France Dimanche > Actualités > Alessandra Sublet : Une rupture tout en douceur !

Actualités

Alessandra Sublet : Une rupture tout en douceur !

Publié le 5 décembre 2018

sublet-a-20181128

Si Alessandra Sublet et son mari Clément se séparent, ils font tout pour préserver leurs enfants.

Depuis la rentrée, la belle brune qui remplace Nikos Aliagas dans C’est Canteloup, sur TF1, comme faire-valoir de l’humoriste, ponctue chaque pitrerie de son complice de son tonitruant et légendaire fou rire. Face aux caméras, rien ne semble avoir changé pour Alessandra Sublet, dont la bonne humeur contagieuse continue d’entraîner les spectateurs sur le plateau de l’émission. Et pourtant, il y a fort à parier qu’une fois les projecteurs éteints, l’animatrice doit sans doute afficher une mine plus sombre, car la période qu’elle traverse n’incite pas à rigoler.

La jeune femme et son mari, Clément Miserez, père de ses deux enfants, sa fille Charlie (6 ans) et son fils Alphonse (4 ans), viennent en effet d’annoncer officiellement leur rupture, après sept ans d’un amour sans nuage. Du moins le croyait-on…

C’est lui qui a confirmé la triste nouvelle, en termes laconiques, dans les colonnes de Gala. Autant dire que bon nombre de ceux qui avaient assisté à leurs noces, célébrées en grande pompe au sommet du Grand Canyon en 2012, sont tombés de haut. Pour beaucoup, le duo formé par Alessandra et le patron de Radar Films, qui avait, entre autres, produit la nouvelle version de Belle et Sébastien et repris en mains la carrière au cinéma de Mylène Farmer avec le film d’horreur Ghostland, était inséparable. L’animatrice ne tarissait d’ailleurs pas d’éloges au sujet de celui qui faisait battre son cœur et savait toujours se montrer présent en cas de coup dur. Notamment quand la femme de sa vie avait craqué après la naissance de leur aînée.


Pendant cette période douloureuse, qu’elle avait par la suite relatée dans son livre T’as le blues, baby ?, paru en 2013 chez Flammarion, cette mère en souffrance savait pouvoir toujours se reposer contre sa solide épaule : « Quand j’ai eu mon burn-out, confiait-elle dans Paris Match, Clément n’a pas flanché une seconde. Les jours où j’étais hors circuit, il s’occupait entièrement de Charlie. Clément, c’est un roc. » Et dans Télé 7 Jours, elle lui rendait un hommage très appuyé : « J’ai la chance d’avoir un mari génial. »

Hélas, même les roches les plus solides finissent par s’effriter, s’éroder avec le temps qui passe. Petit à petit, l’amour fou s’assagit, la tendresse gagne sur la sensualité, et, au fil des mois, sans même que l’on s’en rende compte, l’amant devient le meilleur ami, le confident.

C’est selon toute vraisemblance ce qui s’est passé au sein du couple que formaient Alessandra et Clément. Sans querelles ponctuées d’insultes et d’éclats de voix, ils se sont éloignés sans jamais non plus se perdre de vue, se rendant compte qu’ils étaient devenus les meilleurs amis du monde, unis par leur amour pour leur progéniture.

Mais l’étincelle de la passion ne brillait plus comme avant chaque fois qu’ils se regardaient. Certains auraient pu se contenter de cette relation apaisée, de cette bienveillance commune. Pas eux… Selon le magazine Closer, ils vivaient déjà séparés depuis deux mois, Alessandra ayant emménagé dans un appartement à Paris. Du coup, la suite paraissait presque inévitable. Tous deux conscients qu’il valait mieux se quitter sans attendre que les années teintent leur tendresse commune d’une nuance d’amertume, ils ont choisi de sauter le pas. Un choix guidé par leur désir de ne pas faire de leurs enfants les victimes collatérales de leur désamour. Car Charlie et Alphonse restent leur priorité absolue.

Pas question pour eux de finir comme ces divorcés qui se déchirent, se donnent en spectacle devant leurs gamins impuissants, quand ils ne les prennent pas en otages pour faire souffrir l’autre, hier encore adulé mais aujourd’hui honni. Non, Alessandra et Clément, en parents responsables, veulent rester en harmonie, jouer chacun de leur côté une partition sans fausse note de La mélodie du bonheur pour préserver leurs petits. Aucun des deux ne veut risquer de les perturber davantage, de bousculer leurs habitudes, sachant qu’une rupture, même à l’amiable, reste malgré tout éprouvante pour un enfant. 

Aussi, malgré le divorce, ils font tout pour rester unis. Preuve en est, ils comptent bien passer les fêtes de fin d’année en famille sur l’île de Saint-Barth. Là où vivent les parents de la jeune femme, mais surtout là où ils s’étaient rencontrés en 2011, sur une plage de carte postale…

Claude LEBLANC

À découvrir