France Dimanche > Actualités > Alain Delon : Jane Birkin a résisté à son charme

Actualités

Alain Delon : Jane Birkin a résisté à son charme

Publié le 10 juillet 2009

Sur le tournage de La Piscine, Alain Delon règne en roi absolu : contre l'avis des producteurs, c'est lui qui a imposé Romy Schneider, une ex-conquête, au casting.

Tout commence sur les hauteurs de Pampelonne, en juin 1968, dans une superbe villa louée par la production du film La Piscine. Jacques Deray, le réalisateur, y a installé toute son équipe de tournage. Romy, encore secrètement amoureuse d'Alain Delon, lui jette en permanence des regards langoureux.

Il faut dire que l'acteur n'a jamais été aussi beau : bronzé, le torse musclé, le sourire carnassier d'un prédateur, il vient de rompre avec sa compagne, Nathalie, et compte bien profiter de ce tournage proche de Saint-Tropez pour tester son indéniable pouvoir de séduction.

Alain Delon n'aura pas besoin d'aller chercher très loin : une jeune et ravissante Anglaise de 22 ans, aux jambes interminables, vient de débarquer sur le film. Elle s'appelle Jane Birkin et va jouer la fille de Maurice Ronet... et Delon la séduit dans le scénario !

->Voir aussi - Alain Delon : Sauvagement sauvage

Nicolas Charbonneau précise dans son Roman de Saint-Tropez ( Éditions du Rocher ) : « Quand Delon a découvert la toute jeune actrice sur le plateau, il n'a eu de cesse de lui faire des avances, lui proposant notamment de l'accompagner partout où elle le souhaitait à bord d'une très longue Cadillac Fleetwood noire conduite par un chauffeur que la production avait mise à sa disposition. Jane était si innocente alors, qu'elle n'avait pas vu que Delon lui tournait autour, ce qui faisait sourire Romy qui connaissait bien le bourreau des coeurs. »

Il existe une autre personne, en revanche, que cette cour effrénée ne fait pas rire du tout, c'est Serge Gainsbourg, qui suit sa jeune compagne dans tous ses déplacements. Le chanteur, qui se consume de passion pour la jolie Jane, bout intérieurement de jalousie. Pis : complexé par son physique, il sait très bien qu'il ne fait pas le poids face à ce concurrent si rayonnant.

« Le seul qui bougonnait dans son coin était donc Gainsbourg. [ Il ] avait acheté un short colonial efféminé et ridicule, et l'on se moquait gentiment de ses gambettes trop frêles et très blanches. »

De plus, alors que le bel Alain plonge son corps d'athlète dans les piscines, Gainsbourg, qui déteste l'eau et a honte d'afficher sa blancheur maladive, reste à boire plus que de raison au comptoir du bar Chez Sénéquier.

Gainsbourg, en réalité, n'a qu'une terreur : que son adorable muse anglaise cède aux avances du plus redoutable séducteur de France. Alors il va se saouler le soir et erre dans Saint-Tropez, hagard, délirant et triste jusqu'au milieu de la nuit.

Et pourtant, contre toute attente, Jane Birkin ne cède pas aux assauts répétés de Delon. Rassuré quant à la fidélité de sa compagne, Gainsbourg s'est ensuite vengé à sa façon, à la fin du tournage, en octobre.

« Il décida de louer à son tour une voiture de maître, plus longue encore que celle de l'acteur, et plus racée, se souvient Nicolas Charbonneau. Il voulait rivaliser ...» Mais Alain Delon n'était déjà plus là.

Quelques jours plus tôt, des policiers étaient descendus en nombre pour entendre le comédien : on venait de retrouver, dans une décharge d'Élancourt, en banlieue parisienne, le corps d'un certain Stevan Markovic, ancien garde du corps du couple Delon, assassiné d'une balle de 9 mm. L'affaire Markovic venait tout juste de débuter...

Pierre Makwoski

À découvrir