France Dimanche > Actualités > AL. Hy de The Voice : "Elle a commencé dans les maisons de retraite !"

Actualités

AL. Hy de The Voice : "Elle a commencé dans les maisons de retraite !"

Publié le 4 juin 2012

Elle n’avait pas choisi la facilité, mais l’audace a payé ! Samedi dernier devant un public et des coaches subjugués, AL. Hy a magistralement interprété La foule d’Édith Piaf. Une performance qui a valu à la jeune protégée de Jenifer de se retrouver en quart de finale de The Voice. Il faut dire que sa voix puissante et éraillée en impose, et qu’ils sont nombreux à voir en elle la future gagnante du télé-crochet de TF1.

Florent Pagny, bluffé, va même plus loin, qualifiant la jeune artiste de Martienne ! Un avis que partage Gilles, son père, permanent syndical à la SNCF : « Elle est spatiale »…

À 18 ans, Ophélie-Marie, de son véritable prénom, assume pleinement son grain de folie, comme le montre le choix de son pseudo : elle s’est en effet baptisée AL. Hy, pour Alceste, le héros du Misanthrope de Molière, et Hypheurite, un terme de son invention, contraction des adjectifs hypocrite et heureux. Quant à ses fans, ils sont, comme elle le dit avec malice, ses Alhiens…

Mais, si la jeune fille vient d’une autre planète, il est un domaine bien terrestre qui lui est familier : la scène ! Comme l’a confié son père au Parisien : « Ce qu’elle fait sur TF1, elle le faisait déjà dans les maisons de retraite. » C’est là, en effet, que la toute jeune Ophélie-Marie – elle avait alors 10 ans – a découvert sa vocation…

Même si la jolie brune de Saint-Amand-les-Eaux, près de Lille, joue du piano, de la flûte traversière et de la guitare, elle n’est pas une artiste professionnelle. C’est en publiant sur Internet les vidéos de ses reprises d’Aretha Franklin, de Jacques Brel ou encore de John Lennon, qu’elle s’est fait remarquer.

C’est d’ailleurs sur la toile que Bruno Berberes, directeur de casting de nombreuses comédies musicales et de The Voice, l’a découverte. Impressionné par ses prestations, il l’a alors présentée aux auditions d’Il était une fois Joe Dassin, Dracula et 1789. Malheureusement, bien que son talent soit évident, elle était beaucoup trop jeune, comme le déplore Dove Attia, producteur de 1789 et juré de la Nouvelle star, sur M6 : « Elle aurait eu deux ans de plus, je ne l’aurais pas laissée filer. Elle est magique, incontrôlable, sur le fil. »

Si elle se sent comme chez elle sur scène, la jeune artiste n’en cache pas moins, derrière son sourire enjôleur, une grande timidité. Rêveuse et intuitive, elle ne se déplace jamais sans une demi-douzaine de livres qui alourdissent son sac, et qu’elle dévore tous en même temps. AL. Hy peut donc grandir tranquillement entre le monde imaginaire de la littérature et le soutien bien réel de sa famille.

Se reproche-t-elle son incapacité à communiquer ? Aussitôt, sa mère et ses deux sœurs, Juliette et Alice, l’apaisent, l’encourageant à rester fidèle à elle-même.  Car ses proches sont ses plus fidèles fans, comme elle en a eu la preuve lors de la première étape des duels du 24 mars, où elle avait interprété avec Julia Cinna J’ai vu de Niagara. Bien que sa voix ait remporté tous les suffrages, AL. Hy doutait. C’est seulement arrivée en coulisses qu’elle laissera pointer son émotion, accueillie par sa famille et ce tonitruant cri du cœur : « AL. Hy, elle déchire ! »

Gageons que la jolie brune saura convaincre Olivier Nusse, le patron de la maison de disques Mercury, qui éditera l’album du gagnant de The Voice. En tout cas, une chose est sûre, retenez ce nom de scène et ce joli minois, vous n’avez sans doute pas fini de le voir et de l’entendre…

Propos : Anita Buttez

À découvrir

Sur le même thème