Johnny, Eddy et Jacques : Petits règlements de comptes entre amis !

 La série de concerts inédits qu’offrent les trois “Vieilles Canailles” du rock à Bercy, Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc, leur permet de solder d’anciens différends…

Canailles affiche

 

Unique, exceptionnel, historique : avant même leurs concerts communs, ces derniers jours à Bercy, le projet des trois grandes figures de la scène musicale française suscitait les commentaires les plus enthousiastes. Réunir côte à côte, Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc, avait en effet de quoi affoler les fans !

Johnny, Jacques et Eddy en pleine répétition

Johnny, Jacques et Eddy en pleine répétition

Fâcherie

Impossible pour France Dimanche, qui, depuis cinquante ans, suit leurs destinées, de rater pareille fête… Vendredi 7 novembre, nous voici donc, fébriles, dans un Palais Omnisports bondé, attendant que les trois monstres fassent vibrer l’enceinte ! Dès leur arrivée, c’est l’idole des jeunes et des moins jeunes qui gagne haut la main à l’applaudimètre. Pour le public, c’est lui le roi. Sur scène, sa puissance vocale et sa présence en font sans conteste le patron.

En revanche, entre les trois artistes, nulle hiérarchie. Ce sont des amis de près de soixante ans qui nous font face, ces mêmes petits gars qui faisaient les quatre cents coups à la Trinité, à Paris IXe, avant d’être réunis, notamment au Golf-Drouot, par leur passion commune pour la musique. Comme tous les amis, ces trois-là ont connu leur lot d’aventures. La vie les a parfois séparés, puis réunis. Et, s’ils n’ont jamais été brouillés, ce concert va néanmoins leur donner l’occasion de régler quelques comptes.

C’est Eddy qui, goguenard, lance les hostilités, remettant sur le tapis une vieille fâcherie… « Un jour, lance l’ancien des Chaussettes noires, verre à la main entre deux chansons, Johnny est venu chez moi. On était minots, mais on aimait déjà le rock. Moi, j’avais pas mal de 45 tours, des disques de Gene Vincent ou de Cochran. Quand Johnny est parti, je me suis rendu compte qu’il me les avait tous tirés ! » Sifflets dans la salle. Le public, complice d’Eddy, hue gentiment Johnny. Dutronc renchérit. « Ouais, un jour, Johnny m’a fait un super cadeau : un 45 tours de Charlie Parker. Le problème, c’est qu’au dos du disque, en petit, au crayon, il y avait écrit : « Eddy ». Énorme rire dans la salle.

Souriant comme un gosse pris en faute, Johnny prend alors le micro. « Eddy, commence-t-il, il a toujours eu la classe. Quand il venait chez moi, il n’avait jamais les mains vides. Il apportait toujours des super bouteilles de vin, des grands crus, dont on se régalait. Mais un jour, je rentre chez moi, et là, surprise, ma cave avait été dévalisée ! Vous voulez que je vous dise ? Jacques Dutronc était passé par là ! »

Les "vieilles canailles" en concert

Les « vieilles canailles » en concert

Plaisir

Distillées entre les tubes inoubliables des trois chanteurs, ces petites anecdotes sont venues nous rappeler que le poids des années (71 pour Johnny et Dutronc, et 72 pour Eddy) n’a en rien effacé l’amitié qui les lie, ni éteint la petite lumière qui brille au fond de leurs yeux.

Pour notre plus grande joie, nos Vieilles Canailles ont gardé leur âme d’enfant, le plaisir et l’envie de leurs 20 ans !

Cyril Bousquet

Mots Clés :