Carla Bruni Sarkozy : Sa vie loin de Nicolas

Carla

Avant, on ne 
voyait jamais 
l’ex-président 
sans sa femme, 
et réciproquement. Maintenant, Carla Bruni Sarkozy, 
plus autonome, entame une
 autre existence…

 

«Tout, mais pas l’indifférence, tout mais pas le temps qui fuit… L’indifférence, c’est ce que je crains, au fond, comme la peste. » Cette phrase qui sonne si juste, c’est la douce Carla Bruni Sarkozy qui l’a prononcée il y a quelques semaines, comme si de rien n’était.

->Voir aussi – Carla Bruni : Elle règle ses comptes !

C’est à notre confrère Paris Match que l’ex-première dame s’était dévoilée, avec une lucidité et une honnêteté rares. Avec, aussi, une nostalgie chevillée à son âme, celle de ses 20 ans, de sa jeunesse, de ce temps où la passion nous étreint si fort, nous emporte dans un tourbillon…

Car au cours de cette interview, Carla parlait plusieurs fois de son âge, 50 ans. Avec humour et dérision, comme il se doit, mais aussi avec beaucoup de vérité. Quand son interlocuteur lui demandait si c’était « compliqué » d’arriver à cette époque 
de sa vie, elle répondait avec un grand sourire : « Essayez donc d’être une fille, et on causera tous les deux ! »

->Voir aussi – Carla Bruni : Son secret pour dompter Nicolas

Oui, bien que la belle n’ait pas encore fêté cet anniversaire – qui n’aura lieu que le 23 décembre prochain –, l’épouse de Nicolas Sarkozy semble avoir déjà soufflé ces 50 bougies, comme si elle voulait éviter un trop grand choc avec la réalité, en devançant l’appel…

Absence

Mais peut-on ruser avec le temps qui passe ? L’amour est sans doute la plus belle des réponses à de telles angoisses. Car les yeux de l’être qui nous aime nous voient mieux que nous-mêmes. Et Carla a cette chance magnifique d’être la star de son mari, sa femme idéale, son absolu. Combien de fois ne lui a-t-il pas déclaré la passion qu’il ressentait pour elle, son admiration, sa dévotion ?

Rarement on a vu un couple aussi inséparable, comme si l’un ne pouvait faire un mouvement sans que l’autre soit auprès de lui. Depuis leur rencontre coup de foudre, puis leur mariage, le 2 février 2008, ils semblaient être les deux faces d’une 
même personne. Mais depuis quelque temps, la chanson n’est plus tout à fait la même. Quelque chose semble avoir changé. Quand l’un est là, l’autre n’est plus forcément collé à lui. Le temps de l’indifférence serait-il à leur porte, ce que Carla redoutait si fort ? N’est-ce qu’un petit trou d’air dans le voyage 
de ce couple étonnant ?

Tout ce que l’on peut faire pour essayer de comprendre ce qui se joue, c’est de regarder. Regarder la magnifique Carla lors de la Fashion Week, à Milan, le 22 septembre dernier. Ce jour-là, splendide dans sa robe d’or qui semblait moulée à son corps et laissait voir sa taille toujours mannequin et ses jambes interminables, elle défilait sur scène, aux côtés des tops les plus emblématiques des années 90, sur le titre Freedom! ’90, du regretté George Michael.

Avec Claudia Schiffer, Cindy Crawford, Naomi Campbell et Helena Christensen, Carla, plus lumineuse que jamais, éblouissait le public en rendant hommage à la mémoire du grand couturier Gianni Versace, mort assassiné en 1997. Un moment magique, célébrant le talent, la beauté, le souvenir, la fidélité aussi.

Mais dans la salle, alors que la foule applaudissait à tout rompre ce tableau incroyable, un être manquait. Nicolas Sarkozy. Tandis que la sœur du couturier, Donatella Versace, remerciait, la voix vibrante d’émotion, ses « icônes » de leur présence pour honorer son frère, l’absence du mari de Carla se faisait sentir… Mais peut-être avait-il des engagements ailleurs. Peut-être l’ancien président n’avait-il pas pu se rendre à cette date en Italie…

Ce qui est sûr, c’est que le dimanche suivant, deux jours après son défilé, alors que Carla se rendait au bois de Boulogne, comme n’importe quel parent, pour passer du bon temps avec leur fille, Giulia, il n’était toujours pas à son côté…

En maman épanouie, elle partageait avec tous ceux qui la suivent sur les réseaux sociaux un moment de belle connivence avec son enfant de 6 ans, la montrant de dos dans un petit film, en train de s’amuser sur un super trampoline, avec ce message : « Programme du dimanche, été indien, ciel bleu et Fête à Neuneu… et ma petite princesse vole au-dessus des toits… Happy Sunday to everyone ! »« Heureux dimanche à tous », disait-elle, et on ne peut douter que ces instants avec sa fille étaient très précieux et très doux pour elle. Mais son époux n’était pas avec elle pour les partager.

Échec

Début août, l’actuel porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, confiait au Monde qu’il avait rencontré Nicolas Sarkozy à Nice, le 14 juillet dernier, et que l’ex-chef de l’État lui aurait dit : « Je vous vois à la télé ! Je la regarde beaucoup. Vous savez, 
je m’emmerde ! » L’ennui s’attaquerait-il 
à ce couple parfait ?

De son côté, Carla s’apprête à sortir son nouvel album, French Touch, le 6 octobre prochain. C’est le célèbre producteur David Foster (qui a entre autres travaillé avec Céline Dion, Madonna ou Michael Jackson) qui a réalisé cette petite perle, reprenant les standards de la pop music. Un homme dont Carla Bruni Sarkozy a confié à Paris Match qu’il lui avait « donné une lumière et une brillance inconnues et précieuses »…

Sans doute, depuis l’échec de Nicolas Sarkozy aux primaires de la droite, le couple doit-il trouver un nouvel équilibre. Et gageons qu’avec l’amour qui les lie, ils sauront se garder des pièges qui traquent tous les couples. Car il doit être possible de transformer le temps qui passe en un atout majeur, en un lien de plus en plus fort, que rien ni personne ne 
pourra plus jamais briser.

Laurence Paris