France Dimanche > Actualités > Alain Delon : Brisé par la mort de son grand amour !

Actualités

Alain Delon : Brisé par la mort de son grand amour !

Publié le 22 janvier 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Alain Delon

Alain Delon, qui est toujours resté fidèle au souvenir des femmes qu’il a aimées, est dévasté par un nouveau deuil…

Il est à nouveau veuf, à 84 ans. La Faucheuse s’acharne sur ses femmes, celles qu’il a vraiment aimées, qui ont réussi même fugacement à lui faire oublier ses angoisses, son insatisfaction permanente. Après Romy Schneider, après Mireille Darc, c’est la sexagénaire Vera Baudey qui a disparu le 22 décembre dernier à Paris, dans le XVIe arrondissement. Une brutale crise cardiaque a eu raison de l’optimisme, de la joie de vivre, de l’énergie de cette patronne de presse, directrice du magazine Winner, dont Alain Delon avait justement fait la couverture en 2013. La mort l’a frappée alors qu’elle venait à peine de rentrer chez elle. La porte refermée, elle s’est effondrée. Les pompiers n’ont pas pu la réanimer.

Cette jolie blonde aux longs cheveux a éclairé en octobre 2016 les jours du Samouraï, si solitaire. On les avait vus se promener dans les rues de la capitale, avenue Montaigne, et échanger un baiser. Notre confrère Ici Paris avait évoqué leur idylle encore naissante. La journaliste était notamment célèbre pour avoir réalisé, à une époque où elle était lycéenne, la dernière interview de Claude François, peu de temps avant le décès du chanteur. Brillante, polyglotte – elle parlait six langues –, passionnée d’art, elle avait tout pour séduire l’homme de Douchy, qui a toujours aimé par ailleurs les fortes personnalités.

Le deuil frappe donc à nouveau celui qui affirmait, lors du dernier Festival de Cannes où il a reçu une Palme d’or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière : « Si je n’avais pas rencontré les femmes que j’ai rencontrées, il y a très longtemps que je serais mort. Ce sont les femmes qui m’ont aimé, qui m’ont fait faire ce métier, qui ont voulu que je le fasse et qui se sont battues pour que je le fasse. »


Même s’il a connu des relations amoureuses tumultueuses, le comédien n’a jamais oublié celles qui ont compté pour lui et a toujours voulu leur rendre hommage. Leur souvenir le poursuit encore. C’est le cas de son premier grand amour, Romy Schneider, Il avait 23 ans et elle, 20, quand ils se sont rencontrés. Tous deux d’une beauté quasi irréelle, ils formèrent un couple demeuré mythique. Ils allèrent jusqu’aux fiançailles avant que les incartades d’Alain Delon et sa soudaine passion pour Nathalie Barthélémy – qui deviendrait sa femme –, n’aboutissent à l’inévitable séparation.

Si la jolie Sissi a beaucoup souffert de leur rupture, c’est sa disparition qui a causé une douleur inextinguible au Samouraï. En la contemplant sur son lit de mort le 29 mai 1982, il avait rédigé une lettre déchirante : « Je te regarde dormir. Je suis auprès de toi, à ton chevet. Tu es vêtue d’une longue tunique noire et rouge, brodée sur le corsage. Ce sont des fleurs, je crois, mais je ne les regarde pas. Je te dis adieu, le plus long des adieux, ma Puppele. C’est comme ça que je t’appelais. Ça voulait dire “petite poupée” en allemand. » Il a pris une photo du « beau visage endormi » dans son cercueil et la conserve encore aujourd’hui précieusement dans son portefeuille, sur son cœur. Le 22 septembre 2018, dans la rubrique anniversaire du Figaro, il publiait, à la veille du 80e anniversaire de la naissance de Romy, le message suivant : « Que ceux et celles qui l’ont aimée et l’aiment encore aient une pensée pour elle. » Delon n’oublie pas, pourrait-il ajouter facilement, en parlant de lui à la troisième personne, selon son célèbre tic de langage.

Une place de choix est aussi réservée à Mireille Darc. Si sa liaison avec Romy a duré cinq ans, il a partagé quinze longues années avec la magnifique blonde au corps élancé, aux yeux immenses. Elle lui a offert sa bienveillance, sa générosité, sa tolérance, loin du bruit et de la fureur de ses précédentes relations. Mireille a tenté de le calmer, de lui donner un foyer. « Alain n’a pas le goût du bonheur. Même s’il est heureux dans la minute, il pense déjà avec effroi à la minute suivante, cette angoisse le mine », confiait-elle en 2015 sur Le Divan de Marc-Olivier Fogiel. Malheureusement, l’actrice, qui a bien failli abandonner sa carrière pour son bel Alain, ne pouvait pas avoir d’enfant à cause d’une faiblesse cardiaque. Ce manque a rongé le couple peu à peu. En 1981, la jeune comédienne Anne Parillaud devient la maîtresse de M. Klein, sonnant le glas de leur belle histoire en 1983. La Grande Sauterelle, effondrée, est restée hantée par cette rupture. « Tout s’écroule à ce moment-là, pourtant j’aurais tout accepté, même qu’il me trompe », confiait-elle encore à Marc-Olivier Fogiel.

Ils ne vivaient alors plus ensemble mais ils ne se sont jamais quittés. En 2011, dans une interview à Paris Match, Delon affirmait à son propos : « Mireille reste quelque part la femme de ma vie parce que nos liens, notre complicité sont inoxydables. C’est sans doute de toutes les femmes que j’ai aimées celle qui me connaît le mieux. »

L’actrice n’était pas en reste, surenchérissant : « Alain a toujours fait partie de ma vie. Encore aujourd’hui, si quelque chose de fort m’arrive dans l’existence, c’est à lui que j’ai envie d’en parler en premier. »

Hélas, ce rapport indissoluble connaît un coup du sort avec la mort de Mireille Darc le 28 août 2017. « Ce n’est pas une partie de ma vie qui s’en va, c’est ma vie », confiait-il totalement désemparé. Et d’ajouter : « Elle repose. Sans elle, je peux partir moi aussi. »

On sait qu’Alain Delon fut un don Juan insatiable, qui a tant aimé séduire, mais c’est aussi un homme non dénué de gravité, très fidèle aux souvenirs. Il n’a jamais oublié ses dames de cœur, il porte leur deuil constamment, immuablement reconnaissant de ce qu’elles lui ont apporté. Comme si leur rupture n’était qu’une transition, un moment, alors que son affection pour elles était promise à l’éternité.

Une façon peut-être de lutter contre cette solitude propre aux grands fauves. Mais aussi un bien beau cadeau dont bénéficiera sans doute aussi Vera Baudey, sa dernière conquête disparue.

Béatrix GREGOIRE

À découvrir