Lily-Rose Depp : Son bonheur brisé !

Lily-Rose Depp

Repartie les mains vides à la cérémonie des Césars , Lily-Rose Depp ne s’attendait pas à un tel camouflet.

 

Magnifaïk ! Si Cristina Cordula avait assisté à la cérémonie des Césars, qui s’est tenue le 24 février dernier, salle Pleyel, à Paris, c’est sans doute ce qu’elle aurait dit en voyant apparaître sur le tapis rouge la fille de Vanessa Paradis et Johnny Depp, Lily-Rose Depp.

Élégante, gracieuse et sexy en diable dans sa divine robe noire au décolleté très échancré signée Chanel dont, comme sa célèbre maman en son temps, elle est l’égérie, Lily-Rose était sans conteste la reine de beauté de la soirée. Mais c’est un autre de ses talents que la jeune fille était venue défendre ce soir-là.

->Voir aussi – Lily-Rose Depp : Elle a failli mourir !

Nommée pour le César du meilleur espoir féminin pour son interprétation d’Isadora Duncan dans le film La danseuse, de Stéphanie Di Giusto, elle espérait bien repartir avec une statuette. Un sésame précieux pour la toute jeune comédienne aspirant à devenir une grande artiste.

Car contrairement à ce qu’écrivait Rimbaud, on peut être très sérieux à 17 ans, et déterminé à prouver au monde entier qu’on est capable d’exister par soi-même et pas seulement parce qu’on est la fille de…

->Voir aussi – Lily-Rose Depp : Découvrez son compagnon !

Hélas, si Lily-Rose est douée pour jouer la comédie, à l’instant crucial où elle apprenait que c’était Oulaya Amamra et non elle qui était consacrée pour son rôle dans Divines, elle n’a pas pu cacher sa déception. Son ravissant minois s’est brusquement figé en une moue de désarroi et de tristesse qu’a malheureusement captée un des cameramen filmant la cérémonie.

Et cette image-là s’est très vite retrouvée sur le Web, suscitant les commentaires moqueurs, dont certains très virulents, des internautes. « Quand j’ai toujours été bien pistonnée mais que j’ai pas eu le César », ironise l’un. « Quelle sale gamine prétentieuse, tout lui est dû. Une vraie tête à claques ! », lance un autre. « Lily-Rose Depp-itée », s’amuse un troisième. « Qui a une tête de chihuahua grincheux et hautain, deux parents célèbres et pas de César hier soir ? », se défoule un quatrième.

“Pistonnée”

« J’avais tellement envie de réussir que je me suis complètement abandonnée dans le rôle », confiait, il y a quelques mois, la prometteuse comédienne à Paris Match, à propos de La danseuse. On peut imaginer à quel point, en découvrant ce qu’ont écrit les internautes à son sujet après cette malheureuse soirée, elle a dû se sentir blessée, et surtout incomprise.

Heureusement, elle peut compter dans cette épreuve sur le soutien de sa famille. À commencer par Vanessa, qui elle aussi a dû subir moqueries et commentaires désobligeants quand, à 14 ans, elle a connu son premier succès avec Joe le taxi.

Et si le petit monde du septième art ne lui a pas accordé, pour cette fois, la reconnaissance espérée, une chose est sûre, Lily-Rose a du talent à revendre, comme l’a confié la réalisatrice de La danseuse : « Elle possède une présence extraordinaire pour son jeune âge. »

Sachant que sa mère a décroché un César à 18 ans, pour son rôle dans Noce blanche, de Jean-Claude Brisseau, et son père son premier Golden Globe à 35 ans, pour Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street, l’adolescente peut être fière d’avoir frôlé les cimes du haut de ses 17 printemps.

Et puis qui sait : avoir manqué de si peu le César du meilleur espoir féminin lui donnera peut-être à Lily-Rose Depp l’envie de décrocher la prochaine fois celui de la meilleure actrice…

Lili Chablis