Renaud : “Je ne dois
 pas boire… mais je bois !”

Renaud

En passant par hasard devant la brasserie préférée du chanteur Renaud, 
notre reporter a assisté, impuissant, à la rechute de son idole.

 

En ce tout dernier dimanche de mars, la terrasse ensoleillée de la Closerie des Lilas est bondée. Pas une table libre ! J’entre donc à l’intérieur. Dans la salle déserte, j’erre un peu. Je reconnais alors un visage familier : celui de Renaud. Il attend quelqu’un. En ce jour de changement d’heure, tout le monde est en retard – ou peut-être le chanteur est-il en avance ? En tout cas, quelle aubaine de rencontrer mon idole !

->Voir aussi – Renaud : C’est la rechute !

Je réalise alors que le verre qu’il tient à la main ne contient pas de l’eau, mais de l’alcool. Je ne veux pas l’importuner avec ses vieux démons, mais j’imagine le pire. Lorsqu’on est dépendant comme la star l’a si longtemps été, une seule gorgée peut suffire à vous faire replonger. Je scrute du regard les médicaments qui sont posés devant lui, et je m’interroge. En dépit de son héroïsme, Renaud a-t-il perdu son 
difficile combat ? A-t-il rechuté ?

Sur ces entrefaites, son ami arrive : « Je ne dois pas boire, mais je bois un verre avec toi », lui dit-il. Je constate avec angoisse que sa voix est rocailleuse, éraillée. Cet indice me donne à penser qu’il n’en est pas à sa première tournée…

Sifflets

Deux semaines plus tard, j’ai la réponse à mes questionnements. En concert au Printemps de Bourges, Renaud, comme il l’avoue lui-même sur scène, chante avec sa voix de renard. Une voix éteinte, diminuée, asphyxiée. Une voix qu’il poussera au bout de ses forces… jusqu’à tituber sur scène. Beaucoup se posent des questions sur la raison médicale alors mise en avant pour justifier le comportement du chanteur : une rhino-pharyngite. Mais qu’en est-il réellement ?

->Voir aussi – Renaud : Il remercie chaleureusement ses fans !

Eh bien, rassurez-vous, notre idole était réellement malade ! Loin d’avoir rechuté, il est plus que jamais déterminé à s’en sortir. Et s’il se permet quelques écarts de temps en temps, c’est avec l’autorisation de ses médecins addictologues. Ces derniers lui ont en effet expliqué qu’il pouvait boire un ou deux verres par semaine. Lors d’occasions particulières, ce qui était le cas à la Closerie des Lilas, où il retrouvait un ami.

Comme il a dû s’en accorder un dimanche dernier pour fêter la victoire au premier tour d’Emmanuel Macron, pour lequel le chanteur milite activement. Un soutien qui lui a d’ailleurs valu ses premiers sifflets en quarante ans de carrière, lorsqu’il a affirmé sur la scène de Bourges qu’il allait mettre un T-shirt avec l’inscription « Macron président »… « Que celui qui n’a jamais titubé me jette la première bière », chante-t-il dans Toujours debout.

Mais Renaud ne titubera plus… sinon de fatigue ! Il a bel et bien fini de boire la tasse. Et c’est un homme apaisé et serein qui s’apprête le 11 mai prochain à souffler, en toute sobriété, ses 65 bougies. Nous vous souhaitons, d’ores et déjà, un très bel anniversaire, Mister Renaud !

Cédric Potiron