Marie-Ange : “Noisette retrouvée après avoir 
disparu huit ans !”

Noisette à nouveau en famille auprès de Marie-Ange et de Ludovic Huit longues années après sa disparition, l’épagneul breton Noisette a retrouvé le doux cocon de sa famille d’origine. Des retrouvailles magiques entre la chienne et les enfants handicapés de Marie-Ange  61 ans. VAP CHIEN RETROUVE

Noisette à nouveau en famille auprès de Marie-Ange et de Ludovic

Après huit longues années, l’épagneul breton Noisette a regagné le doux cocon de sa famille d’origine. Des retrouvailles magiques entre la chienne et les enfants handicapés de Marie-Ange, 61 ans.

Marie-Ange Oliver, Frontignan (Hérault)

«Noisette était la compagne préférée de mes deux enfants handicapés. Et quand elle a disparu un matin, il y a huit ans, leur état physique s’est brusquement détérioré.

Pour Ludovic et Jérôme, respectivement 32 et 28 ans, notre épagneul breton était un jouet unique, un copain précieux, une source immense d’affection. Et elle savait nous prévenir à l’avance, grâce à ses aboiements répétitifs, quand l’aîné allait faire ses crises d’épilepsie. Noisette sentait tout…

Souffre-douleur

Très amaigrie, blessée et malade, Noisette a pleuré de bonheur en retrouvant sa famille ! Huit longues années après sa disparition, l’épagneul breton Noisette a retrouvé le doux cocon de sa famille d’origine. Des retrouvailles magiques entre la chienne et les enfants handicapés de Marie-Ange  61 ans. VAP CHIEN RETROUVE

Très amaigrie, blessée et malade, Noisette a pleuré de bonheur en retrouvant sa famille !

Un matin, je partais faire mes courses, et notre chienne a disparu. À mon retour, je l’ai cherchée 
partout. Je suis allée à la police, j’ai collé des affiches chez tous les commerçants des villages alentour, comme Sète ou Balaruc. J’ai remué ciel et terre. En vain. Noisette ne donnait plus signe de vie et restait introuvable.

J’imaginais alors 
qu’elle avait été enlevée, ou bien qu’elle avait fait une fugue. Au fil des mois, j’ai fini par moins penser à elle, adoptant même deux nouveaux chiens pour tenir compagnie à mes enfants. Car Ludo sombrait dans la dépression, ne s’alimentant plus et se laissant dépérir. Noisette, on a fini par l’oublier…

Mais un matin de septembre 2016, je reçois un courrier recommandé de l’I-cad (le centre d’identification des chiens et chats, basé à Paris) me signalant que l’association L’arche de Squirel* a recueilli une chienne de race, dont le tatouage indique que nous en sommes les propriétaires.

Les deux bénévoles l’ont trouvée prostrée dans un enclos, dans un état de dénutrition avancée, ne pesant 
plus que 11 kg (elle en pesait 19 quand elle vivait avec nous). Ils l’ont directement emmenée chez le vétérinaire, qui ne donnait pas cher de sa peau.

Recouverte de tics et de puces, Noisette avait aussi des blessures ouvertes. Pendant toutes ces années, elle avait probablement été le souffre-douleur d’autres chiens appartenant à une famille qui ne s’occupait guère d’elle…

Noisette a bien mérité un peu de repos !

Noisette a bien mérité un peu de repos !

Nos retrouvailles ont été magiques. L’un de mes autres fils est allé la chercher en voiture. Dès qu’elle a vu notre maison, elle s’est précipitée sur Ludovic. Pas de doute, c’était bien elle, avec sa tache brune sur le haut du crâne et ses petites boules de graisse dispersées sur le corps. Pendant de longues minutes, elle a fait la fête à Ludo, tournant autour de lui comme une toupie. Il a fondu en larmes. Et Noisette s’est mise à pleurer aussi. Un moment inoubliable, tellement c’était émouvant !

Aujourd’hui, mon fils Jérôme est décédé. Mais je suis si heureuse que Noisette soit présente pour mon Ludo. Elle dort à côté de son lit, mange en même temps que lui. Bref elle ne le quitte plus et a repris toute sa place au sein de notre famille. La complicité entre eux est évidente. Et au fil des semaines, Noisette a aussi repris du poil de la bête…

Je souhaite tirer mon chapeau aux bénévoles qui se démènent pour la cause animale. Patricia, la présidente de l’association L’arche de Squirel est devenue mon amie. Je voudrais lancer une souscription pour aider cet organisme qui ne reçoit pas de subventions et dont les membres n’hésitent pas à payer de leur poche les consultations chez les vétérinaires pour les chiens qu’ils ont recueillis. »

* Pour soutenir l’association 
L’arche de Squirel : 
Facebook.com/ArchedeSquirel

Alicia Comet

Mots Clés :