France Dimanche > Actualités > Alain Duhamel : Sa tombe est déjà creusée !

Actualités

Alain Duhamel : Sa tombe est déjà creusée !

Publié le 27 juin 2022

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

C'est dans un petit village cévenol que le célèbre éditorialiste politique souhaite être enterré auprès de sa… France.

Sur nos petits écrans, on le connaît depuis toujours. Au moindre débat politique, il intervient de ce regard bleu acéré qui impressionne. Avec son air à la JR de Dallas, il a su imposer avec une certaine prestance, toujours contenue, ses fines analyses politiques au fil des septennats, puis des quinquennats.

Aujourd'hui Face à Duhamel sur BFM TV est l'un des rendez-vous majeurs du grand public. Sur la même chaîne, officie également – et dans le même domaine – Benjamin, son neveu. À 26 ans, ce dernier est le fils de Patrice Duhamel (ancien directeur général de France Télévisions) et de la journaliste Nathalie Saint-Cricq. La politique, une vraie histoire de famille !

Il voudrait partir “dans pas trop longtemps”.

Soulignons que ces Duhamel-là n'ont aucun rapport avec Olivier, dénoncé par Camille Kouchner dans son livre La Familia grande. Non, chez ces Duhamel-là, on poursuit ses études, on se passionne pour les faits et gestes politiques et… on ne s'épanche pas sur sa vie privée. Ou si peu.

D'où l'étonnement en découvrant cette rare interview confiée au journal Le Parisien où Alain Duhamel avoue vouloir partir « dans pas trop longtemps », souhaitant une mort « honorable ».

Sa tombe serait même déjà creusée « dans un petit village cévenol, en pleine terre camisarde » et plus précisément, d'après nos confrères de Grand Sud Insolite, dans le cimetière d'une petite commune du Gard, près du temple de Monoblet, là où France et lui se sont mariés, le 1er juillet 1967.

Un lieu de paix où il aimerait reposer en compagnie de celle qui est la femme de sa vie… depuis bientôt cinquante-cinq ans. Une ancienne professeure agrégée de musique et cheffe d'orchestre qui a su apporter un grain de fantaisie artistique dans le quotidien du doctoral politologue.

Celle-ci se rappelle : « Mon père m'avait dit : “Il faudra que tu sois le fou du roi”. » Bien vu ! Ce rôle, elle l'assume toujours aujourd'hui, en cette période bénie, entre gâteau d'anniversaire et… prochaines élections législatives. 

BN

À découvrir