Stéphanie de Monaco : Son histoire secrète avec Michael Jackson !

Stéphanie de Monaco

C’est au début des années 90 que le roi de la pop, Michael Jackson et la princesse Ouragan, Stéphanie de Monaco, ont vécu ensemble une belle  aventure  à l’abri 
de tous les regards indiscrets.

 

C’est ce qui s’appelle une « bombe à retardement », comme il peut en exploser parfois dans la vie de tout un chacun. Un homme et une femme se croisent, se regardent, s’avancent l’un vers l’autre, se tournent autour, se rapprochent encore… pour finalement se donner corps et âme à ce qui devait arriver.

Comme ils ont décidé que cela ne devait pas se savoir, ils agissent dans la plus grande discrétion, s’enveloppent de brouillard, prennent garde à ce que leurs deux noms ne soient jamais accolés, cultivent le secret. Ils semblent avoir parfaitement réussi leur coup… jusqu’à ce que, des mois, parfois des années après, leur petit mystère vole en éclats et que tout le monde se retrouve au courant !

->Voir aussi – Stéphanie de Monaco : Toquée de ses éléphantes !

Bien évidemment, une bombe de cet acabit voit sa puissance multipliée par dix, par cent, par mille, si, au lieu d’être M. Tout-le-Monde et Mlle Personne, les deux protagonistes sont un artiste de renommée mondiale et une princesse attirant depuis sa naissance les feux des projecteurs et les flashes des photographes.

C’est pourquoi, quand on a finalement découvert les rapports secrets que Stéphanie de Monaco avait entretenus naguère avec Michael Jackson, la bombe à retardement a produit les effets d’un engin thermonucléaire !

->Voir aussi – Stéphanie de Monaco : Elle réalise le rêve d’un petit garçon !

Beaucoup ont même refusé d’y croire, tant le fait d’envisager une liaison entre le roi de la pop et une femme, de quelque nature que soit cette liaison, leur semblait impossible. Leur incrédulité a longtemps été renforcée par le fait que Michael lui-même entretenait savamment le doute. Non pas sur la réalité de la chose, mais à propos de l’identité de sa partenaire.

Sur ce sujet crucial, il laissait circuler les noms les plus prestigieux, sans jamais confirmer ni démentir. C’était à se demander si, poussé par un esprit facétieux, il n’a pas lancé quelques fausses pistes lui-même, histoire de rire un peu et de compliquer encore le jeu.

Torride

L’affaire remonte au mois de novembre 1991, il y a donc tout juste un quart de siècle. Le 26 de ce mois-là, l’événement, c’est la sortie du nouvel album de Michael Jackson : Dangerous. Sur ce disque, une chanson va tout de suite attirer l’attention des fans. Elle s’ouvre sur quelques mots, langoureusement susurrés par une voix féminine, qui disent à peu près ceci : « Il y a quelque chose qu’il faut que je t’avoue / Si tu me jures de me comprendre / Je ne peux pas me retenir quand tu es près de moi / Je suis humble / Touche-moi / Ne cache plus notre attirance / Celle d’une femme et d’un homme… »

Torride, non ? Torride et diablement explicite. Car la chanson s’intitule In the Closet, ce qui signifie « Dans le placard », mais fait surtout référence à l’expression utilisée par les Américains pour désigner les homosexuels qui choisissent de cacher leur préférence à tout le monde, en demeurant cachés « dans le placard ». Des rumeurs d’homosexualité, Michael Jackson en a déjà affronté. Et, là, que dit ce titre et, surtout, cette voix féminine presque pâmée ?

Qu’il a décidé de sortir du placard et de révéler sa liaison avec la jeune femme qui partage sa chanson… et sans doute beaucoup plus. Sur la pochette de l’album, la fameuse voix est attribuée à Mystery Girl : la fille mystère ! Là, les fans entrent carrément en ébullition…Pendant des années, il s’agira de l’un des secrets les mieux gardés du show-business. Pendant la promotion du disque, Michael ne dévoile rien, mais semble bien s’amuser du désarroi des journalistes.

Parmi eux, certains se demandent s’il ne s’agirait pas de Paula Abdul, gloire de l’époque et proche du clan Jackson, aperçue dans le clip du chanteur, Liberian Girl, en 1989. D’autres affirment que cette voix suave et frémissante ne peut être que celle de Madonna : n’a-t-elle pas débarqué avec Michael aux Oscars, quelques mois plus tôt ? Janet, la petite dernière de la fratrie Jackson, est même envisagée, malgré sa volonté affichée de se dissocier de son grand frère.

Sulfureuse

L’affaire rebondit quelques mois plus tard, au printemps 1992, lorsque sort le clip de la chanson. Un clip dont la vedette féminine n’est autre que la splendide Naomi Campbell. Réalisé par le photographe Herb Ritts, et tourné dans la chaleur du désert californien, le clip trahit une véritable tension érotique entre le chanteur et le top model. Et pourtant, c’est encore une fausse piste…

Car la véritable identité de la Mystery Girl, on finira tout de même par l’apprendre : il s’agit de Stéphanie de Monaco, encore tout auréolée du triomphe planétaire de son célèbre Ouragan ! Stéphanie, qui n’a jamais caché son admiration pour le roi de la pop.

En 1991, alors qu’il vient d’abandonner l’idée d’une collaboration avec Madonna, un peu trop sulfureuse à son goût, Michael se rappelle soudain qu’il compte une authentique princesse parmi ses fans. C’est ainsi que la fille cadette de Rainier et Grace est un beau jour invitée à enrichir de sa voix le morceau In the Closet… à condition de ne jamais l’ébruiter : génie du marketing, Michael Jackson préfère laisser ses admirateurs s’efforcer de deviner l’identité de sa Mystery Girl, histoire de gonfler encore les ventes de l’album !

Entre le roi (de la pop) et la princesse (de Monaco), ce duo de studio sera l’occasion d’une belle complicité et d’un début d’amitié, qui ne se démentiront jamais par la suite. Mais rien de plus ! Malgré toute la sensualité qu’elle a mise dans la chanson, Stéphanie de Monaco a tenu à ce que sa relation avec Michael Jackson demeure cantonnée au domaine musical.

 

Didier Balbec