Laurent Cabrol : Le Père Noël a du chien

Laurent Cabrol
Et si, cette année, selon Laurent Cabrol, le Père Noël distribuait ses jouets par milliers avec son traîneau non pas tiré par des rennes mais par des chiens ?

Laurent Cabrol vous propose cette semaine de retomber en enfance. Pourquoi ne laisserions-nous pas le vent d’hiver mener notre imagination là où bon lui semble ? Loin là-bas, au pays du Père Noël…

Ce 24 décembre 2016, au moment de charger son traîneau d’innombrables cadeaux, il prend peur. Ses rennes ne semblent pas au mieux. Supporteront-ils l’éprouvante mission qui les attend ? L’homme à la barbe blanche ne veut surtout pas prendre de risques et décide de ménager les pauvres bêtes. D’autant qu’une autre solution se présente à lui.

En effet, cet amoureux des animaux possède également plusieurs chiens d’attelage qui feront tout aussi bien l’affaire. Résistants aux grands froids et assez forts pour tirer de lourdes charges, ce sont aussi de superbes animaux dotés d’yeux bleus et d’une fourrure douce.

->Voir aussi – Laurent Cabrol : « Bienvenue à bord, Bosco ! »

ANIMAUX CHIEN ALASKAN HUSKY

Avant le grand départ, le Père Noël les nourrit copieusement car les températures très basses de la Laponie, lieu où il réside, et la perspective du long trajet à effectuer imposent le plein d’énergie ! Un bon repas et c’est parti !En attendant que tous vos présents vous soient livrés, faisons plus ample connaissance avec ces chiens nordiques si costauds et endurants.

Il existe quatre races dites « pures » : le husky de Sibérie, le malamute d’Alaska, le groenlandais et le samoyède. Ce sont des bêtes taillées pour les grands espaces et les frimas. Certains ont fait l’objet de croisement pour donner une race perfectionnée, l’Alaskan husky, qui combine vitesse et résistance. Le poil plus court que ses congénères, il n’a pas leur pelage gris-blanc et leurs yeux bleus, mais se révèle très efficace, comme en témoignent ses performances lors de courses mythiques comme la Yukon Quest, l’Iditarod ou l’Odyssée Blanche.

->Voir aussi – Laurent Cabrol : Résultats du concours Jardins et Balcons

Aux longues distances à parcourir, il faut ajouter le poids du traîneau (et de son conducteur, le musher) : un husky peut tracter sa charge en courant à 20 km/h pendant des heures. Mais le traîneau du Père Noël est vieux et en bois, donc lourd. Alors, pour s’entraîner, celui-ci utilise de nouveaux modèles plus maniables, conçus avec des matériaux légers. Ils sont assez simples à conduire : le Père Noël se place sur les deux patins situés à l’arrière. Il se penche à droite pour tourner à droite, et à gauche pour tourner à gauche ! Pour ralentir, il appuie sur le frein qui va s’enfoncer dans la neige. Pour immobiliser l’attelage, il suffit de planter une ancre dans le sol.

Cet attelage, le musher ne le compose pas au hasard. Il place ses chiens deux par deux : les chiens les plus intelligents, obéissants et fédérateurs sont en tête. Ils doivent mener le reste de la troupe en suivant les ordres de direction ou de vitesse. Derrière, près du traîneau, prennent place les plus costauds qui vont donner les premiers coups d’épaules pour porter la charge. Au milieu s’installent les bêtes les plus dociles et les plus endurantes. Toutes sont reliées entre elles par des cordes fixées à leur harnais. Quand l’ordre est donné de tourner, tous suivent ainsi les chiens de tête.

ANIMAUX CHIEN ALASKAN HUSKY

Fidèles

Les traîneaux des débutants sont généralement tirés par quatre bêtes, pour allier sensations et sécurité. Mais le Père Noël est un musher averti, dont l’attelage peut compter huit à dix chiens ! Il s’est beaucoup entraîné sur les pistes de Laponie bordées de hauts sapins et recouvertes de neige fraîche, et aussi dans le Vercors, où il a longé des villages endormis, et où, parfois, des skieurs l’ont croisé, surpris.

Tout aussi surpris que vous le serez vous-même, si jamais vous le rencontrez en compagnie de ses chiens, dans la nuit de samedi à dimanche. Laurent Cabrol vous invite d’ailleurs à laisser au pied du sapin un bon verre de lait pour lui et une gamelle de croquettes pour ses fidèles compagnons qui auront besoin de se restaurer ! Joyeux Noël à tous !

Par Laurent Cabrol

Mots Clés :