Super Mamie 2017-2018 : C’est reparti !

Autour de Fabienne Ollier, Lilou et Céline Boyer, les concurrentes Jacqueline (98 ans), Bernadette (76 ans) et Sandra (44 ans). À dr. : Hugues Verrier (Directeur général de la Foire de Pau) et Bernadette Debretz (Super mamie 2016 des Pyrénées-Atlantiques)

Autour de Fabienne Ollier, Lilou et Céline Boyer, les concurrentes Jacqueline (98 ans), Bernadette (76 ans) et Sandra (44 ans). À dr. : Hugues Verrier (Directeur général de la Foire de Pau) et Bernadette Debretz (Super mamie 2016 des Pyrénées-Atlantiques)

La nouvelle saison de Super Mamie a commencé avec l’élection de deux candidates 
prometteuses, avec Céline Boyer dans les Pyrénées-Atlantiques et Gisèle Phung Van en Picardie.

Céline BOYER

Élue le 14 septembre dans le cadre de la Foire de Pau, Céline Boyer (71 ans) est à la tête d’une tribu très unie composée de Benoît (40 ans) et Adeline (35 ans), ses enfants, et de ses deux petites-filles, Lilou (8 ans) et Flora (3 ans). Lilou la surnomme « Mamie attention les secousses ! », car celle-ci entraîne tout son petit monde derrière elle à la manière de Yannick Noah dans Saga Africa.

->Voir aussi – Les Super Mamies en Tunisie : Sous le signe de l’amitié

Pierre, son époux, se plaint d’avoir une femme « courant d’air », tout en étant très fier du dynamisme de celle dont il partage la vie depuis quarante-trois ans. « Je vais me coucher sur ton agenda pour te voir ou bien me faire hospitaliser… », lui a-t-il lancé durant notre entretien. Il faut dire que Céline a un emploi du temps de ministre.

Hyperactive

« Je suis née à Mogador, au Maroc, rebaptisé Essaouira, nous a confié la grande gagnante. J’y ai vécu jusqu’à 5 ans. Mon père, policier, a ensuite été muté à Lourdes, puis à Pau. C’est là que j’ai rencontré mon mari, un pompier qui a eu 19 affectations. J’ai vécu au rythme de la vie de caserne, réveillée à n’importe quelle heure par la sonnerie d’alerte.

J’ai travaillé quinze ans comme secrétaire médicale, avant de m’arrêter pour m’occuper de la santé de mon aîné, Benoît. Une fois à la retraite, il n’était pas question pour moi de tout arrêter. Alors je me suis investie dans le monde associatif. »

Elle adore chanter, appartient au groupe Les Enchanteurs Palois et se produit avec une amie et un guitariste dans les maisons de retraite. Elle est aussi visiteuse en milieu hospitalier. Et ce n’est pas tout ! À la mairie de Pau, Céline assure les permanences de l’AVF (Accueil des villes françaises), qui accueille les nouveaux arrivants, leur faisant découvrir la région et ses activités culturelles.

Et elle trouve encore le temps de faire un karaoké tous les quinze jours, de cultiver son jardin et de s’occuper de sa ménagerie ! « J’adore les animaux. Nous avons deux chattes ragdoll, un podenco, un chien portugais de 3 ans qui avait été abandonné, et Jacquot, un perroquet âgé de 19 ans. »

Épicurienne, Céline aime aussi cuisiner : « Mes spécialités ? Le couscous marocain, le tajine de poulet au citron, la paella et les cannellonis. Mon mari adore ! Pour rester en forme, je pratique l’Aquagym une fois par semaine. » Bref, Céline est une sérieuse concurrente pour la victoire finale en juin prochain ! n

De g. à dr. : Chantal Modeste (Conseillère municipale d'Amiens), Sophie Darel, Fabienne Ollier, Gisèle Phung Van et Annie Verrier (Maire adjointe). Devant : Nedjima Ben Mokhtar (1er adjointe au maire)

De g. à dr. : Chantal Modeste (Conseillère municipale d’Amiens), Sophie Darel, Fabienne Ollier, Gisèle Phung Van et Annie Verrier (Maire adjointe). Devant : Nedjima Ben Mokhtar (1er adjointe au maire)

Gisèle PHUNG VAN

Brigitte Fouré, maire d’Amiens, accueillait Fabienne Ollier et Sophie Darel pour l’élection de la Super Mamie de Picardie, dans le cadre du Salon des seniors de Mégacité, dimanche 24 septembre. À l’unanimité, le jury a élu Gisèle Phung Van (65 ans), de Couloisy (Oise). Mère de deux enfants, Carinne (40 ans) et Yoann (37 ans), elle a été grand-mère à 45 ans. Elle a aujourd’hui trois petits-enfants : Olivier (19 ans), Wahid (12 ans) et Mehdi (9 ans).

->Voir aussi – Super Mamie 2017 : Marie-Hélène Thévenard

Gisèle, qui a perdu son mari dans un accident de voiture, a élevé seule ses enfants. Sa fille habitant à Grenoble et son fils à Montréal, chacun avait envoyé une lettre pour faire son portrait. « Maman est une femme de culture, généreuse, bienveillante, a ainsi écrit Carinne. Elle m’a beaucoup aidée à surmonter les difficultés que j’ai rencontrées dans mon couple. » Son mari avait accusé sa femme d’appartenir à une secte. Le procès a duré quatre ans, et Gisèle a beaucoup soutenu sa fille dans cette épreuve. Elle héberge par ailleurs Olivier.

Retraitée de l’Éducation nationale, elle a cessé ses activités de psychologue scolaire à 59 ans. Elle aurait pu ouvrir un cabinet, mais elle a préféré continuer d’exercer son métier gratuitement au sein d’une association d’aide à la personne, l’Atepps-Cedet, un atelier thérapeutique de Compiègne. « Je suis bénévole, j’assure le suivi d’enfants qui présentent des troubles du comportement ou sont angoissés. Je m’occupe également d’adultes dépressifs, nous a-t-elle expliqué. J’ai aussi rejoint l’association Yakadansé ! »

Nous avons un partenariat avec Santiago de Cuba et organisons chaque année un voyage. Notre programme : cours de salsa de Cuba, reggaeton et bachata,visites et pratique de la danse le soir. Nous recevons en échange un étudiant cubain.

Battante

Gisèle est aussi une fine cuisinière. Spécialiste du canard à la périgourdine, elle s’est ouverte à la gastronomie crudivore. Ses petits-enfants se régalent avec sa recette de tarte au citron et à la mangue toute crue : « C’est super délicieux. » Elle pratique la peinture sur porcelaine et adore la lecture, avec une prédilection pour les ouvrages de psychologie et les polars.

Animée par l’amour de la vie et la certitude que toutes les générations peuvent se retrouver autour d’activités communes, le partage et la générosité sont ses deux moteurs. « Je ne me laisse jamais abattre », a-t‑elle conclu.

Dominique Préhu

Mots Clés :