Mimie Mathy : Un douloureux abandon !

Mimie Mathy

Sur “Le divan » de Marc-Olivier Fogiel, le mardi 9 mai dernier, sur France 3, la comédienne Mimie Mathy a évoqué avec beaucoup d’émotion l’immense chagrin qu’elle a ressenti lors de cette rupture…

 

Elle savait bien qu’un jour, il lui faudrait prendre cette décision. Depuis longtemps, l’actrice en envisageait toutes les conséquences, en pesait tous les risques. Avec sérénité, pleine de confiance en la vie qui lui a tant donné, Mimie Mathy s’était résignée à sauter le pas. Mais, si, dans ses pires cauchemars, la dynamique comédienne avait imaginé que le fait d’accepter son sort la mènerait vers cette douloureuse séparation, sans doute aurait-elle hésité davantage !

En janvier dernier, comme nous vous l’avons raconté dans notre n° 3682, après des années de souffrance, notre Ange gardien préféré avait finalement dû se faire opérer de la hernie discale qui lui faisait souffrir le martyre depuis trop longtemps. Mimie redoutait cette intervention, celle de la dernière chance, celle aussi de tous les dangers.

->Voir aussi – Mimie Mathy : Sa vengeance sera terrible !

Parmi eux, et pas des moindres, celui de perdre l’usage de ses jambes ! Car, ayant trop attendu pour passer sur le billard, son hernie s’était transformée en double arthrodèse, et cette intervention sur la moelle épinière nécessitait désormais un talent et une maîtrise exceptionnels de la part du chirurgien… On comprend mieux dès lors, la longue hésitation de la star !

Radical

Mais outre les risques purement médicaux qu’elle encourait, la décision d’en finir avec sa souffrance et de tenter une solution radicale a eu un impact épouvantable sur sa vie personnelle. Les suites de cette opération qui, comme vous le savez déjà, s’est très bien passée, l’ont en effet poussée à tirer un trait sur une grande histoire d’amour, un lien de cœur qui compte énormément pour elle.

Sommes-nous en train de vous annoncer que son cher Benoist, épousé pour le meilleur et pour le pire le 27 août 2005, n’aurait pas supporté que le pire, justement, touche de plein fouet sa chère et tendre ? Aurait-il décidé de l’abandonner à son triste sort, alors que la malheureuse se remettait doucement mais sûrement de cette épreuve ? Comment imaginer que l’homme de sa vie ait pu laisser son épouse toute seule quand elle avait le plus besoin de lui, au moment même où la présence attentionnée de l’élu de son cœur était le remède indispensable à sa guérison ! C’est tout simplement impossible !

Vous l’aviez d’ailleurs deviné : celui qui était tombé amoureux de Mimie lors d’une représentation à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), de son spectacle J’adore papoter avec vous est, encore et toujours, fou d’elle ! Et la rupture dont nous vous parlions plus haut n’est autre que celle qu’elle a dû vivre en quittant la tournée des Enfoirés ! Une séparation que l’on savait douloureuse, mais sur laquelle l’artiste est revenue, le 9 mai dernier, dans l’émission de Marc-Olivier Fogiel, avec beaucoup d’émotion.

Parlant du repos forcé que lui a imposé son opération, l’actrice a tout d’abord évoqué la menace que constitue pour un artiste le fait de s’écarter pour un temps de la lumière : « Si on s’arrête, que va-t-il se passer ? », s’est-elle interrogée sur le plateau de Marc-O. De fait, lorsqu’un acteur ou une actrice se fait plus rare à l’écran, on a, hélas, tendance à l’oublier peu à peu. Et l’on sait combien, s’il est absent trop longtemps, il lui est difficile de revenir sur le devant de la scène.

Renoncement

Pour cette boulimique de travail, toujours en quête de nouveaux projets, cette disparition-là n’est pas à craindre ! En revanche, sa convalescence, qui l’a obligée à se tenir tranquille pendant trois mois et à déclarer forfait pour la tournée annuelle des Enfoirés, a été ce qu’elle qualifie d’un mot très fort : « un renoncement. » « J’étais effondrée, a-t-elle confié à l’animateur du Divan. J’avais l’impression de quitter le navire, parce qu’en plus, Jean-Jacques [Goldman, ndlr] n’était pas là cette année. J’avais peur qu’ils pensent : “Elle abandonne parce qu’il n’est plus là.” »

Et d’ajouter, sincèrement émue : « Même s’il y a des talents magnifiques depuis deux ans qui sont arrivés pour prendre la relève, ça me blessait, moi, ça me faisait peur, de ne pas pouvoir participer à cette aventure que j’adore. »

On comprend combien être privée de ce plaisir qu’elle s’accorde chaque année et auquel la comédienne au sourire grand comme ça n’avait jusque-là jamais dérogé, a dû être douloureux. Mais aujourd’hui, bel et bien remise sur pied, Mimie Mathy se réjouit de l’arrivée d’un événement heureux : la sortie, le 11 mai 2017, du livre qu’elle a coécrit avec le scénariste et écrivain Gilles Legardinier, Vaut-il mieux être toute petite ou abandonnée à la naissance ? (éditions Belfond).

Une ode à la différence qui n’a rien de morose ni de larmoyant, bien au contraire ! Un ouvrage qui lui ressemble…

Clara Margaux