France Dimanche > Actualités > Sheila : En plein naufrage !

Actualités

Sheila : En plein naufrage !

Publié le 6 janvier 2018

sheila

Bouleversée par la disparition de son fils, Sheila, qui pensait trouver du réconfort auprès de son public, a vécu une terrible 
humiliation .

«Dans la vie, soit on s’écroule, soit on se bat », confiait-elle à Paris Match le 2 novembre dernier. Quatre mois plus tôt, le monde – son monde – s’écroulait, avec la mort de son fils unique, Ludovic. Le 7 juillet, à 42 ans, après avoir absorbé un cocktail de cocaïne et de benzodiazépine, ce dernier tirait sa révérence. Y a-t-il drame plus épouvantable pour une mère que de perdre son seul enfant ?

Oui. Celui d’être seule à porter cet indicible chagrin. « Je n’ai plus de parents, je n’ai plus d’enfant », tel était le terrible constat que Sheila, en larmes, faisait à nos confrères. Pourtant, malgré son désespoir, l’artiste a tenu bon. Un mois et demi après la tragique disparition de Ludovic, elle remontait sur scène. Celle de l’Alhambra où, le 16 août, elle donnait un concert bouleversant, s’achevant sur ce titre, composé alors qu’elle était enceinte, Aimer avant de mourir.

L’amour, à 72 ans, la chanteuse en a encore tant à donner… et à recevoir. Car son public est là, fidèle, chaleureux, et c’est à lui qu’elle doit de rester toujours debout, pour lui qu’elle continue à se battre, comme elle s’en expliquait récemment : « Je chante. Parce que les gens m’aident. Je ne fais pas ça pour avoir de l’admiration, je fais ça pour survivre. »

C’est pour cette raison qu’en novembre, Sheila a accepté de renouveler sa participation à la croisière Âge tendre. Voilà trois ans qu’elle a intégré ce show qui réunit les idoles des années 60 et 70, une aventure qui, jusqu’alors, lui a donné beaucoup de joie, comme elle le confirmait en février dernier, dans Télé 7 Jours : « Je kiffe, je suis avec des gens que je considère comme des amis et il y a une ambiance de rêve  ! »

Cauchemar

Avait-elle présumé de ses forces ? Cette ambiance de fête, qu’elle aime tant d’ordinaire, lui a-t-elle semblé insupportable, comme il arrive parfois lorsqu’on a le cœur trop lourd ? Elle qui pensait trouver oubli et réconfort au sein de cette joyeuse équipe, composée entre autres, par Hugues Aufray, Marcel Amont, Charles Dumont, Dave, Nicoletta, Marie-Paule Belle, Stone… a en effet vécu un véritable cauchemar, pour ne pas dire un naufrage !

À peine embarquée à bord du paquebot MSC Splendida, l’interprète de Vous les copains, je ne vous oublierai jamais s’est isolée, murée dans une solitude que seule Isabelle Aubret est parvenue à rompre. Ce choix, les autres artistes, connaissant le drame qu’elle venait de vivre, l’ont respecté.

Sans doute certains ont-ils espéré que le contact avec le public, ces 3 000 passagers qui avaient déboursé près de 1 100 euros pour passer quelques jours avec leurs idoles, allait dérider leur amie. Hélas, il n’en a rien été…


Ce 10 novembre, comme avant la plupart des concerts donnés sur le bateau, une séance de dédicace était organisée. Sheila, qui devait chanter ce soir-là, était impatiemment attendue par ses fans. Ils étaient nombreux en effet à avoir fait la queue, dans l’espoir de repartir avec ce précieux souvenir : un petit mot, signé de la main de la chanteuse.

Le plus souvent, ce court instant d’intimité partagé avec celui ou celle qui est venu l’applaudir est un plaisir pour l’artiste. Ce soir-là, ce n’était pas le cas pour Sheila. Aurait-elle dû annuler, avouer à la foule qui l’attendait qu’elle n’était pas en état d’honorer cette séance, initialement prévue pour durer 1 h 30 ?

Ses fans l’auraient sûrement compris. Au lieu de quoi, la chanteuse, voulant coûte que coûte respecter son engagement, s’est présentée pour repartir, sans plus d’explication, à peine un quart d’heure après, laissant en plan des centaines de personnes déçues, blessées, voire en colère.

Désemparée

Cette colère, loin de se calmer, a atteint son paroxysme avant l’entrée en scène de Sheila. En effet, toute la salle huait, hurlait, sifflait, au point que Christophe Dechavanne, producteur de la tournée et de la croisière Âge tendre, a dû monter sur scène pour calmer le public !

L’hostilité s’est heureusement apaisée lorsque la chanteuse a courageusement entamé son tour de chant. Par chance, la tournée s’achevait le lendemain, ce qui a évité à Sheila de vivre d’autres douloureux moments. Hélas, le 6 décembre, moins d’un mois après son retour sur la terre ferme, la star affrontait un nouveau coup dur.

La disparition de Johnny, avec lequel elle a partagé tant de bons moments… De folles soirées de fête dans la boîte de nuit Keur Samba, mais aussi les émissions de Maritie et Gilbert Carpentier, où ils ont notamment chanté en duo Elle est terrible, et Mon p’tit loup. Comme elle s’en est ouverte au Figaro : « La disparition de Johnny crée un énorme vide. Je suis si désemparée. »

Au Casino de Paris, où elle se produisait le 8 décembre, Sheila a rendu un vibrant hommage à son « pote » disparu, en interprétant le titre Johnny, Sylvie, Cloclo et moi. Ce soir-là, en parfaite osmose avec son public, la chanteuse a pu constater à quel point ses fans – même s’ils ne la comprenaient pas toujours – l’aimaient.

Elle leur avait demandé de l’aide pour ce refrain chargé de tant de souvenirs. Et ils étaient des milliers à chanter à l’unisson, avec le désir de partager sa peine autant que leur bonheur d’être là, avec elle…

Lili CHABLIS

À découvrir