France Dimanche > Actualités > Agnès Jaoui : En guerre contre ses enfants

Actualités

Agnès Jaoui : En guerre contre ses enfants

Publié le 11 mai 2018

jaoui-agnes-20180430

La comédienne et réalisatrice Agnès Jaoui a bien du mal 
à gérer ses adolescents.

S’ils se sont séparés en 2012, cela ne les empêche pas de demeurer très complices et de continuer à travailler ensemble, pour notre plus grand plaisir.

Comme en témoigne Place publique, le cinquième film d’Agnès Joui, coécrit avec son ancien compagnon Jean-Pierre Bacri.

Cette fois, les duettistes se sont intéressés aux réseaux sociaux et aux téléphones portables, qui ont changé notre quotidien.

Une histoire dans laquelle les comédiens incarnent des ex-époux. Des rôles qui ne sont donc pas tout à fait de composition…

Castro, l’ex-mari volage, est un animateur de télévision sur le déclin, et Hélène est restée fidèle à ses convictions d’adolescente.

« Cela nous amusait d’incarner des ex et de brouiller les cartes, car tout ce qu’on fait dire à nos personnages est entièrement faux », a précisé Agnès, dans les colonnes de Version Femina.

Contradiction

Constatant que les jeunes ne regardent plus la télévision classique, les deux scénaristes se sont amusés à se moquer des réseaux sociaux, qui facilitent l’accès à la célébrité.

Il semble que le désir de vouloir se faire connaître à tout prix sur la Toile ne soit pas la tasse de thé de la réalisatrice récompensée par le César du meilleur film pour Le goût des autres.

Pour elle, Facebook ou Twitter appartiennent à un monde parallèle.

« Parfois, mes enfants adolescents me reconnectent, mais, la plupart du temps, je ne fais que constater le phénomène avec un regard sociologique »,
a-t-elle expliqué.

Des enfants adoptés en 2008 au Brésil, qui sont aujourd’hui âgés de 15 et 17 ans, Lorannie et Loran.

Et comme la plupart des adolescents, ils se rebellent contre l’autorité parentale.

D’une certaine manière, ils sont même désormais entrés en guerre contre Agnès.

Rassurez-vous, le combat n’est pas violent.

Cependant, elle qui souhaitait leur transmettre sa passion du septième art va devoir patienter encore un peu.

« La contradiction étant un sport quotidien à leur âge, ils m’ont dit récemment qu’ils n’aimaient pas le cinéma, a-t-elle précisé, mais ça m’a fait rire, car ils passent leur vie à regarder des séries. »

Les conflits de générations ont toujours existé, et Internet se charge de mettre de l’huile sur le feu.

Pas au point cependant de rompre le dialogue entre une mère et sa progéniture.

La preuve ?

Agnès a assisté à l’avant-première de Place publique avec Jean-Pierre et Lorannie, qui a même accepté de prendre la pose devant les photographes !

Nina COLLOMBE

À découvrir

Sur le même thème