France Dimanche > Actualités > Adieu Demis Roussos : Le colosse à la voix d’or est parti entouré des siens

Actualités

Adieu Demis Roussos : Le colosse à la voix d’or est parti entouré des siens

Publié le 5 février 2015

Plus de 60 millions de disques vendus, une centaine de kilos perdus et repris… la star planétaire Demis Roussos n’était à l’aise que dans la � démesure�. Le chant s’est éteint comme il a vécu, d’une manière foudroyante. Il avait 68 ans.

Dans le monde de la chanson, la tristesse est immense. À la mesure du personnage extravagant qu’était Demis Roussos. Le colosse à la voix d’or a quitté la scène dans la nuit de samedi à dimanche dernier, à Athènes, en Grèce, ce pays qu’il aimait tant, vaincu, non par un cancer – car un seul n’aurait sans doute pas suffi à venir à bout de cette force de la nature – mais par trois, de l’estomac, du foie, et du pancréas.

Comme l’a révélé à Paris Match sa fille Emily, 44 ans, qu’il avait eue avec sa première femme, Monique, une Française, ses proches ont préféré lui cacher qu’il était gravement atteint, « connaissant sa peur panique concernant la maladie et la mort ». C’est donc dans une presque insouciance, et dans une atmosphère des plus aimantes que ce monument de la chanson est parti, entouré des siens, sa troisième femme, Marie, son fils Cyril, et sa fille.

Demis Roussos aura passé soixante-huit ans sur terre, soixante-huit années bien remplies. Sa fille a su résumer au Parisien une des caractéristiques de sa personnalité exceptionnelle : « Il est mort comme il a vécu, de manière foudroyante. »

Oui, tout chez lui était foudroyant. Son talent comme son appétit de vivre et de chanter. Son appétit tout court aussi ! Et son succès a été à la hauteur de cette démesure. « J’ai gagné presque autant de disques d’or que de kilos », aimait-il dire. Et s’il a en effet accompli la prouesse de vendre 60 millions d’albums, il pouvait aussi ingurgiter d’impressionnantes quantités de nourriture.

Dave, qui l’appréciait beaucoup, a confié à RTL : « Il était gargantuesque, c’était le seul chanteur que je connaissais qui se faisait deux poulets au petit déjeuner ! C’était l’exemple même du bon vivant méditerranéen. » Quant à son ancien comparse Boris Bergman, qui lui a écrit entre autres les textes de We Shall Dance et du formidable Rain and Tears, voici ce qu’il a déclaré : « Il mangeait comme un cochon, il mangeait trop. On était dans un restaurant magnifique et il a dit : “Je voudrais la page 1, la page 2, la page 3 et l’addition” ! »

De lui-même, l’artiste racontait avec un joli sens de l’autodérision : « Grosse carrière, grosse fortune, grosse corpulence. » Mais aussi un peu « grosse tête », mégalo, car, comme Demis Roussos le répétait à loisir, il avait acquis très vite la conviction qu’il descendait « à la fois d’Alexandre le Grand et d’un pharaon ».

En réalité, Demis était né à Alexandrie, en Égypte, le 15 juin 1946. Il avait été baptisé Artémios, devenu Demis, un diminutif. C’est sans doute la seule fois de sa vie où, au lieu d’agrandir les choses, il les aura réduites… Ses parents étaient riches, il s’est d’ailleurs vanté plus tard d’avoir eu « un berceau en bois précieux, décoré d’arabesques d’or pur ».

En grandissant, son esprit de démesure augmente aussi. Demis Roussos se souvenait ainsi être devenu très capricieux : « Un jour, j’ai piqué une affreuse colère et j’ai fouetté une servante avec une ceinture de cuir parce qu’elle avait oublié de me servir la confiture de roses que je préférais. »

Luxe

Demis Roussos violetUne rencontre avec un prêtre le sortira du giron familial. Pensant d’abord devenir religieux, il chante de toute son âme lors des offices, écrivant des airs à la gloire de Dieu. Durant cinq ans, il fera partie du chœur de l’église byzantine d’Alexandrie. Mais alors qu’il pense que son chemin est tracé, le père supérieur lui dit qu’il n’est pas fait pour la vie monacale, « mais pour chanter l’amour et la paix dans le monde entier ».

C’est ainsi que Demis Roussos se met à apprendre la trompette et la guitare. Quand, à 15 ans, il quitte l’Égypte pour la Grèce, ses parents ayant eu un revers de fortune, il n’a plus qu’une idée en tête : faire de la musique sa vie. Et il sera exaucé.

Il forme un premier groupe à 17 ans, The Idols, avant de faire une rencontre qui sera déterminante pour lui l’été 1966 : celle de Vangelis Papathanassiou, un merveilleux musicien, qui tombe sous le charme de sa voix magique. C’est avec lui que deux ans plus tard, il forme le groupe devenu mythique, Aphrodite’s Child.

Au départ, leur ambition est de conquérir l’Angleterre. Mais arrivés à la douane, ils n’ont pas de permis de travail. Or, comme les douaniers ont découvert dans leurs bagages leurs bandes magnétiques et leurs instruments de musique, l’accès à Londres leur est interdit.

C’est donc en France que le groupe se réfugie… en mai 1968 ! Bloqués par les événements, la mort dans l’âme, ils se décident à faire écouter leur musique dans la capitale et trouvent immédiatement un contrat avec une maison de disques. Ils enregistrent ce qui deviendra un tube international : Rain and Tears. Rapidement, la chanson devient n° 1 des hit-parades. Elle sera suivie d’un autre tube, It’s Five O’Clock.

C’est l’époque où Demis Roussos épouse Monique, avec qui il aura Emily. C’est aussi celle du succès absolu, de l’argent, du luxe… Il s’achète une demeure des années 30 à Maisons-Laffitte, dans les environs de Paris, dans laquelle il fait tout refaire. Ses robinets en or massif font les choux gras de la presse. La légende de Demis est en train de se bâtir. « Certains avaient écrit que même les chats mangeaient du caviar, a dit sa fille au Parisien.

Là encore mon père était extrême. […] Comme beaucoup de stars, il était extrêmement drôle et égocentrique. Mais je l’aimais comme ça, avec sa folie des grandeurs. » Elle se souvient de la rangée de Rolls, bien alignées dans le garage, des chauffeurs en livrée, et des serviteurs qui circulaient jour et nuit dans la grande maison.

Demis Roussos fond noirEt grand, Demis l’est aussi quand il décide de perdre du poids. Avec une volonté incroyable, en 1980, alors qu’il pèse 147 kg, il réussit à perdre 50 kg en moins d’un an !

On ne compte plus les tubes qui ont émaillé sa carrière solo à partir de 1971. Avec des titres comme We Shall Dance, la chanson du feuilleton Le jeune Fabre ou Quand je t’aime, il a marqué son époque. Le public qui l’a applaudi lors de ses participations à la tournée « Âge tendre et têtes de bois », entre 2006 et 2012, peut en témoigner.

Demis Roussos est enterré vendredi midi 30 janvier 2015, au grand cimetière d’Athènes. Sa fille a annoncé que tous peuvent s’y rendre pour honorer son père.

Laissons le mot de la fin à une de ses compatriotes, qui a tenu à s’exprimer au micro de RTL à la mémoire du chanteur. Il s’agit, bien entendu, de Nana Mouskouri : « Il avait une superbe voix […]. C’était un artiste, un ami, j’espère qu’il est dans un monde meilleur. »

Laurence Paris

À découvrir