Koh-Lanta : Benoît “Pendant l’aventure, j’ai rencontré l’amour !”

Benoît

À défaut de devenir footballeur professionnel, le jeune  breton, Benoît de Koh-Lanta, a pu prouver sur l’île qu’il pouvait faire parler la poudre…

 

En découvrant le fameux anneau sur l’île au trésor, Benoît Assadi, 22 ans, a fait un grand pas vers la victoire puisqu’il est déjà assuré, à ce stade du jeu, de faire partie des quatre derniers aventuriers de cette 16e saison de Koh-Lanta. Il n’a pour autant pas l’intention de se tourner les pouces d’ici l’épreuve d’orientation…

->Voir aussi – Koh-Lanta : Alexandra : « Contrairement aux apparences, je suis très rigolote ! »

France Dimanche (F.D.): Bravo! Avec cet anneau d’or, vous voilà assuré de participer à l’épreuve d’orientation. Que comptez-vous faire en attendant?

Benoît (B.): Contrairement à ce que certains pourraient penser, je ne vais pas rester les bras croisés en regardant les autres. J’ai l’intention d’établir des stratégies pour sauver ceux que j’aime. Pas question de me reposer sur mes lauriers, le jeu est en effet loin d’être fini pour moi. Ce n’est pas parce que j’ai sauté des étapes que je suis déjà vainqueur ! Au contraire, je suis motivé pour prouver que je mérite vraiment d’en être arrivé là. Je veux donc continuer à remporter le plus d’épreuves possibles et me rendre indispensable sur le camp.

F.D.: Qu’avez-vous fait de cet anneau?

B.: J’attendais avec impatience que cet épisode soit diffusé parce que je peux enfin dire à mon entourage que je fais dès maintenant partie des quatre derniers aventuriers. Et surtout, je peux porter mon anneau ! Jusqu’à présent, je devais le garder caché pour ne pas casser le suspense. Ça m’enlève un poids.

F.D.: Pensiez-vous aller aussi loin dans le jeu?

B.: Très sincèrement non. J’avais pour objectif d’atteindre au moins la réunification. Après, je savais que j’allais être un des premiers éliminés puisque l’idée est de se séparer des plus « forts ». D’ailleurs, tous les Jaunes ont voté contre moi lors du dernier conseil. Donc sans mon anneau, j’aurais déjà terminé l’aventure.

F.D.: Lors d’un précédent conseil, vous avez utilisé pour rien le collier d’immunité que vous partagiez avec Julie. Pas trop de regrets?

B.: J’ai surtout des regrets vis-à-vis de Julie. D’autant plus que je n’en ai plus besoin maintenant, contrairement à elle. Mais j’étais obligé de le sortir car on ne savait pas si c’était Lau ou moi qui récolterait le plus de votes. Julie ne m’en a pas voulu parce que je l’avais prévenue juste avant le conseil. Mais elle aurait quand même préféré que je le lui dise plus tôt. Heureusement, elle n’est pas rancunière. Nous sommes restés très proches.

F.D.: L’épreuve de dégustation a semblé très facile pour vous. Était-ce réellement le cas?

B.: J’avais vraiment hâte d’y arriver. C’est quand même un moment culte de Koh-Lanta  ! Et l’enjeu était de taille. Soit je perdais, et j’étais quasiment sûr d’être éliminé le lendemain. Soit je gagnais, et j’avais l’occasion de retourner sur l’île pour récupérer l’anneau. J’étais donc comme possédé le jour J. J’aurais vraiment gobé n’importe quoi. D’ailleurs, j’ai eu un choc en me voyant.

F.D.: Dans le dernier épisode, on vous a vu avec une main bandée. Rien de grave?

B.: C’est arrivé lors d’une pêche sous-marine. J’ai mis ma main sur un oursin et me suis retrouvé avec une vingtaine d’épines plantées bien profondément dans la peau. Ça faisait horriblement mal.

F.D.: Comment réagissent vos proches en vous voyant à la télévision?

B.: Mes parents sont extrêmement fiers de moi. Ma mère est surtout rassurée qu’il ne me soit rien arrivé de grave, car elle était terriblement inquiète en me voyant partir.

F.D.: Votre vie a-t-elle déjà changé depuis votre retour en France?

B.: Oui, le regard des gens dans la rue n’est plus le même. D’ailleurs, depuis vendredi dernier, on me reconnaît. J’ai aussi de plus en plus d’abonnés sur les réseaux sociaux. Et puis surtout, j’ai quitté la Bretagne pour m’installer à Toulouse avec Jesta [candidate comme lui de cette 16e saison, ndlr], avec qui je suis maintenant. En attendant de retrouver un boulot dans le football, je suis vendeur dans le prêt-à-porter. C’est juste un travail alimentaire.

F.D.: Avez-vous des projets sérieux avec Jesta?

B.: C’est encore trop tôt pour parler de mariage ou de bébé. Nous ne sommes ensemble que depuis trois mois. Mais une chose est sûre, avec elle, j’ai déjà gagné bien plus que je ne l’aurais imaginé grâce à Koh-Lanta. On est vraiment bien ensemble. On est devant notre télévision tous les vendredis, et on regarde l’émission en boucle toute la semaine. On doit voir chaque épisode au moins quatre fois. Et on ne s’en lasse pas !

Philippe Callewaert

Mots Clés :