Valérie Trierweiler : elle se jette sur sa rivale et se bat !

Son fameux tweet lors du duel électoral entre Ségolène Royal et Olivier Falorni avait montré son impulsivité. Son ordre : « Embrasse-moi sur la bouche », intimé à François Hollande au soir de l’élection présidentielle place de la Bastille à Paris avait prouvé la hardiesse de Valérie Trierweiler.

Avec son livre « Merci pour ce moment » publié le mois dernier, elle avait affiché une férocité vengeresse et brutale. Mais quels autres mots utiliser que violent, frénétique ou démesuré pour qualifier le comportement inimaginable de Valérie Trierweiler dans la soirée du dimanche 28 septembre dans un bar du premier arrondissement de Paris…

Trierweiler interviewCe soir-là, le maire-adjoint du XIIème, Jean-Luc Romero célébrait au Banana Café son premier anniversaire de mariage avec son compagnon Christophe Michel. Danseurs brésiliens, flonflons, cotillons, la fête battait son plein, quand tard dans la nuit, Valérie Trierweiler qui était accompagnée de Saïda Jawad, la compagne de Gérard Jugnot, a repéré une table, un peu à part, composée d’un groupe d’anciennes amies qui se sont fâchées avec elle après la publication de son livre « Merci pour ce moment »… Parmi elles, l’épouse de Michel Sapin, Valérie de Senneville, journaliste aux Echos.

Cette dernière a longtemps soutenu Valérie. Elle était allée lui rendre visite à l’hôpital dès les premiers jours de sa convalescence, s’était occupée de ses enfants, était allée chez elle rue Cauchy à de multiples reprises et l’avait même accompagnée en voyage à l’Ile Maurice. Elles étaient inséparables

D’après nos informations, c’est une Valérie Trierweiler passablement grisée et provocatrice qui s’est approchée de la table avant d’agresser physiquement l’épouse du ministre de l’économie, sous les yeux médusés d’une toute petite assistance. La plupart des convives n’ont rien remarqué à cause de la musique très forte et parce que la table était située dans un recoin de l’établissement.

Choquée, Valérie de Senneville aurait néanmoins décidé de ne pas porter plainte. Quant à Valérie Trierweiler, la revoici plongée au cœur d’une affaire pathétique.

Toutes les photos, tous les détails de cette incroyable agression dans notre édition papier du 10 octobre 2014, France Dimanche n° 3554 et sur notre article Internet « Valérie Trierweiler : En soirée, elle agresse physiquement la femme d’un ministre« .

Zoé Dubreuil