Diana : Une insatiable 
croqueuse d’hommes !

Diana

Si l’on en croit les  dernières révélations  sur sa vie amoureuse, Diana, disparue il y a tout 
juste vingt ans, était une grande séductrice…

 

Vingt ans ! Vingt ans déjà que celle que l’on surnommait la princesse des cœurs Diana nous a quittés. Sa mort tragique, survenue à Paris le 31 août 1997, restera à jamais ancrée dans les mémoires. Souvenez-vous.

Ce jour-là, Lady Di est de passage dans la capitale en compagnie de Dodi Al-Fayed, avec qui elle entretient une relation amoureuse. Dans la soirée, le couple décide de dîner à L’espadon, le restaurant du Ritz, propriété du milliardaire Mohamed Al-Fayed, père du nouveau chevalier servant de Diana. Mais les paparazzis qui font le pied de grue devant le palace les attendent.

->Voir aussi – Diana : Ç’aurait dû être son dernier nid d’amour !

Pour rejoindre le domicile de Dodi, ils s’engouffrent, avec le garde du corps, Trevor Rees-Jones, dans une Mercedes conduite par un certain Henri Paul, le directeur de la sécurité de l’hôtel. Mais, prise en chasse par les photographes, la voiture, qui suit la voie Georges-Pompidou à très vive allure, fait soudain une embardée et finit sa course folle à l’entrée du tunnel du pont de l’Alma, percutant un pilier. Dodi Al-Fayed et Henri Paul, le chauffeur, meurent sur le coup ; Trevor Rees-Jones, lui, est grièvement blessé, mais va survivre.

De vive voix

Quant à Diana, lorsqu’elle est libérée de l’épave, elle est encore vivante. Transportée en ambulance à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, elle succombera malheureusement à ses blessures, deux heures plus tard… Depuis cette tragédie, tout a été dit ou presque sur la destinée hors norme de Diana Spencer. Mais, alors que l’on pensait ne plus rien ignorer d’elle, de nouvelles révélations viennent troubler ce triste anniversaire, provoquant l’indignation outre-Manche.

C’est un documentaire sulfureux, Diana: in her own words (« Diana de vive voix »), diffusé à la télévision britannique, sur Channel 4, le 6 août dernier, qui a mis le feu aux poudres. Ce film qui montre des extraits de cassettes vidéo enregistrées entre 1992 et 1993 par Peter Settelen, le professeur d’élocution de la princesse de Galles, a fait l’effet d’une bombe.

->Voir aussi – Prince Harry : Il parle de Diana « arrachée à lui si soudainement »

Retrouvés en 2001 chez Paul Burrell, l’ancien majordome de Diana, ces enregistrements n’avaient jamais été diffusés au Royaume-Uni. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’épouse de l’héritier du trône s’y dévoile comme jamais. L’on y découvre une femme blessée qui raconte son triste quotidien auprès d’un mari qui la délaisse, ce que l’on savait déjà.

Mais lorsqu’il s’agit d’aborder sa vie intime, Diana ne se fait pas prier. Avec son époux, Charles, qui fricote avec Camilla Parker Bowles, c’est loin d’être le nirvana car leurs ébats se résument, comme elle l’avoue, à « quelque chose comme une fois toutes les trois semaines ». Par dépit, la femme bafouée va voir ailleurs.

Traquée

Et quand Diana narre, sans tabou, la plus belle de ses aventures adultérines, c’est de la dynamite ! Jugez-en plutôt. En 1985, quatre ans après avoir épousé Charles, elle confie vivre une passion torride avec Barry Mannakee, son garde du corps, un père de famille de 39 ans, sergent de la Royal Protection Unit de Scotland Yard. Très éprise, elle envisage de tout plaquer pour s’enfuir avec son amant.

Hélas, les deux tourtereaux n’auront jamais l’occasion de vivre ensemble. Le troublant gentleman, d’abord muté à un autre poste, trouve la mort huit ans plus tard dans un mystérieux accident de moto. Pour Diana, ça ne fait aucun doute. L’homme qu’elle aimait a été assassiné sur ordre de la reine. C’est du moins ce qu’elle affirme face à la caméra, bien que l’enquête ait conclu à un accident.

« À 24 ans, je suis tombée follement amoureuse ; cela s’est su, il s’est fait virer puis il a été tué. Je n’aurais jamais dû jouer avec le feu, je l’ai fait et je me suis brûlée », raconte-t-elle en toute franchise. On imagine les réactions des sujets de Sa Majesté à une heure de grande écoute…

C’est un officier de cavalerie de l’armée britannique qui va la consoler, le très fringant James Hewitt. Pendant cinq ans, ils se retrouvent en secret dans un cottage du Devon, comme il le révélera lui-même dans un livre qui a fait scandale… Lady Di, une croqueuse d’hommes ? Cela ne fait plus aucun doute.

Dans un entretien accordé au Huffington Post italien, Dai Davis, l’ancien chef de sécurité de la famille royale, révèle même que la princesse aurait entretenu une liaison secrète avec un célèbre acteur, le très séduisant Kevin Costner. Après son divorce en 1996, la sublime trentenaire, à l’apogée de sa beauté, veut rattraper le temps perdu.

Enfin libre, elle mène une existence de séductrice, papillonnant en toute insouciance. À cette époque, Dai Davis est aux premières loges. Il est formel : « Après sa séparation de Charles, Diana avait au moins vingt amants. Elle aimait la compagnie des hommes et elle aimait la chasse. Être traquée ou traquer des hommes, souvent mariés », assure-t-il.

Palmarès

Un palmarès impressionnant, où s’est glissé Kevin Costner, l’immense star américaine, que Lady Di avait électrisé au point qu’il a voulu la faire tourner dans la suite de Bodyguard. Mais l’idylle tourne vite court. Cette passade enterrée, la jeune divorcée décide d’aller au bout de ses désirs.

« D’autres ont eu des véritables relations avec elle, mais tout a été fait avec la plus grande discrétion. La principale préoccupation de la princesse était de ne pas être enceinte », confie Dai Davis. La presse à scandale a révélé certaines de ces liaisons à grand renfort de clichés volés, car Diana était devenue la cible préférée des paparazzis. À chacune de ses nouvelles conquêtes, le Royaume-Uni s’enflamme. La liste des hommes dans les bras desquels elle prend du bon temps est longue.

Il y a eu Philip Dunne, le banquier, David Waterhouse, le major des Life Guards, David Kerr, propriétaire d’une galerie d’art, Will Carling, ex-capitaine de l’équipe anglaise de rugby, Oliver Hoare, un antiquaire ; sans oublier Hasnat Khan, un cardiologue pakistanais avec qui elle entretient une liaison tumultueuse durant les deux dernières années de sa vie mais qui n’osera jamais s’engager. Devant les hésitations de son amant, Diana préfère rompre.

Un échec que la femme fatale de 36 ans tentera d’oublier auprès du séduisant Dodi Al-Fayed, sans savoir que cette amourette d’un été la conduirait tout droit vers la mort.

Sophie Marion