France Dimanche > Actualités > Albert de Monaco : Il met sa vie en danger pour la planète !

Actualités

Albert de Monaco : Il met sa vie en danger pour la planète !

Publié le 29 août 2018

Pour sauver les océans, Albert de Monaco n’a pas hésité à se confronter à une espèce extrêmement dangereuse : les requins…

« Les plus grands maux dont souffrent les océans sont le résultat de notre ignorance », clamait Albert II lors d’une conférence de presse au siège des nations Unies à New York en 2017…  

Aux mots, Albert de Monaco a joint les actes. Depuis quelques temps, le quatorzième prince de la principauté monégasque s’est engagé dans un combat titanesque : sauver les océans.

Pour parvenir à ses fins, le mari de Charlene Wittstock ne lésine par sur les moyens. En mars dernier, l’homme de 60 ans a mis a disposition de la communauté scientifique le « Yersin ». Affrété pour le programme des explorations de Monaco, ce navire a pour objectif de recueillir des éléments concrets capables de sensibiliser le public aux menaces qui pèsent sur les océans. 

Non content de donner son argent et son temps à cette cause, Albert de Monaco n’hésite pas à mouiller le maillot - quitter à mettre sa vie en danger...

En mars 2018, le père d’Alexandre, Gabriella, Jacques et Jazmin a participé à une mission très périlleuse aux larges des côtés de l’île de Malpelo, située à 500km de la Colombie… 

En collaboration avec les chercheurs, le souverain s’est enfoncé dans les profondeurs de l’océan pour se retrouver nez à nez – et volontairement - avec l’un des plus grands prédateurs de notre époque : le requin-marteau, une espèce de squales qui, en plus de pouvoir atteindre jusqu’à six mètres de long, est dotée d’une vision panoramique qui lui permet de repérer facilement ses prochaines victimes…


Malgré l’inquiétude qu’ont pu ressentir ses quatre enfants, c’est en connaissance de cause que cet homme de conviction est parti à la rencontre de cette dangereuse espèce… Son objectif ? Les « taguer » - c’est-à-dire leur installer une balise permettant aux chercheurs de mieux connaître les déplacements de ces prédateurs pour se nourrir et se reproduire - mais également leur ponctionner un bout de chair afin de récupérer leur ADN. « Sous l’eau, on voit vraiment l’importance de ces aires marines protégées qui permettent aux écosystèmes de se reconstituer », confiait-il après une excursion.

Pour la famille monégasque, cet engagement ne date pas d’hier… L’arrière-arrière-arrière grand père d’Albert II, Albert Ier, est en effet considéré comme étant le père de l’océanographie moderne. Il est à l’origine de l’ouverture du célèbre musée d’océanographie de Monaco. Toute sa vie, il a œuvré pour mieux comprendre les océans afin de mieux les protéger. Un engagement qui lui vaut le titre de « prince navigateur ». 

Plus que jamais, Albert II se montre digne de l’héritage familial qui est le sien : «  En lançant ces explorations de Monaco cent ans après lui, je suis conscient que je suis en partie ses traces », a-t-il confié. 

Estelle LAURE

À découvrir

Sur le même thème