France Dimanche > Actualités > Albert : Son bouleversant sacrifice !

Actualités

Albert : Son bouleversant sacrifice !

Publié le 8 mai 2020

.photos:bestimage

Face à la crise sanitaire qui sévit sur le Rocher comme dans le reste du monde, Albert a fait un geste magnifique.

Face aux conséquences de l'épidémie de Covid-19 – qu'il a vécues dans sa chair –, le souverain sait quelle attitude adopter.

Le coronavirus, qui a plongé notre planète dans une crise sanitaire sans précédent, n'épargne personne : que l'on soit riche ou pauvre, dirigeant d'un grand pays industrialisé ou simple ouvrier d'une île du bout du monde, le terrible Covid-19 s'attaque à tous les êtres humains d'âge adulte sans grande discrimination…


Avant le Premier ministre britannique Boris Johnson, hospitalisé dans un état grave en soins intensifs le 6 avril, puis finalement guéri, l'on apprenait avec inquiétude, le 19 mars dernier, qu'Albert II de Monaco avait été l'un des premiers gouvernants infectés par ce fléau et mis en quarantaine. Les sujets de la petite principauté, sous le choc, espéraient que le souverain de leur cher Rocher se sortirait bientôt de cette mauvaise passe et reprendrait vite sa place à la tête de son petit territoire méditerranéen. Un vœu par chance exaucé quinze jours plus tard, puisque le palais princier, dans un communiqué officiel, annonçait le 31 mars qu'Albert avait recouvré la santé et pourrait bientôt rejoindre sa chère épouse, Charlène, et leurs jumeaux âgés de 5 ans, Jacques et Gabriella, confinés dans leur propriété de Roc-Agel, un domaine magnifique situé sur les hauteurs de Monaco…

Mais pour le fils de Grace Kelly, si heureux de pouvoir enfin se rapprocher de sa femme et de ses chers petits, le bonheur a été de courte durée car tristement assombri par le fait de devoir faire, pour le bien de tous, un énorme sacrifice ! Un dévouement que de nombreuses nations ont dû également accomplir…

Tout en continuant de faire le maximum pour soigner leurs malades, mais aussi, hélas, de pleurer leurs morts, bien des pays ont dû vite songer aux moyens les plus adaptés de sauver leur économie mise à mal par cet arrêt brutal de toutes les activités humaines. Et cette réflexion en a mené certains à faire d'inestimables dons… En Bulgarie par exemple, les ministres et les députés ont pris, le 1er avril, l'initiative de se délester de leur salaire pour soutenir financièrement les dépenses de santé dans la lutte contre la pandémie, et ce jusqu'à la levée des mesures de confinement, chez eux pour l'instant fixée au 13 mai.

Même initiative au Maroc et en Algérie, les membres du gouvernement et les élus de ces pays versent un mois de leur salaire à des fonds dédiés à la gestion de la pandémie. Au Ghana, c'est le président lui-même, Nana Akufo-Addo, qui a offert ses émoluments d'avril, mai et juin pour créer le capital de départ du fonds Covid-19 mis en place pour aider les victimes de l'épidémie les plus vulnérables dans son pays.

Autre initiative originale, celle du premier ministre par intérim de la république d'Irlande, Leo Varadkar, médecin généraliste de formation, qui s'est porté volontaire pour renforcer les rangs du service public… Ainsi le chef du gouvernement irlandais dispense, une fois par semaine, des consultations téléphoniques pour les personnes qui présentent des symptômes de la maladie.

Pourrait-on ainsi imaginer notre ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, neurologue de formation, prenant les appels inquiets des patients français entre deux conseils à l'Élysée ?

En tout cas, ces mains tendues de gouvernants recueillent, sinon l'admiration de leurs citoyens, du moins une grande reconnaissance de leur part et leur donnent l'impression de ne pas être abandonnés…

À l'instar de ces gestes qui soulagent, de ces aides permettant aux peuples de se sentir épaulés face à la catastrophe, Albert II de Monaco a de son côté décidé de mettre la main au porte-monnaie !

Le chef de la maison Grimaldi a en effet pris les mesures qui s'imposent, dussent-elles lui être préjudiciables, afin de pallier les retombées catastrophiques de ces quelques mois d'arrêt total de l'économie de la principauté : « La gravité de la situation impose une gestion financière rigoureuse aux fins d'une diminution globale des dépenses de l'État », a indiqué un communiqué officiel le 21 avril.

Des efforts auxquels le prince Albert II de Monaco a voulu s'associer en diminuant de 40 % le budget de fonctionnement du palais princier ! Un sacrifice de 5 millions d'euros pour la dotation du prince, qui passera donc pour l'année 2020 de 13,2 millions à 8 millions.

Une première pour les membres du clan qui va, sans nul doute, rassurer les sujets de la principauté, par ailleurs très peu touchés pour l'instant par l'épidémie, puisqu'ils n'ont eu à déplorer que trois décès liés au coronavirus…

Clara MARGAUX

À découvrir