Pierre Ménès : Il dit tout sur son opération !

pierre ménès

Une semaine après avoir été opéré, le journaliste Pierre Ménès fait la lumière sur sa maladie et avoue être revenu de loin.

 

Après un silence radio de près de cinq mois, Pierre Ménès donne enfin lui-même de ses nouvelles avec des précisions. Dans un premier temps, le chroniqueur du « Canal Football Club » postait une photo de lui sur un lit d’hôpital en compagnie du joueur de football Thiago Motta et indiquait qu’il venait d’être opéré une nouvelle fois.

Quelques jours plus tard, sa compagne Mélissa en disait un peu plus sur l’opération que venait de subir Pierre Ménès. En réalité, le journaliste a subi une greffe d’organe, une opération lourde qui lui a sauvé la vie. Elle ajoutait ne pas savoir « comment remercier le donneur d’organe » qui a fait un geste exemplaire pour que le chroniqueur arrête de souffrir.

Lire aussi –> Pierre Ménès : Il peut compter sur le soutien sans faille de sa compagne !

Cette fois, Pierre Ménès a décidé de prendre la parole. Le week-end dernier, il a accordé une interview au quotidien « L’Équipe » dans lequel il revient plus en détails sur le mal qui le ronge depuis des mois, qui a nécessité la greffe d’un rein et d’un foie.

« Je souffre d’une cirrhose dite NASH (non liée à l’alcool). Mon foie ne fonctionnait plus et j’avais en plus une insuffisance rénale en phase terminale. Ça s’est révélé en avril, j’ai perdu une quarantaine de kilos depuis, indique-t-il au journal sportif. Mon état s’était dégradé, je vomissais beaucoup, je ne pouvais plus marcher. J’étais devenu un vrai légume. Mes vaisseaux s’abîmaient beaucoup et j’allais devenir inopérable. »

Pour ne plus souffrir, le journaliste spécialiste du football apprend, en juillet, qu’il doit être greffé. Mais il doit prendre mal son mal en patience et attendre au minimum le 20 octobre pour avoir une chance d’être opéré. C’est finalement ce mois-ci qu’un donneur se manifeste et lui permet de subir une intervention. Soulagé d’avoir enfin été opéré, le retour à la normale devrait cependant prendre plusieurs mois, les séquelles étant encore lourdes.

Lire aussi –> Pierre Ménès : Mais que devient-il ?

« Je souffre pas mal. Il y a des hauts et des bas, c’est normal. Je ne sais pas encore quand je vais quitter l’hôpital. Je ne tiens pas sur mes jambes, donc ça me paraît un peu compliqué d’aller voir ailleurs. Ma convalescence devrait durer de quatre à cinq mois. Mais j’espère faire mon retour à l’antenne en mars prochain. Si ça ne va pas, je ne viendrai pas un dimanche ou deux… »

En plus de cette interview, Pierre Ménès a également posté un message sur son compte Twitter samedi dernier. Le chroniqueur a notamment tenu à rendre un vibrant hommage aux proches qui l’ont accompagné dans ces moments difficiles ainsi qu’au donneur sans qui le calvaire aurait pu continuer.

« Sans l’amour infaillible de ma merveilleuse Mélissa et la présence perma­nente et bien­veillante de ma mère, je ne serais proba­ble­ment plus là aujourd’­hui. Toute ma vie, je leur en serai recon­nais­sant. Ma grati­tude va aussi à la famille de mon donneur anonyme, qui m’a redonné la vie, écrit Pierre Ménès. Quelle incroyable bonté ! Je compte bien sûr mettre main­te­nant ma noto­riété au service de cette cause. 

Lire aussi –> Pierre Ménès : L’hospitalisation inévitable !

Pierre Ménès n’a pas oublié de saluer les équipes de Canal +, chaîne de télévision sur laquelle il officie, ainsi que les internautes très actifs pour prendre des nouvelles et faire qu’il garde le moral. « J’ai bon espoir de reprendre des forces dans les mois qui viennent et […] plus géné­ra­le­ment au sein de ma famille de Canal+, qui a été fantas­tique de présence durant ces mois diffi­ciles. Je n’ou­blie pas tous les messages de fans que je reçois sur les réseaux sociaux, je ne pensais pas que vous m’ai­miez autant et ça m’a beau­coup aidé aussi, soyez-en remer­ciés. Je reviens dès que je le peux, avec vous tous. Je vous aime. »

Nous souhaitons un bon rétablissement à Pierre Ménès et espérons son retour sur le petit écran le plus rapidement possible !

Cyril Coantiec

Mots Clés :