France Dimanche > Actualités > Stéphane Rotenberg : Le survivant de l’extrême !

Actualités

Stéphane Rotenberg : Le survivant de l’extrême !

Publié le 9 avril 2018

rotenberg-stephane-20180329

De retour sur M6 avec “Wild”, une nouvelle émission d’aventure en milieu hostile, Stéphane Rotenberg a souffert le martyre.

Pour notre plus grand plaisir, en ce début d’année 2018, Stéphane Rotenberg est partout et sur tous les fronts !

Aux commandes des toqués de la 9e saison de Top chef depuis le 31 janvier dernier, l’animateur a aussi repris la route de Pékin express, plébiscité par les téléspectateurs et qui revient après quatre ans d’absence sur M6.

Insatiable baroudeur, cet homme curieux des merveilles de la nature ne sera pas, cette année, en manque de poussées d’adrénaline puisqu’il nous a concocté un nouveau programme : Wild, la course de survie.

Une aventure encore plus folle et périlleuse que celles proposées par Mike Horn et ses virées A l’état sauvage !

Difficile à croire, quand on a vu dans quels tourments ce surhomme sud-africain – qui a, lui, décidé d’arrêter les frais ! – plonge les stars qu’il emmène dans les contrées les plus reculées !

Et pourtant, Stéphane, qui n’en est pas à sa première virée en terre inamicale et n’a, de plus, rien d’une mijaurée, a affirmé dans les pages de Télé 7 jours que c’était l’expérience la plus rude, la plus difficile qu’il ait vécue !


« Ce programme, imaginé par Thierry Guillaume [producteur de Pékin express, ndlr], est le plus extrême que j’ai fait, a confié l’aventurier cathodique. On a voulu bousculer le genre en associant sept experts à sept novices lors d’une course au Botswana, dans le désert du Kalahari ou la jungle amazonienne. »

Morphine

Et justement, c’est pendant le tournage du jeu, en Amérique du Sud, que Stéphane a connu l’une des plus pénibles épreuves de son existence…

Dans cet environnement d’une infinie beauté mais à l’hostilité exceptionnelle, sa rencontre avec un tout petit insecte affublé d’une très grosse « puissance de tir » aurait pu lui être fatale !

« Je me suis fait piquer par une fourmi “balle de fusil” qui inflige à sa victime une douleur proche d’une blessure par balle », a encore confié Stéphane.

En effet, selon les spécialistes, la Paraphera cravata, de son nom scientifique, ne mesure que quelques centimètres, mais sa piqûre est la plus douloureuse du monde.

Et cet incident a valu à notre casse-cou de passer une journée entière sous morphine ! « Ça fait très très mal, a-t-il également raconté dans Télé-Loisirs. Je ne fais pas le fier, même si j’ai eu de la chance. C’était à travers ma chemise, donc la douleur a été moins intense et a duré moins longtemps. »

Autre étape difficile pour l’animateur lors de ce voyage au cœur de la forêt bolivienne, l’altitude extrême et les désagréments qu’elle cause à l’organisme, même aux plus préparés : « Avec l’équipe de tournage, nous avons beaucoup souffert lors de notre passage dans la cordillère Royale, en Bolivie, à plus de 4 000 m d’altitude. Quand tu perds 40 % de l’oxygène, chaque pas est difficile, et ton cerveau marche au ralenti. Il fallait longuement réfléchir juste pour retrouver le code de nos portables ! »

Pour ce papa d’Emma, âgée aujourd’hui de 20 ans, on imagine combien le fait de ne pas pouvoir utiliser son téléphone pour lui donner des nouvelles aurait pu être une torture. Car celui qui aime tellement partir à la découverte de notre planète, pour les besoins de son métier, n’en oublie pas pour autant ses devoirs de père.

Même si, bien sûr, souvent retenu à l’autre bout du monde, le présentateur a, à son grand regret, fréquemment brillé par son absence : « Je suis conscient que ce pouvait être compliqué pour ma fille quand elle était petite, a encore expliqué Stéphane. J’ai raté quelques anniversaires à cause de Pékin express. »

Aujourd’hui, Mlle Rotenberg a grandi et s’est envolée vers ses propres aventures.

Elles l’ont menée vers le métier de styliste et lui ont permis de créer sa collection de vêtements. Une vocation née lors d’un défilé de la Fashion Week, où son père l’avait emmenée alors qu’elle n’avait que 14 ans…

« Emma a quitté la maison à 17 ans pour étudier, puis pour travailler en Italie. Grâce aux moyens de communication, j’ai un contact quasi quotidien avec elle quand je suis loin. Elle a 20 ans, mais elle reste mon enfant. Je lui envoie souvent des “Tu me manques”. »

Des messages tendres que le présentateur doit probablement continuer de lui adresser, lui qui est en train de finaliser le tournage d’un nouveau jeu d’aventure, The Bridge, produit par Endemol Shine France, dans lequel des candidats doivent construire un pont pour tenter de remporter 100 000 €.

Encore une émission pleine de rebondissements que celui qui aime tant être en contact avec la nature vous proposera dans les prochains mois sur M6…

Clara MARGAUX

À découvrir