France Dimanche > Actualités > Affaire Jubillar : Les terribles révélations !

Actualités

Affaire Jubillar : Les terribles révélations !

Publié le 11 janvier 2022

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Nouvel épisode dans l’affaire Jubillar. Cette fois-ci, Cédric aurait affirmé à Marco, un co-détenu de la maison d’arrêt de Seysses près de Toulouse, avoir bel et bien tué sa femme Delphine.

Il est le principal suspect de cette affaire. Cédric Jubillar est incarcéré depuis juin dernier pour le meurtre de sa femme, Delphine, une infirmière de 33 ans, disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020.


Depuis sa cellule, il ne cesse de clamer son innocence, pourtant, dans le secret du quartier d’isolement de la maison d’arrêt, des confidences pourraient bien affirmer le contraire. C’est en tout cas ce que révèle Le Parisien ce 10 janvier.

Macro, un co-détenu corse de 36 ans, au lourd passé judiciaire a demandé à être auditionné en septembre dernier. Il aurait des révélations à faire au sujet de Cédric Jubillar. En effet, au cours de leur détention, les deux hommes s’étaient fortement rapprochés, au point même que Cédric finisse par lui dévoiler la terrible vérité au sujet de Delphine.

Ainsi Macro affirme que Cédric lui aurait assuré avoir tué Delphine. "Il aurait d’abord vu un message de l’amant de sa femme avec qui elle textotait. Il a pris son téléphone des mains et a vu les messages. C’est ça qui l’a fait vriller", a-t-il expliqué aux enquêteurs, en affirmant que l’artisan plaquiste lui "a dit qu’il savait où l’enterrer avant les faits".

"Il m’a expliqué avoir suivi sa femme en la géolocalisant, avoir tenté de pirater son téléphone sans succès. Il savait ce qui allait se passer. Il attendait le moment propice pour s’en débarrasser", a déclaré l’ancien prisonnier.

Cédric aurait alors confié l’endroit où il aurait enterré Delphine. "Dans un endroit qui a déjà brûlé", aurait-il précisé. Une localisation qui n’est pas sans rappeler la ferme isolée qui avait été détruite par le feu peu de temps après la disparition de Delphine et avant l’incarcération de Cédric.

La zone en question "a fait l’objet d’une inspection ces dernières semaines". D’après nos confrères du Parisien, "des fouilles de grande ampleur sont prévues prochainement".

Cédric quant à lui a pris soin de terminer ces confidences par cette phrase terrible à l’encontre des enquêteurs : "Ces abrutis n'ont même pas trouvé le couteau". Il se pourrait désormais que ce ne soit plus qu’une affaire de jours si ces déclarations s’avéraient vraies. 

Andréa Meyer

À découvrir