France Dimanche > Actualités > Alain Delon : Une nouvelle attaque !

Actualités

Alain Delon : Une nouvelle attaque !

Publié le 2 décembre 2019

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Alain Delon

Les temps sont durs pour Alain Delon qui, de plus en plus affaiblie, vient de subir un mauvais coup du sort.

Il semblait de nouveau sur pied après avoir été victime d’un terrible accident cardiovasculaire suivi, quelques semaines plus tard, d’une hémorragie cérébrale, en plein cœur de l’été… Hospitalisé depuis le 31 juillet à la clinique de Genolier, en Suisse, où sa fille Anouchka qu’il aime tant a élu domicile, Alain Delon était, selon nos confrères d’Ici Paris, revenu il y a peu dans sa propriété de Douchy, dans le Loiret. Au sein du cocon rassurant de sa grande maison, hantée par les fantômes de son passé et pleine des souvenirs chers à son cœur, après quatre mois d’exil de l’autre côté des Alpes, à proximité du lac Léman, l’acteur avait retrouvé les siens et, bien sûr, ses chiens… Installé dans une chambre médicalisée, condition sine qua non pour quitter sa luxueuse institution helvétique, le Guépard avait peu à peu repris des forces et paraissait enfin sorti d’affaires.

Seulement voilà, à 84 ans – il les a fêtés le 8 novembre –, le monstre sacré du cinéma n’en a décidément pas fini avec les malheurs et souffre de nouveaux revers de fortune. Et l’on ne peut que redouter le pire pour celui qui, en mai dernier, déclarait, les larmes aux yeux, en recevant sa Palme d’honneur au Festival de Cannes devant un parterre de stars bouleversées : « Plus qu’une fin de carrière, c’est une fin de vie. »

Car de sa campagne verdoyante où il se sentait protégé et en sécurité, Alain Delon vient de subir une nouvelle attaque. Alors que, toujours affaibli, il pensait enfin reprendre, dans les meilleures conditions possible, le cours de sa vie, le voilà atteint en plein cœur par une agression si violente qu’elle risque bien de le mettre à nouveau à terre ! Un méchant coup du sort, qui le replonge dans un lointain passé, asséné par l’un de ses pairs, une personnalité importante du métier qu’il chérit tant et qui le lui rend d’ordinaire plutôt bien…


C’était le jeudi 7 novembre, sur le plateau de BFMTV. Coline Serreau était invitée à s’exprimer sur l’affaire Adèle Haenel qui secoue actuellement la planète cinéma et interpelle, dans la lignée du mouvement #MeToo, toute la société française : la jeune comédienne accuse en effet le réalisateur Christophe Ruggia, qui l’a dirigée en 2002 dans Les Diables, leur premier film à tous les deux, « d’attouchements sexuels » et de « harcèlement » alors qu’elle avait entre 12 et 15 ans. Contre toute attente, devant les caméras de la chaîne d’infos, la réalisatrice de Trois hommes et un couffin n’a pas souhaité s’appesantir sur le drame vécu par l’actrice désormais âgée de 30 ans, préférant parler d’une autre artiste célèbre qui, il y a bien longtemps, a aussi, selon elle, été victime d’un comportement déplacé de la part d’un homme trop insistant. « Marie Laforêt, qui était une actrice merveilleuse, la première chose qu’Alain Delon lui dit quand il la rencontre dans un ascenseur, c’est : “Tu veux que je te saute ?” C’est quoi, ça ? » Et d’ajouter, ulcérée : « On fait quand même, à Cannes, une rétrospective très respectueuse et élogieuse de ce type ! »

Comme nous l’avait expliqué en 2017 Alain Wodrascka, le biographe de « la fille aux yeux d’or », qui nous a quittés le 2 novembre dernier à l’âge de 80 ans, le tournage de Plein Soleil, en 1959, avait été terriblement douloureux et difficile pour elle : « Maurice Ronet et Alain Delon la snobaient, et Romy Schneider se moquait d’elle quand elle rejoignait son fiancé sur le tournage. » Longtemps, selon l’auteur de Marie Laforêt, la femme aux cent visages (paru en 1999 aux éditions L’Étoile du Sud), l’interprète de Viens sur la montagne en avait voulu à l’acteur qui l’avait humiliée.

Pour en revenir au témoignage de la cinéaste sur BFMTV, celui-ci ne s’arrête pas là… En effet, très remontée contre l’icône du grand écran, Coline Serreau continue à s’emporter, lâchant : « On sait qu’il l’a dit, qu’il s’est vanté de battre beaucoup de femmes ! » Une accusation terrible contre celui qui a tant aimé les plus belles d’entre elles, comme Romy, Mireille ou Rosalie ! Rosalie Van Breemen, qui a partagé quinze années de sa vie avec le héros du Samouraï, avait d’ailleurs raconté en 2011, sur la chaîne de télévision allemande SWR, combien durant tout ce temps l’acteur lui avait fait vivre un enfer…

C’est en 1987, sur le tournage du clip de sa chanson Comme au cinéma, que Delon rencontre cette jolie Hollandaise, alors âgée de 21 ans, et en tombe amoureux fou. Si celle qui a trente et un ans de moins que le grand acteur croit aux contes de fées, elle va, hélas, rapidement déchanter : « Je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait. D’ailleurs nous avons très vite commencé à nous disputer », explique l’ancien mannequin. Malgré la naissance d’Anouchka en 1990, puis d’Alain-Fabien en 1994, le couple se met en effet à battre de l’aile.

Les éclats de voix retentissent de plus en plus souvent dans la demeure de Douchy, les prises de bec et les scènes de ménage se multiplient, redoublant de violence – allez savoir pourquoi – au moment des repas : « L’avantage, c’est que j’ai développé avec lui de bons réflexes, devenant souple pour éviter la faïence de Gien ! » racontait encore Rosalie, avec humour, à la télé allemande. Malgré ce traitement insupportable, la mère de deux enfants ne parvient pas à quitter cet homme qui l’aime si passionnément, si douloureusement, qu’il va jusqu’à la supplier de le laisser et de partir. Jusqu’au jour où en 2001, vers Noël, la belle jeune femme comprend qu’elle ne sortira pas indemne de cette relation toxique et décide de rompre définitivement : « Ou je mourais ou je quittais Alain, a-t-elle encore expliqué. […] J’ai mis mes enfants dans la voiture et je suis partie pour ne plus jamais revenir. »

Aujourd’hui, le Guépard est un homme blessé, meurtri, accablé de douleur, et il a sans doute déjà payé un lourd tribut pour ses erreurs passées…

Clara MARGAUX

À découvrir