Loana : “Je ne suis pas faite pour le bonheur !”

Loana

Alors que Loana croyait avoir enfin trouvé l’amour, l’ex-lofteuse est à nouveau plongée en plein désespoir.

 

À la veille de ses 40 ans, le 30 août dernier, on l’avait laissée amoureuse et heureuse. L’ex-lofteuse nous avait en effet longuement parlé de son nouveau grand bonheur au côté de Phil Storm. Mais il y a quelques jours, sur les réseaux sociaux, des rumeurs de séparation se sont mises à circuler. Pour y couper court, la jeune femme a choisi de nous livrer sa vérité.

->Voir aussi – Loana : 2e chapitre – La gloire

France Dimanche : Comment allez-vous, Loana ?

Loana : Mal. Je peine à réaliser ce qui m’arrive. Lundi 18 septembre, j’ai reçu mon petit message du matin : « Bonjour ma coquillette, passe une bonne journée, tu me manques, quand est-ce qu’on se voit ? » Tout ça accompagné de petits cœurs et d’une étoile filante. Et puis, vers midi, nouveau texto très étrange, comme si quelqu’un avait écrit à sa place. En résumé : « Je doute de la véracité de tes sentiments. Je crains que tu n’aies utilisé notre couple pour servir ton image. J’ai besoin de prendre du recul par rapport à tout ça. Prends soin de toi. Bisous. » J’étais abasourdie.

F.D. : Qu’avez-vous fait ?

L. : J’ai cherché à le joindre, mais je tombais sur sa boîte vocale. Je ne comprenais rien. J’ai passé deux nuits blanches à attendre un signe de sa part. J’ai fini par lui écrire ce que j’avais sur le cœur par texto le mercredi. Sans résultat. Deux jours plus tard, désespérée, j’ai diffusé mon texte sur les réseaux sociaux en me disant que, comme il y était très souvent, il finirait bien par le lire. Dans cette lettre, je lui disais juste qu’il me manquait énormément, et qu’avec tout ce qu’on avait vécu, nos fous rires, nos bons moments, je ne comprenais pas. Que je voulais juste qu’on en parle. Et puis le vendredi, sur son Facebook, il a à son tour posté un très beau message, dans lequel il disait qu’il m’aimait et que j’allais beaucoup lui manquer. Pourquoi ne m’appelait-il pas pour qu’on en parle tous les deux ?

->Voir aussi – Loana : 4e chapitre – Amoureuse et heureuse

F.D. : Vous ne vous êtes jamais reparlé ?

L. : Si, le samedi, au téléphone. Ces derniers temps, de graves problèmes familiaux l’ont plongé dans un profond désespoir, et je n’ai peut-être pas mesuré à quel point il était fragile. Il m’a dit que, dans un moment pareil, il était encore plus compliqué d’être à mes côtés, scruté, insulté et même menacé. Il s’est vraiment excusé, et je le pardonne.

F.D. : Tout n’est peut-être pas vraiment fini ?

L. : Si, je pense que c’est irrémédiable. Quand le doute s’installe dans une relation, c’est très mauvais signe. C’est triste, mais je pense qu’il a fini par écouter les mauvaises langues qui affirmaient que je me servais de lui pour redorer mon image. Qu’il croie ces racontars me blesse terriblement. Il veut poursuivre son existence loin de moi. Quand la confiance est brisée, c’est fini. J’ai beaucoup de mal à m’en remettre, j’ai tant pleuré.

F.D. : Vous parliez mariage cet été ?

L. : Bien sûr, même s’il n’y avait rien de concret. Mais comme dans l’émission Mad Mag [sur NRJ 12, ndlr], on m’a demandé ce qu’on pouvait me souhaiter pour la suite et que j’ai répondu : « Pourquoi pas le mariage ? », il me dit que ça lui a mis la pression. Pourtant, je ne lui ai jamais mis le couteau sous la gorge, on en a toujours parlé en rigolant, en se disant : « Si un jour on se mariait, qu’est-ce qu’on ferait ? »

F.D. : À votre avis, quel est le fond du problème ?

L. : Je ne peux pas vous répondre, je n’en sais rien moi-même. J’avais l’impression d’avoir trouvé ma moitié, la personne auprès de qui j’avais envie d’être à chaque instant. Je partageais tout avec lui, mes joies, mes peines. J’étais tellement déprimée ces derniers jours, à traîner en pyjama, que ma mère m’a dit que ça faisait bien longtemps qu’elle ne m’avait pas vue comme ça. D’un coup, ma vie est devenue vide.

F.D. : Quand vous étiez-vous vus pour la dernière fois ?

L. : Le samedi 2 septembre, chez moi, lors de la fête pour mes 40 ans. On était une quinzaine, tous les gens que j’aime. Ce soir-là, je l’ai d’ailleurs présenté à mon frère et à ma cousine, qui l’ont adoré. On a passé une super soirée. Il avait dormi à la maison, j’étais aux anges. Mais depuis cet événement, je le trouvais un peu bizarre, distant, je sentais que quelque chose n’allait pas. Aujourd’hui, je tente de faire face. J’ai le sentiment amer que je n’arriverais jamais à trouver ma moitié et que je ne suis pas faite pour le bonheur.

F.D. : Quel message souhaitez-vous faire passer ?

L. : On était pourtant si heureux ! Il avait réussi à faire rebattre mon cœur. Je ne veux donc pas le blâmer. C’est juste une très belle histoire d’amour qui se termine, et en aucun cas je ne souhaite qu’on la salisse.

Caroline Berger