France Dimanche > Actualités > La Grande Roue de Paris n'est plus...

Actualités

La Grande Roue de Paris n'est plus...

Publié le 16 mai 2018

32205785-1487537474701622-8102651851981193216-n.photos:gandillac-çiva
© Gandillac Çiva La Grande Roue de Paris

La Grande Roue de Paris vit ses derniers jours sur la place de la Concorde.

Une page se tourne. Marcel Campion, propriétaire d'une des attractions les plus populaires de la capitale, a décidé de permettre aux parisiens d’admirer une dernière fois ce panorama à couper le souffle. Avant que la Grande Roue ne soit démontée définitivement le samedi 19 mai 2018, elle sera gratuite pour tous les résidants de la capitale, sur la simple présentation d’une pièce d’identité, les 16, 17, et 18 mai.

Au delà de la polémique entre Anne Hidalgo, qui a décidé de ne pas renouveler le bail de la Grande Roue, et Marcel Campion, la ville de Paris a été historiquement la première a proposer cette attraction. En effet, elle apparaît en 1900 à l’occasion de l’exposition universelle et rencontre aussitôt un franc succès. L’hiver 1993-1994, à l’initiative de Marcel Campion, le projet d’ériger la Grande Roue a été validé par le maire de Paris, Jacques Chirac.


Si elle accueillait environ 400 000 visiteurs durant ses six mois d’activité, elle permettait également de valoriser le patrimoine architectural, puisqu’elle se situe dans l’axe des Champs Elysées et du musée du Louvre. De nombreuses villes comme New York, Abou Dhabi, ou Marseille ont inauguré elles aussi leur grande roue. En réalité, cette véritable institution parisienne a été copiée environ 400 fois, à travers le monde, notamment à Londres où elle est permanente et non démontable, Tokyo, Moscou, Vienne, Singapour, Melbourne, Shanghai, Montréal, Hong Kong, Las Vegas… Pourtant, la mairie de Paris a quant à elle décidé de la supprimer.

Un sondage de l’étude OpinionWay, de novembre 2017, indique que les français sont favorables à la Grande Roue ; 86% estiment que c’est une bonne chose pour les touristes, 72% pour l’économie locale, et 63% pour les parisiens. Les fêtes foraines, issues d’une tradition séculaire, seraient-elles en train de disparaître ? Après la suppression du marché de Noël, et désormais de la Grande Roue, on peut légitimement s’interroger sur leur avenir.

Quand « le roi des forains » investit 10 millions d’euros dans cette roue et paie 900 000 euros pour six mois de loyer, il prend des risques financiers.

Cet unique exemplaire dans le monde, de cette envergure est démontable, et a été construit sur mesure pour le site prestigieux de la place de la Concorde, par le seul fabriquant hollandais, et pèse 400 tonnes. C’est un réel défit technique pour l’installer, mais les équipes de Marcel Campion maîtrisent parfaitement le montage et démontage depuis plusieurs années.

Depuis l’annonce de sa suppression, l’incompréhension domine chez les Parisiens qui semblent réaliser difficilement que la Grande Roue va disparaître ce week-end. En trois jours, les réseaux sociaux et les pages Facebook du compte officiel de la Grande Roue de Paris et du Comité de soutien Marcel Campion ont connu une très forte mobilisation, avec de nombreuses visites.

Pour survoler une dernière fois la ville lumière, et vivre une expérience inoubliable perché à plus de 70 mètres de haut, n’hésitez pas, Marcel Campion offre sa tournée !

***


Vidéo : Gandillac Çiva

Voici une vidéo de décembre 2016, montrant les amis de la Grande Roue se mobiliser pour sa pérennisation place de la Concorde. Plusieurs personnalités, comme notamment Claude Brasseur, Fiona Gélin, Paul-Loup Sulitzer, Claude Lelouch, Caroline Barclay, Fabienne Thibeault ou Patrick Bruel témoignent en espérant que cette attraction puisse continuer d’être un symbole parisien. Adieu la Grande Roue !

Anita Buttez