Loana : Rejetée par sa fille !

Loana

En 2015, après avoir connu le fond du gouffre, l’ex-lofteuse Loana reprenait sa vie en main, bien décidée à rattraper le temps perdu avec  Mindy.

 

Le 30 août prochain, elle soufflera ses 40 bougies. Alors que d’autres au même âge ont à peine commencé à vivre, Loana, elle, a déjà plusieurs vies derrière elle. De « go-go danseuse » à star de télé-réalité, de la gosse mal aimée par son père à la femme perdue, qui, à cinq reprises, a voulu mettre fin à ses jours, elle a appris une chose : il n’y a pas plus éphémère que le bonheur.

Ces derniers temps, pourtant, elle semblait avoir trouvé une forme de paix, une sérénité qui donnait à penser qu’elle s’était enfin réconciliée avec l’existence, et avec elle-même. Loin de Paris, à Vence, au cœur de cette Provence où elle a grandi, la jeune femme semble être parvenue à dompter ses vieux démons.

->Voir aussi – Loana : Elle récidive

Celle qui avouait, les jours de désespoir, descendre un litre de whisky, ne boit plus. Elle a aussi tiré un trait sur les drogues et les médicaments auxquels elle recourait pour surmonter ses angoisses. Et si, depuis la fin de sa liaison chaotique avec Fred Cauvin, elle n’a pas retrouvé l’âme sœur, Loana avoue se sentir pour l’instant mieux seule que mal accompagnée. D’ailleurs elle n’est pas vraiment seule : c’est auprès de sa maman, Violette, et de son adorable chien, Titi, que l’ex-lofteuse se reconstruit.

Écartelée

« Aujourd’hui, je savoure chaque jour qui passe. J’ai l’impression de revivre », confiait-elle récemment dans les colonnes de Nice-Matin. Une renaissance ? Pas tout à fait. En effet, comment être heureuse quand il vous manque l’essentiel ? Et l’essentiel pour la Cannoise, ce n’est ni la gloire, ni même l’amour d’un homme, mais cinq lettres, plantées comme une écharde dans son cœur.

->Voir aussi – Loana : Suicide, drogue, alcool, poids, maltraitance…, ses confessions

Nous avions été les premiers à vous révéler l’existence de Mindy, sa fille cachée. Comme Loana l’a raconté ensuite dans Elle m’appelait… Miette (éditions Pauvert, 2001), la jeune femme s’est retrouvée enceinte à 20 ans, d’un autre homme que celui avec lequel elle vivait à l’époque. Cet enfant, elle n’en a pas voulu dans un premier temps. Mais, comme le lui assène alors son médecin, sa grossesse est trop avancée pour qu’elle puisse y mettre un terme en France. Elle se résout donc à aller en Espagne. C’est là que, pour la première fois, elle sent l’enfant bouger dans son ventre. Envers et contre tous, elle décide alors de le garder…

La naissance de Mindy, à huit mois de grossesse, est une révélation pour Loana. Elle se découvre mère, et vit comme un enchantement son séjour à la maternité. La réalité hélas, la rattrape dès sa sortie de la clinique. Elle est jeune, seule et sans le sou. « Je ne vais pas pouvoir m’en occuper, je n’ai pas de travail et j’habite une chambre de 7 mètres carrés », dit-elle, en larmes, à l’assistante sociale.

L’enfant est donc placée, d’abord en pouponnière, puis dans une famille d’accueil. Chaque fois qu’elle lui rend visite, Loana repart écartelée. Abandonner la chair de sa chair est une épreuve terrible : ne pouvant la voir autant qu’elle le souhaite, elle devient rapidement une étrangère pour sa petite Mindy. Loin de les rapprocher, la soudaine célébrité qui fond sur la pulpeuse blonde après son passage dans le Loft les sépare un peu plus.

Loana veut préserver sa fille, qu’elle sait heureuse dans son foyer d’accueil. Leurs retrouvailles n’en seront que plus belles, pense-t-elle. Malheureusement, elle se trompe. Les fêtes, l’alcool, les mauvaises rencontres fragilisent la jeune femme qui amorce alors une longue descente aux enfers. En 2009, elle tente de récupérer Mindy, partie vivre chez son père, mais les juges en décident autrement : elle reçoit l’interdiction de l’approcher à moins de 500 mètres, jusqu’à sa majorité !

Silence

Ses 18 ans, Mindy les a fêtés l’année dernière. Sa mère lui a envoyé un joli message d’anniversaire auquel, pour une fois, l’adolescente a répondu : « Elle m’a dit qu’elle était touchée par mon courrier et qu’elle espérait me revoir. J’ai pleuré de joie toute la journée », avait alors confié Loana. Une joie qui, hélas, s’est vite muée en désespoir. Non seulement elle n’a pas revu la chair de sa chair, mais celle-ci semble depuis refuser tout contact avec elle !

« J’ai beau lui envoyer des photos, j’ai beau lui écrire, j’ai beau lui envoyer des cœurs tous les jours, toutes les semaines, je n’ai aucune réponse », s’est-elle exclamée, bouleversée, au Grand direct des médias, sur Europe 1, dont elle était l’invitée, le 13 février dernier. Si elle peut comprendre que sa fille ne soit pas prête à la revoir tout de suite, Loana ne se résout pas au pesant silence que Mindy lui oppose. « Je ne sais pas ce qu’elle a. Je ne sais pas pourquoi elle a fait ça d’ailleurs. Vous savez, taper un texto sur un téléphone, ça ne coûte pas grand-chose. Elle pourrait répondre, ne serait-ce que “Je n’ai pas envie de te voir” ou “Je veux te voir”, mais elle ne répond jamais. »

Mais cette fois, Loana a décidé d’être forte. Et d’affronter cette épreuve avec patience et détermination. En attendant, elle avance. Elle vient de sortir un single, une reprise de Love Me Tender, d’Elvis Presley, revient en mars, dans Les anges 9 (de la télé-réalité) sur NRJ12, et achève l’écriture d’un second livre. Des projets qui lui permettent de tenir et de montrer à sa petite chérie devenue grande que le pire est derrière elles.« Je t’ai aimée, je t’aime et je t’aimerai jusqu’à la fin de ma vie », a-t-elle lancé sur les ondes d’Europe 1, paraphrasant les paroles de Francis Cabrel.

Cette bouteille à la mer(e) de Loana parviendra-t-elle à atteindre Mindy ? C’est en tout cas ce qu’on lui souhaite…

Lili Chablis