France Dimanche > Vie pratique > Danielle Steel : “J’ai besoin de souffrir pour me sentir utile”

Vie pratique

Danielle Steel : “J’ai besoin de souffrir pour me sentir utile”

Publié le 5 mars 2016

capture-d-e-cran-2016-02-15-a-11-27-05

Avec plus de 80 best-sellers publiés en France et 800 millions d’exemplaires vendus à travers le monde, elle est la romancière la plus lue. Mais malgré l’immense succès de ses livres, la vie n’a pas toujours été tendre pour cette grande dame de la littérature américaine.

À l’instar de ses héroïnes, Danielle Steel n’a en effet pas été heureuse en amour. Si, pendant quelques années, elle a trouvé le bonheur avec son second époux, John Traina, qu’elle décrit comme « un homme bon, charmant, élégant avec qui je me sentais comme une princesse de conte de fées », elle pleure aujourd’hui ses cinq mariages ratés, « des erreurs qui sont mon plus grand regret, car l’amour est la chose la plus importante au monde. »

Destin

De ces unions, l’écrivain a eu huit enfants, qui sont sa joie et sa fierté. Mais le destin a frappé cruellement cette maman aimante lorsque son fils, le chanteur Nick Traina, bipolaire, s’est donné la mort à 19 ans.

Un décès qui a anéanti sa mère mais auquel elle a donné un sens en racontant la maladie de son fils dans un très beau livre, Un rayon de lumière, et en fondant la Nick Traina Foundation, qui finance la recherche contre les maladies mentales.

Cette femme de cœur s’est également investie depuis plusieurs années, avec l’équipe de la fondation Yo ! Angel ! Elle a sillonné les rues de San Francisco par un froid hivernal, distribuant vivres et couvertures aux sans-abri. « J’ai besoin de souffrir pour me sentir utile », confie l’écrivain, qui voulait devenir religieuse lorsqu’elle était enfant

La vie de cette célébrissime femme n’a d’ailleurs rien de glamour. Couchée tard, levée tôt, c’est un bourreau de travail. Face à sa vieille Olympia mécanique de 1948, elle écrit toute la journée, et même une partie de la nuit. Un rythme infernal qui lui permet de rédiger trois livres à la fois !

Ce qui ne l’empêche pas d’être là pour ses enfants et ses nombreux animaux (cinq chiens, une perruche, un lapin et un porc du Vietnam) ! Celle qui partage sa vie entre San

Une vie parfaite de Danielle Steel
Francisco et Paris délaisse parfois sa chère machine pour faire la tournée des grands couturiers.

Ses favoris : Dior, Saint Laurent, Chanel, Givenchy. Mais elle aime aussi les boutiques Zara.
Si elle fréquente les grands restaurants parisiens, Apicius ou Le Voltaire, chez elle, Danielle se nourrit d’œufs durs, de crackers et de chocolat, ne boit jamais d’alcool et prend exceptionnellement un décaféiné ! « Je préfère l’eau », avoue-t-elle !

Gwenaëlle Keskaven
Une image du bonheur

À 47 ans, Blaise McCarthy est une star de la télévision américaine. Cette mère célibataire doit jongler entre sa carrière et les soins qu’elle doit prodiguer à sa fille Salima, aveugle à la suite d’un diabète. L’éducateur spécialisé qui entre dans leur vie va ouvrir de nouveaux horizons à la petite famille. Un roman inoubliable !

« Une vie parfaite », de Danielle Steel, Presses de la Cité, 19,99 €.

À découvrir