Pamela Anderson : Bientôt Russe ?

pamela anderson

En marge d’une réunion autour de la protection animale, l’actrice américaine Pamela Anderson a confié son affection pour la Russie. Jusqu’à vouloir obtenir la nationalité russe.

 

L’actrice Pamela Anderson est très engagée dans la cause animale. Militante pour l’association de défense contre la maltraitance animale PETA, elle multiplie les déplacements dans le monde entier pour alerter les autorités et tenter de mettre fin aux sévices endurés par les animaux.

Lire aussi –> Pamela Anderson et Julien Doré : La belle histoire d’amour !

Quelques jours auparavant, la comédienne, célèbre pour son rôle dans la série télévisée « Alerte à Malibu », était présente à Moscou, en Russie, au sein du Fonds international pour la protection des animaux, pour plusieurs événements et réunions destinés à promouvoir des travaux en faveur de la protection de la faune russe. La Russie montre ainsi un certain intérêt aux messages de sensibilisation que la star américaine prononce à travers le monde. Ce qui ne laisse pas insensible Pamela Anderson…

A tel point qu’elle a fait une déclaration d’amour au pays présidé par Vladimir Poutine. « J’aime la Russie. J’ai une connexion très importante avec la Russie. Ma mère a des origines russes datant, je suppose, de plusieurs générations. Je sens donc un lien très fort avec la culture et le peuple russe. »

Pamela Anderson dit même vouloir la nationalité russe, après avoir obtenu les nationalités canadiennes et américaines. « Je pense que les Russes réussissent à faire de grandes choses. J’ai un passeport canadien et un passeport américain, et je serais folle de joie d’avoir un passeport russe. Ce serait bien, ce serait plus facile de venir ici », concède la bimbo

Lire aussi –> Pamela Anderson : Elle a bien changé, la sirène d’Alerte à Malibu !

Pour le moment, les autorités russes n’ont pas répondu à la demande de la comédienne. Souhaitons-lui le même sort que des personnalités comme Gérard Depardieu ou encore Steven Seagal qui ont, eux, obtenu le fameux carnet de l’ambassade.

Cyril Coantiec