France Dimanche > Actualités > Alain Delon : Bientôt marié !

Actualités

Alain Delon : Bientôt marié !

Publié le 26 janvier 2018

Dans une émouvante interview, Alain Delon, l’acteur 
de 82 ans, parle à cœur ouvert de cet heureux événement…

Dieu que ces derniers mois ont été tristes pour ce monstre sacré du cinéma français, frappé par la disparition de sa grande amie, Jeanne Moreau, qui s’est éteinte le 31 juillet, puis par la mort de son âme sœur, Mireille Darc, le 28 août.

Peut-être affaibli par la perte de celle qui fut sa compagne durant quinze ans et qui restait si proche de lui, Alain Delon, alors âgé de 81 ans, était victime d’un malaise cardiovasculaire le 18 septembre, et opéré d’urgence pour un pontage de l’artère fémorale. Une intervention de cinq heures dont il a eu bien du mal à se remettre.


Et la parution en novembre de la biographie à charge de Vincent Quivy, Alain Delon, ange et voyou (éditions du Seuil) n’a rien arrangé. Oui, le destin paraît s’acharner sur cet éternel solitaire, qui ne semble trouver le réconfort qu’auprès de Loubo, son chien, reclus dans la rassurante atmosphère de La brûlerie, sa chère maison de Douchy, dans les Yvelines. Au cœur de cette période sombre, pourtant, celui qui a annoncé vouloir tourner dès que possible dans le prochain film de Patrice Leconte au côté de Juliette Binoche vient de faire une étrange confession.

Bien décidé

Une révélation qui va à l’encontre de tout ce que l’on croyait savoir sur les états d’âme de l’acteur, dont le seul et ultime désir semblait d’être enterré auprès de ses trente-cinq chiens, dans le parc de sa propriété… « Je sais que je quitterai ce monde sans regrets, vient-il de confier dans le hors-série de Paris Match qui lui est consacré. « Non c’est certain, je n’aurai aucun regret de partir. Tout est prêt, j’ai ma tombe dans ma chapelle, il y a six places. Pour le moment, c’est un peu vide, un peu désert. Ceux que j’aimais et qui sont déjà partis sont ailleurs. On verra qui me rejoindra par la suite. »

Pourtant, dans cette interview à cœur ouvert qu’il vient de donner à Valérie Trierweiler dans les pages de notre confrère, la star avoue pourtant être bien décidée à se marier ! Lui qui, depuis sa séparation en 2001 d’avec Rosalie van Bremmen, n’avait pas l’air pressé de passer à nouveau la bague au doigt d’une femme. Surtout après le décès de sa chère Mimie, dont Delon peine encore à accepter la disparition…

« Celle qui m’a le plus aimé a été Mireille et notre histoire a été merveilleuse, a-t-il d’ailleurs confié à l’ex-compagne de François Hollande. Elle me manque. Tout me manque chez elle. »

Mais il faut croire que le sublime interprète de Tom Ripley dans Plein soleil, film culte réalisé par René Clément en 1960, a bel et bien changé d’avis. Qui peut bien être l’heureuse élue ? Eh bien, pour tout dire et sans mauvais jeu de mots, l’artiste se tâte ! « Tout le monde a foutu le camp, avoue-t-il. Les femmes, je n’en ai plus. J’étais très ami avec Jeanne Moreau, elle est partie aussi. Il reste Brigitte Bardot ».

Pourtant, les candidates prêtes à ravir son cœur se bousculent au portillon ! « Il y en a dix » a, en toute modestie, explique l’acteur. Rien que ça ! Gageons que, parmi ces prétendantes, le comédien saura trouver la perle rare. Voir cet homme blessé retrouver le sourire auprès d’un nouvel amour serait une excellente nouvelle. Lui qui avoue avoir été entièrement façonné par les femmes, que ce soit dans sa vie personnelle ou dans sa carrière, parviendrait-il à finir sa route entouré de la douceur et de l’affection qu’il a probablement toujours recherchées et, peut-être, pour son malheur, trop rarement trouvées.

Une tendresse dont cet écorché vif a manqué dans son enfance et qu’il n’a cessé de désirer. Car dans ce bouleversant entretien accordé à notre confrère, la star évoque notamment ses très jeunes années, et la séparation, lorsqu’il n’avait que 4 ans, de son père et sa mère : « Mes parents ont divorcé, oui, j’en ai considérablement souffert, a-t-il déploré. C’est pour cette raison que je voulais me marier pour la vie. »

Mais il n’aura été qu’une seule fois à la noce, en 1964, avec Francine Canovas devenue Nathalie Delon, pour le meilleur et pour le pire… mais pendant à peine quatre ans. De cette union naîtra un fils, Anthony, mais l’acteur jurera par la suite de ne plus jamais passer devant monsieur le maire. Et toutes celles qu’il a aimées après cette expérience n’ont pas eu l’honneur de porter son nom.

Passion

Va-t-il alors, à l’automne de son existence, revenir sur cette décision prise il y a bien longtemps ? Difficile à croire de la part de cet homme en apparence désabusé, qui explique froidement à son intervieweuse : « La vie ne m’apporte pas grand-chose. J’ai tout connu, tout vu. Mais, surtout, je hais cette époque, je la vomis. Il y a ces êtres que je hais. Tout est faux, tout est faussé. Il n’y a plus de respect, plus de parole donnée. Il n’y a que l’argent qui compte. On entend parler de crimes à longueur de journée. »

Pourtant, il reste apparemment, dans ce sombre désespoir qui le tenaille, la volonté sourde de partager le temps qui lui reste sur cette terre avec une femme qui réchaufferait son cœur : « Aucune pour le moment ne me convient pour finir ma vie, a toutefois déploré l’acteur. Et pourtant je serais prêt à beaucoup pour vivre un dernier amour. […] Je pourrais épouser une femme si elle était prête à m’accompagner jusqu’à la fin. ça aurait un sens. Cinquante ans après Nathalie que j’adore, la boucle serait bouclée. »

C’est tout le bonheur que l’on peut lui souhaiter. À moins que, comme il le confie encore à la journaliste, qui est également une amie très chère, ce fervent croyant ne finisse par rester fidèle à une héroïne qui ne l’a jamais lâché et le soutient depuis toujours. « Ma passion, c’est Marie, parce que j’aime cette femme, j’aime tout ce qu’elle a fait. Évidemment, on connaît plus son fils, mais qui était-il vraiment ? Marie, je lui parle, je lui dis des choses, je lui demande des choses. Elle m’apporte un soulagement, elle m’apporte une compagnie que je n’ai pas, elle est toujours là. Elle m’écoute et me réconforte. » Amen.

Clara MARGAUX

À découvrir