France Dimanche > Actualités > Tatiana Silva : Elle a surmonté
 les pires drames !

Actualités

Tatiana Silva : Elle a surmonté
 les pires drames !

Publié le 14 août 2017

tatiana-silva

Celle qui fait désormais la pluie et le beau temps sur TF1 a traversé de sacrées zones de  dépression. Heureusement pour Tatiana Silva, le vent a tourné.Celle qui fait désormais la pluie et le beau temps sur TF1 a traversé de sacrées zones de  dépression. Heureusement pour Tatiana Silva, le vent a tourné.

Une silhouette de rêve magnifiée par des tenues très sexy, une longue chevelure et une peau délicieusement ambrée, Tatiana Silva, la nouvelle Miss Météo de TF1, a de sacrés arguments pour faire monter la température d’un cran. Depuis le 10 mars, celle qui est devenue en un temps record la femme la plus regardée de France affiche toujours la même bonne humeur, qu’il pleuve ou qu’il vente !

Mais tout n’a pas toujours été rose pour la charmante remplaçante de Catherine Laborde. L’ancienne Miss Belgique a même dû faire face à des épreuves terribles qui auraient pu la laisser à terre. Qui soupçonnerait que derrière ce sourire éclatant se cache un passé très douloureux ? Dans Télé 7 Jours, la sublime créature dévoile des bribes de son parcours chaotique, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle revient de loin.

->Voir aussi - Catherine Laborde : Ses confessions érotiques

Si Tatiana a obtenu la majorité anticipée à 16 ans, ce n’était pas pour partir vivre sa vie à l’écart d’un foyer familial étouffant, comme c’est souvent le cas pour bon nombre d’adolescents. Elle est devenue, à peine sortie de l’enfance, majeure avant ses 18 ans pour une tout autre raison. À cet âge-là, la présentatrice a déjà connu une épreuve des plus traumatisante : la perte d’un parent. Qu’il survienne de façon soudaine ou après une longue maladie, le décès de ceux à qui l’on doit la vie marque un tournant dans l’existence.

Brutal

Et pour la nouvelle tornade de TF1, ce cataclysme est advenu l’année de ses 16 ans. Née d’une maman belge et d’un père d’origine cap-verdienne, elle vit une enfance heureuse en Belgique. L’ambiance est très joyeuse à la maison, on y parle créole en dégustant une bonne cachupa, le plat traditionnel du Cap-Vert, sorte de ragoût à base de maïs et de haricots. On chante, on danse, on rit… Dans cette famille de bons vivants, c’est un peu tous les jours la fête.

Or cette belle harmonie se fissure lorsque le papa retourne dans son pays. Tatiana encaisse le choc. Mais quand sa maman lui apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du sein, le coup est encore plus dur. S’en suivent de longs mois durant lesquels l’adolescente espère toujours une issue heureuse. Cette épreuve d’une incroyable dureté fait voler en éclats sa belle insouciance, comme elle le raconte à Paris Match : « Ma mère a appris qu’elle souffrait d’un cancer du sein quand j’avais 14 ans. À cet âge-là, on a plus envie de butiner que de courir les magasins à la recherche d’une perruque. C’est difficile à vivre. »

Malheureusement, les chimiothérapies à répétition qui laissent sa pauvre maman très affaiblie n’ont pas raison du mal. Arrive le jour maudit où la mort vient lui ravir la personne qu’elle chérit le plus au monde. Dans sa détresse infinie, Tatiana ne peut même pas compter sur le soutien de son père. Un papa lointain qui disparaîtra à son tour en 2012, succombant à une crise cardiaque. « Il m’appelait du Cap-Vert, mais ce n’était pas la même chose, explique-t-elle à Paris Match. Mes parents avaient divorcé depuis des années… Il s’en est toujours voulu de ne pas avoir été là pour moi à ce moment-là. Il stressait à l’idée de ce que j’allais devenir. »

Pour celle qui ensoleille notre été, c’est un véritable tsunami : « Quand il vous arrive un événement aussi bouleversant, qui a des conséquences directes sur votre quotidien, ça vous rend responsable, confie-t-elle à Télé 7 Jours. Il faut assumer les repas, les factures, etc. Ça a été brutal. Je suis devenue adulte trop rapidement. » Heureusement, la belle parvient à se sortir de cette « époque compliquée » avec courage.

Combattante, Tatiana Silva réussit même à s’imposer à la télévision française, sur M6 puis, dorénavant, sur TF1. Certes, sans ses géniteurs adorés à ses côtés, elle a quelquefois l’impression d’être une « aquoiboniste », comme dans la chanson de Gainsbourg, qui se répète sans cesse la même phrase : 
« À quoi, bon ? ».

« Quel intérêt de passer dans les médias, si vos parents ne sont plus là pour vous dire qu’ils sont fiers ? », confesse Tatiana Silva à Paris Match, avant de poursuivre : « Ce n’est pas anodin si je fais de la télé aujourd’hui, le regard des autres me rassure. Les compliments me réconfortent, même si cela ne suffit pas à combler le vide que je ressens en moi… »

Sophie Marion

À découvrir