugier, marque en effet le grand retour de la star au cinéma. Dans ce thriller où le fantastique flirte avec l’horreur, Mylène incarne Pauline, une mère de famille prête à tout pour sauver la vie de ses deux filles, interprétées par Crystal Reed et Anastasia Phillips…

Frissons

Un rôle pour lequel l’artiste s’est impliquée à fond. Pas question de revivre l’expérience désastreuse qu’a été son premier film, Giorgino, réalisé par son compagnon de l’époque, Laurent Boutonnat. Étrillé par la critique, boudé par le public, ce long-métrage sorti en 1994 a été un échec cuisant, tant sur le plan artistique que financier. Pas étonnant donc, comme elle le confiait dans Gala en mai dernier, que Mylène ait attendu plus de vingt-quatre ans avant de remettre le couvert !

Et cette fois, elle a mis toutes les chances de son côté ! Séduite par le scénario, la star l’était aussi par le talent de Pascal Laugier, maître du film d’horreur, à qui l’on doit notamment The Secret, avec Jessica Biel. En 2015, elle lui avait confié la réalisation du clip de sa chanson City of Love. C’est donc en toute confiance qu’elle s’est engagée à son côté dans cette fantomatique et trépidante aventure…

Désireuse de se montrer à la hauteur, Mylène a beaucoup travaillé pour ce rôle, n’hésitant pas à appeler son ami Vincent Lindon, qu’elle a connu au cours Florent, à la rescousse. Outre ses précieux conseils, ce dernier lui a suggéré d’embaucher son propre coach, avec lequel la belle rousse a répété, appliquant à la lettre ce que lui avait dit un jour Claude Berri : « Mylène, si tu connais ton texte à la virgule près, ainsi que les répliques de tes partenaires, tu pourras tout oublier et t’abandonner. »

Nul doute que ce labeur acharné et l’exigence artistique dont Mylène Farmer a toujours fait preuve ont porté leurs fruits et que, n’en déplaise aux âmes trop sensibles, frissons et plaisir seront au rendez-vous. Un seul bémol : il faudra encore attendre deux mois avant de découvrir une nouvelle facette de cette artiste fascinante…

Lili CHABLIS

À découvrir