France Dimanche > Actualités > Alain Delon : Touché par un AVC doublé d’un diabète !

Actualités

Alain Delon : Touché par un AVC doublé d’un diabète !

Publié le 28 septembre 2014

Au repos dans sa demeure de Douchy depuis sa sortie de � l’hôpital � le 12 août, le Guépard, affaibli mais combatif, Alain Delon doit affronter à nouveau la maladie…

Dans deux mois, il fêtera ses 79 ans. Près de huit décennies d’une vie unique, ce qui lui faisait récemment dire dans le magazine Polka : « Je suis un des seuls mythes vivants. » Le dimanche 3 août dernier, cette étoile a pourtant pâli, brusquement. Alors qu’il se trouve dans son appartement du VIIIe arrondissement de Paris, Alain Delon est pris d’un malaise.

Soutenu par deux secouristes, il monte dans une ambulance qui l’emmène tout droit à l’hôpital Lariboisière. Après des examens, les pontes du service de neurochirurgie où il est admis mettent un nom sur le mal qui l’accable : Alain souffre d’un gros problème aux nerfs du visage. Un handicap si douloureux qu’il rend chaque mouvement insupportable.

Oui, ce même visage qui a fait rêver des millions de femmes à travers le monde ! Pourtant, jusqu’à présent, c’est un autre organe qui avait tracassé l’acteur : son cœur. En 2012 et 2013, il avait en effet été hospitalisé pour des troubles du rythme cardiaque. Toujours est-il que, le 6 août, Alain était opéré, entouré de l’amour des deux femmes de sa vie, sa fille Anouchka et Nathalie Delon, son ex-épouse et maman d’Anthony.

Le 9, Anouchka se fendait même d’un message rassurant sur les réseaux sociaux : « Un immense merci à tous pour vos ondes positives et vos messages de soutien. Rassurez-vous, il va bien. »

Fatal

Enfin, le 12, l’illustre patient quittait l’hôpital pour se reposer dans sa propriété de Douchy, dans le Loiret. Depuis, seuls quelques mots d’Anthony dans La dernière heure avaient rompu le silence : « Mon père va bien, merci. »  Fin de l’histoire ? Malheureusement, non.

Aujourd’hui, un mois pile après sa sortie du service de neurochirurgie, France Dimanche est en mesure de vous révéler que l’acteur fait face à deux autres terribles maux : l’AVC et le diabète ! Le diabète, cette maladie qui touche 4 millions de personnes en France, combiné à un accident vasculaire cérébral ?

Alain Delon de faceUn tandem douloureux et souvent fatal. Mais un duo hélas bien assorti car, en endommageant les vaisseaux sanguins, le diabète augmente les risques d’AVC.

Cimetière

Pour conjurer le sort, Alain a décidé de se replier sur ses terres. À Douchy, il profite de la compagnie de ses nombreux animaux… morts comme vivants. Dans son domaine, le comédien a, en effet, fait construire un véritable cimetière canin peuplé de la trentaine de bêtes qu’il a aimées un jour. Il y a là Gala, la première chienne de sa vie, Manu, un mâtin de Naples, qu’il a élevé avec Mireille Darc, Jado, le berger belge, et même Poeky, le chien d’Anouchka disparu en 2005.

Et ils ne sont pas répartis au hasard. Leur place dans le cimetière correspond à celle qu’ils avaient dans la vie de leur maître et les couples reposent ensemble. Mieux, au milieu de leurs tombes, Alain Delon a fait construire la chapelle où il sera inhumé un jour ! « Là, je suis chez moi, dans ma propriété au milieu de mes chiens, dans mon trou, c’est formidable ! C’est le luxe total ! », s’enthousiasmait-il, il y a quelques années, dans le magazine Doggy.

Ainsi, quand il rendra les armes, Alain les rejoindra. Mais, avec un peu de chance, ce n’est pas pour demain. Car ces deux maux dont nous vous parlions ne l’accablent heureusement pas directement. Non, ils frappent deux des amis à quatre pattes de la star.

Recevant récemment Polka, il a ainsi pris le temps d’évoquer son « cheptel » canin en ces termes : « Il m’en reste, mais ils sont malades. Un me fait du diabète, l’autre m’a fait un AVC. » Ému, il a alors confié prendre beaucoup de plaisir à immortaliser ses amis poilus : « La dernière photo que j’ai prise, c’est mon chien Voyou et mon chat Poupouss, sur un canapé, chez moi, à la campagne. Je l’ai envoyée à mon vétérinaire qui était fou de joie ! »

Comme nous au moment d’apprendre que, malgré le poids des ans, Alain Delon reste ce qu’il est depuis bientôt soixante ans : immortel.

Benoît Franquebalme

À découvrir