L’Amérique centrale comme vous ne l’avez jamais vue…

Amérique centrale - L’Amérique centrale comme vous ne l’avez jamais vue…

Pyramides Maya et villages indiens du Guatemala, barrière de corail du Belize, volcans et plantations de café du Salvador… France Dimanche vous emmène hors des sentiers battus, à la découverte des plus beaux sites d’Amérique centrale !

Lorsqu’on évoque l’Amérique centrale, on pense souvent au Mexique ou au Costa Rica. Pourtant, cette partie du globe recèle bien d’autres trésors… A commencer par le Guatemala et son ancienne capitale, Antigua.

Capture d’écran 2016-11-16 à 17.24.54

L’arche de Santa Catalina, l’embleme de la ville d’Antigua

Inscrite au patrimoine mondiale de l’Unesco, cette ville, en partie détruite par le séisme de 1773, n’en reste pas moins un bijou d’architecture coloniale avec ses ruelles pavées quadrillées, ses maisons basses colorées, sa place principale bordée d’arcades, ses monuments baroques et ses nombreuses églises (on en compte près de 40 !).

Capture d’écran 2016-11-16 à 17.26.10

On y flâne volontiers à pieds pour faire des emplettes, écouter un groupe jouer du marimba (xylophone géant) ou encore siroter une michelada (mélange de bière et de jus de tomate). Truffée d’écoles de langues, cette pimpante cité de 30 000 habitants située à 1 500 mètres d’altitude est également un centre d’apprentissage très réputé. On vient du monde entier pour y apprendre l’espagnol. Mais plutôt que de nous replonger dans les manuels, nous avons choisi de poursuivre la route jusqu’au pittoresque lac Atitlán, situé à quelques 80km de là.

Folklore et architecture coloniale au Guatemala

Qualifiée par l’explorateur allemand Alexander Van Humboldt de « plus beau lac du monde », cette vaste étendue d’eau cernée par trois volcans souvent pris dans la brume est un lieu idéal pour s’imprégner de la culture locale. Sur les marchés des villages indiens alentours, en effet, le folklore est au rendez-vous ! Etals surchargés de fruits et d’épices, costumes traditionnels brodés, odeurs alléchantes de saveurs inconnues… Le dépaysement est absolu !

A la découverte des pyramides Maya de Tikal

Quittons désormais la fraîcheur des hauts-plateaux pour rejoindre la moiteur de la jungle. Direction Tikal, le plus grand et le plus beau site du monde Maya. Situé dans la province du Petén (au nord du Guatemala), cet incroyable ensemble archéologique est l’un des rares lieux figurant à la fois au patrimoine culturel et naturel de l’Unesco. Peuplée de pumas, de tapirs et de fourmiliers, la région abrite, en effet, une biodiversité digne du Costa Rica. Mais ce qui attire les visiteurs ce sont pourtant bien les vieilles pierres. Et quelles pierres ! Extraordinaire ensemble de temples et de pyramides dressé au milieu d’une épaisse forêt tropicale, le site est une merveille qui semble tout droit sorti de l’album d’Hergé Tintin et les Picaros.

Capture d’écran 2016-11-16 à 17.23.23

Son point culminant, une pyramide haute de 64 mètres, offre un panorama à couper le souffle sur la jungle environnante. Extrêmement bien conservé, le site, bâti à partir du VI e siècle av-J.C et redécouvert en 1848, est pourtant encore loin d’avoir révélé tous ses secrets. En se baladant le long de ses sentiers ombragés, on devine en effet, ça et là, de nombreuses pyramides encore ensevelies sous des monticules de terres recouvertes de végétation. Au total, près de 3 000 vestiges seraient encore enfouis. En ouvrant bien l’oeil, on peut aussi apercevoir au détour des chemins quelques-uns des nombreux riverains à poils ou à plumes du site, comme l’agouti (rongeur), le dindon sauvage, le toucan…

Capture d’écran 2016-11-16 à 17.26.33

Nous aurons ainsi la chance de tomber nez à nez avec une bande de singes-araignées occupés à se balancer bruyamment de branches en branches avant de nous laisser glisser, le soir venu, dans les bras de Morphée en entendant gronder au loin les inimitables singes-hurleurs des environs.

Le Belize, cet aquarium géant

Troquons maintenant short et godillots de marche contre un maillot de bain et une paire de palmes pour profiter des plages de sable blanc et des eaux chaudes et translucides du Belize voisin. Recouvert à 75 % de forêt tropicale et parsemé de quelques sites mayas, ce pays grand comme deux fois l’Ile-de-France, est en effet surtout réputé pour ses fonds. Classé dans le top 4 des meilleurs lieux pour pratiquer la plongée par le Commandant Cousteau, le Belize est le paradis des amoureux de la faune sous-marine. Et pour cause, ouvert sur la mer des Caraïbes sur plus de 300 km, le pays abrite la plus grande barrière de corail de l’hémisphère Nord ! Située à 15 minutes de vol (dans un coucou de 8 places !) de la capitale, Belize-City, Ambergris-Caye est la plus grande et la plus touristique des îles du pays. C’est là que nous poserons nos valises. Surnommée la « Isla Bonita » (« belle île ») et rendue populaire par le tube de Madonna, cette langue de terre de 40km truffée d’hôtels et de boutiques ne déborde pourtant pas de charme au premier abord. Pour en tomber amoureux, il faut embarquer à bord d’un des nombreux bateaux d’excursions. Pour nous, ce sera une sortie « masque et tuba ». Et le moins que l’on puisse dire c’est que sous l’eau, le spectacle est ahurissant !

Capture d’écran 2016-11-16 à 17.25.57

Quelques brasses suffisent pour se retrouver entouré de dizaines d’espèces de poissons multicolores. A gauche, deux tortues de mer broutent paisiblement l’herbe sous-marine sans faire cas de notre présence ; à droite, une majestueuse raie-aigle semblent voler, battant des nageoires comme elle le ferait avec des ailes. Plus loin, une murène, gueule béante, nous salue depuis les profondeurs tandis que les coraux qui tapissent les fonds ondulent légèrement au rythme d’un imperceptible courant… Magique ! Mais l’expérience la plus folle restera ce moment passé sous l’eau au milieu d’une vingtaine de requins-nourrices. Une espèce inoffensive pour l’homme (reconnaissable à ses deux petits barbillons situés sous la mâchoire)… qui mesure quand même plus de deux mètres ! Impressionnant !

Le Salavador, terre de volcans et d’arabica  

Retour sur la terre ferme, direction cette fois, le Salvador et son Parc naturel du Cerro Verde, à l’ouest du pays. Située à 2 000 mètres d’altitude, cette réserve hérissée de volcans verdoyants offre de merveilleuses randonnées à travers une forêt tropicale humide peuplée d’oiseaux et de papillons. Depuis les miradors aménagés des sentiers du volcan Izalco, la vue sur les eaux bleutées du lac Coatepeque est extraordinaire.

Capture d’écran 2016-11-16 à 17.26.41

Vue du lac Coatepeque

Quel calme et quelle agréable fraîcheur ! Grâce à ce climat si particulier, le plus petit pays d’Amérique Centrale produit l’un des cafés les plus réputés du monde. Non loin de là, dans la région d’Ataco, petit bourg aux murs décorés de fresques naïves et colorées, les collines sont tapissées de rangées de caféiers.

Capture d’écran 2016-11-16 à 18.20.32

Récoltés de novembre à mars puis séchés, triés, pesés, lavés et emballés par des mains expertes, les précieux grains d’Arabica, à l’acidité parfaite, sont pour la plupart exportés vers l’Espagne et les Etats-Unis (où ils sont torréfiés).

Capture d’écran 2016-11-16 à 18.21.00

Un or brun qui, après avoir remplacé dans l’économie du pays, l’indigo (autrefois utilisé comme colorant naturel), fait aujourd’hui la fierté de ses habitants. Et le bonheur des connaisseurs.

Texte et photos : Chloé Belleret

 

PRATIQUE

Quand partir ? De novembre à avril (saison sèche)

Formalités d’entrée : Les ressortissants français n’ont pas besoin de visa pour se rendre au Guatemala, au Belize ou au Salvador.

Plus d’infos :

Central America Tourism Agencywww.visitcentroamerica.cominfo@visitcentroamerica.com

Guatemala : Institut Guatémaltèque du Tourisme (INGUAT) – www.inguat.gob.gtinfo@inguat.gob.gt

Belize : Belize Tourism Board (BTB) – www.travelbelize.org  – info@travelbelize.org

Salvador : Corporation Salvadorienne du Tourisme (CORSATUR) – www.corsatur.gob.svinfo@corsatur.gob.sv