Mimie Mathy : Elle vit dans l’angoisse d’être handicapée !

Mimie Mathy

Le 17  janvier dernier, l’interprète de “Joséphine”, Mimie Mathy, subissait une très  lourde intervention 
du dos qu’elle 
ne cessait de repousser depuis des mois.

 

Un concentré d’énergie, d’optimisme, de générosité et de bonne humeur ! C’est ainsi qu’elle apparaît dans Joséphine, ange gardien, et c’est ainsi qu’elle est dans la vie, même si celle-ci n’a pas toujours été tendre avec elle. En toute circonstance, Mimie voit toujours le verre à moitié plein. Ce qui, jusqu’alors, lui a plutôt réussi !

Mais parviendrait-elle à surmonter le nouveau coup du sort qui l’attendait ? Cette opération si délicate qu’elle avait pris soin de la dissimuler pour n’inquiéter personne, évoquant une hernie discale alors qu’il s’agissait en réalité d’une arthrodèse (un élargissement du canal rachidien) ? Une intervention que, malgré des douleurs dorsales de plus en plus insupportables, la comédienne repoussait depuis plusieurs années, consciente des risques qu’elle encourrait.

->Voir aussi – Mimie Mathy : « Je suis devenue maman ! »

Car, quand on travaille si près de la moelle épinière, le moindre geste, la plus petite erreur peut être fatale, vous condamnant au fauteuil roulant pour le restant de vos jours. Mais la résistance à la souffrance a des limites. Et, bien que celles de Mimie soient sans doute hors du commun, elle a dû, la mort dans l’âme, se résigner à l’inéluctable.

Autonomie

À quoi a-t-elle pensé ce 17 janvier, juste avant d’entrer en salle d’opération ? Probablement à ce qui la hantait depuis que sa décision était prise… À savoir, si elle allait s’en sortir et dans quel état ? Mais aussi, et surtout, comme elle vient de le confier au magazine Gala, à Benoist, son mari. Quelle terrifiante perspective en effet de dépendre physiquement de l’homme qu’elle aime, de perdre cette autonomie, cette indépendance qui est l’un des ciments de leur couple !

Car pendant que lui cultive ses vignes en Provence, où ils ont fait l’acquisition d’une grande maison familiale, Mimie tourne à Paris. Et leurs retrouvailles, chaque week-end, est un moment de paradis, où chacun se nourrit de ce que l’autre a vécu de son côté…

Certes, comme elle l’a souligné : « J’ai un homme fabuleux qui m’aime telle que je suis depuis quatorze ans, qui se fiche du qu’en-dira-t-on […] et qui fait l’unanimité parce qu’il a une sincérité et une foi dans la vie extraordinaire. » Il n’empêche que ce 17 janvier, notre ange gardien n’en menait pas large.

Comme elle l’a affirmé non sans humour : « Il valait mieux que le médecin n’ait pas la tremblote vu qu’il fallait bloquer les quatrième et cinquième vertèbres lombaires, dégager le chemin pour que la moelle épinière soit tranquille […]. »

->Voir aussi – Mimie Mathy : Un nouvel homme dans sa vie !

Heureusement, l’actrice avait deux bonnes raisons de ne pas flancher. La première, c’est l’amour fou que Benoist lui porte, et dont il lui a donné, une fois encore, une merveilleuse preuve. Lorsqu’elle lui a fait part de sa peur d’être physiquement atteinte dans son intégrité après l’opération, son époux lui a dit ces quelques mots, plus efficaces que n’importe quel calmant : « Je serai toujours là. »

La comédienne savait aussi qu’elle était entre de bonnes mains. À son côté se trouvait en effet une amie : l’anesthésiste qui l’avait endormie lors de ses deux précédents passages sur le billard pour une hernie discale. Comme le raconte Mimie : « J’étais en confiance. Après, on invite tout le monde à allumer un cierge, à prier Vishnou, Bouddha… »

Béquilles

Et Dieu sait qu’il fallait qu’elle le soit, en confiance ! Elle a en effet passé six longues heures entre les mains du chirurgien, qui a pratiqué sur son pauvre dos une ouverture de plus de 30 cm ! Qui plus est, elle qui avait tant dégusté lorsqu’on l’avait opérée de ses hernies, a souffert pour rien. Comme elle l’a expliqué, toujours à Gala : « J’ai été réopérée de tout ce qu’on avait déjà corrigé, 
jusqu’au milieu du dos. »

Aussi, quel soulagement, à son réveil, d’apprendre que tout s’était bien passé ! Un soulagement également pour Benoist qui, de son côté, a lui aussi vécu un véritable calvaire. Car s’il faisait bonne figure devant celle qui, pour lui, a « dans les yeux, toute la beauté du monde », intérieurement, il était rongé par l’angoisse. Une angoisse qui pesait double puisqu’il ne pouvait évidemment pas la partager avec Mimie. Comme l’a raconté celle-ci : « Il a eu très, très peur quand même. Il me l’a avoué après l’opération. Il a bien fait. »

Tout est donc bien qui finit bien. Et plus que cela encore, puisque l’actrice a profité de sa convalescence pour coécrire, avec le scénariste et romancier Gilles Legardinier, Vaut-il mieux être toute petite ou abandonné à la naissance ?, à paraître le 11 mai prochain aux éditions Belfond. Un ouvrage qui traite avec humour et profondeur des différences et dont elle est venue parler dans l’émission Vivement dimanche prochain, le 16 avril dernier.

Comme vous l’avez peut-être constaté, notre ange gardien, qui sort tout juste du centre spécialisé où elle a passé deux mois à se rééduquer, est en pleine forme ! Si elle a encore besoin de ses béquilles, car elle doit prendre garde à ne pas chuter, elle a repris bon pied, bon œil le chemin des studios. Eh oui, que les fans de Joséphine se rassurent : ils la retrouveront prochainement dans ce qui sera le 85e épisode de la série ! Avec Mimie Mathy, le bonheur n’attend pas…

Lili Chablis