France Dimanche > Actualités > Adieu Nicole Courcel : “J’ai été une don Juane”

Actualités

Adieu Nicole Courcel : “J’ai été une don Juane”

Publié le 1 juillet 2016

La grande actrice s’est éteinte dans la nuit du 24 au 25  juin 2016 des suites d’une maladie cérébrale. Il y a quatre ans, pour se rapprocher de sa fille � Julie Andrieu, Nicole Courcel quittait Antibes et s’installait à Paris. C’est là que nous l’avions rencontrée. Voici sa dernière interview.La grande actrice s’est éteinte dans la nuit du 24 au 25  juin 2016 des suites d’une maladie cérébrale. Il y a quatre ans, pour se rapprocher de sa fille � Julie Andrieu, Nicole Courcel quittait Antibes et s’installait à Paris. C’est là que nous l’avions rencontrée. Voici sa dernière interview.

La comédienne nous a quittés à l’âge de 84 ans dans la nuit du 24 au 25 juin des suites « d’une maladie cérébrale », comme l’a précisé sa fille, Julie Andrieu, célèbre journaliste culinaire du petit écran. Remarquée en 1949 par Jacques Becker qui l’avait engagée pour Rendez-vous de juillet, portrait de la jeunesse germanopratine, Nicole Courcel avait, treize ans plus tard, joué dans Les dimanches de Ville-d’Avray, Oscar du meilleur film étranger en 1963, ce qui fit d’elle l’un des monstres sacrés du cinéma français.

Il y a quatre ans, elle nous avait reçus pour ce qui restera son ultime interview, au côté de son petit-fils Hadrien, et nous avait raconté qu’à l’inverse de sa fille qui s’est mariée avant d’avoir son premier enfant, Nicole, elle, avait emprunté un autre chemin : celui de mère célibataire.

->Voir aussi - Julie Andrieu : "Je suis enceinte à 42 ans, comme ma mère !"

France Dimanche (F.D.) : Bonjour Nicole, vous avez été grand-mère à 81 ans et vous redevenez parisienne !

Nicole Courcel (N.C.) : Oui, et c’est un grand bonheur. Je vais souvent voir mon petit, puisque j’ai quitté ma ville d’Antibes pour m’installer à Paris, auprès de Julie. Ma fille a attendu 38 ans pour être mère, et trouver le bon mari. Alors moi, j’ai attendu longtemps pour être grand-mère, car j’ai eu Julie très tard, à 42 ans.

F.D. : Pourquoi avez-vous attendu si longtemps pour devenir mère ?

N.C. : Au moment de Mai 68, j’ai perdu des petites jumelles, à 36 ans. J’ai beaucoup pleuré, puis j’ai dit : « Il est hors de question que je n’en aie pas. » À 36 ans, j’ai repris ma carrière. Six ou sept ans ont passé, et j’ai eu Julie. La rencontre avec son père a été... (...)

Julie Andrieu avec sa mère Nicole Courcel
Julie Andrieu avec sa mère Nicole Courcel

Cédric Potiron

Vous voulez en savoir plus ?  Achetez la version numérique du magazine ! 0,99€ seulement

À découvrir