France Dimanche > Vie pratique > Nathalie Dazin : “J’habille gratuitement les chômeurs pour leurs entretiens d’embauche”

Vie pratique

Nathalie Dazin : “J’habille gratuitement les chômeurs pour leurs entretiens d’embauche”

Publié le 4 février 2018

n-dazin

Nathalie Dazin, ancienne styliste, a créé l’antenne lilloise de La cravate solidaire, une association qui aide les demandeurs d’emploi à favoriser leur insertion professionnelle. Leur slogan : “L’habit ne fait pas le moine, mais il y contribue.”

«Après trente ans passés dans le stylisme, j’ai eu l’envie et la possibilité de donner un autre sens à ma vie professionnelle et de me soucier de l’intérêt général. Je voulais rendre un peu ce que j’avais reçu. J’avais déjà entendu parler de La cravate solidaire. Créée en 2012 par trois étudiants (Yann Lotodé, Jacques-Henri Strubel et Nicolas Gradziel) en école de commerce, cette association habille gracieusement les demandeurs d’emploi à la veille de leur entretien d’embauche et les prépare par un coaching en ressources humaines.

Séduite par son slogan “l’habit ne fait pas le moine mais il y contribue” et face aux taux de chômage élevé dans ma région, les Hauts-de-France, j’ai contacté ses fondateurs. Je leur ai proposé de créer une antenne à Lille. Elle a été ouverte en 2015. Très vite, j’ai reçu une avalanche de candidatures et l’association a vite grandi.

Aujourd’hui, nous sommes 90 bénévoles, un salarié et un jeune en service civique, âgés de 20 à 60 ans, toutes les générations sont représentées. C’est une très belle aventure humaine ! En deux ans, nous avons accueilli 400 personnes sans-emploi, autant de femmes que d’hommes. Dans notre dressing de 100 m2, séparé en deux espaces de 50 m2 (femme et homme),

nous proposons toutes sortes d’habits neufs ou presque – costumes, tailleurs, chaussures, vestes, chemises, pantalons, cravates et accessoires –, de toutes tailles, donnés par des groupes textiles (Camaïeu, Devred, La Redoute, Ateliers NA, Promod…), des particuliers, ou collectés en entreprise.

Les candidats nous sont adressés par nos partenaires : Pôle Emploi, missions locales, Écoles de la 2e chance, Emploi et handicap et diverses associations locales… Pour chacun d’eux, le parcours se déroule en quatre étapes : ils sont d’abord accueillis autour d’un café pour parler de leur vécu et de leur projet professionnel ; puis ils passent au dressing, avec des conseillers en image, à la recherche d’une tenue complète.

La tenue vestimentaire peut être facteur de discrimination : selon une étude du Défenseur des droits et de l’Organisation internationale du travail (OIT) réalisée en 2013, l’apparence physique est même la première source de discrimination à l’embauche, avant le sexe et l’origine. Il faut que la tenue corresponde aux attentes de l’employeur. Nous nous adaptons au job recherché : si c’est pour un emploi de menuisier ou d’agent d’entretien, on évitera le costume cravate au profit d’une chemise décontractée.

Si la tenue convient, le recruteur va valider et sera, inconsciemment, plus attentif au discours du candidat. Ce passage au vestiaire est un moment important : les demandeurs d’emploi retrouvent sourire et confiance. Puis, c’est l’étape de l’entretien blanc, face à un duo de conseillers en ressources humaines bénévoles qui, comme si on était le jour J, leur posent des questions “sympas” et d’autres déstabilisantes. Après trente minutes d’échanges, vient l’heure du débriefing. Ils apprennent à maîtriser les codes de l’entretien : comment se présenter, comment conclure son oral, maîtriser le non-verbal comme regarder dans les yeux, sourire…

Un véritable “coup de boost”. Les candidats repartent avec un carnet dans lequel ils ont consigné nos préconisations. Enfin, ils passent au studio pour réaliser des clichés en tenue qui figureront sur leur curriculum vitæ. Ils se valoriseront ainsi en travaillant la pose photographique. Le parcours dure deux heures. Notre objectif : que la personne reparte avec le sourire et aille en confiance à l’entretien. D’après notre questionnaire de satisfaction, tout le monde est ravi de l’initiative. Mais surtout, environ 70 % des personnes que nous avons reçues déclarent avoir réussi leur entretien. C’est gratifiant d’avoir pu donner un coup de pouce avant ce rendez-vous qui peut changer leur vie. »

Site internet : lacravatesolidaire.org

Florence HEIMBURGER