France Dimanche > Actualités > Alex Jaffray : “William Leymergie aimait se moquer de mon look !”

Actualités

Alex Jaffray : “William Leymergie aimait se moquer de mon look !”

Publié le 21 mars 2019

Fort du succès de ses chroniques dans “Télématin”, Alex Jaffray se lance sur scène.

Vous aimez ses chroniques musicales dans Télématin. Vous l’apprécierez encore plus en allant l’applaudir dans Le son d’Alex, un stand-up original où il décortique la musique sous toutes ses coutures. Un spectacle aussi amusant qu’instructif dans lequel Alex Jaffray, 51 ans, nous livre de multiples anecdotes.

France Dimanche : De quand date votre passion pour la musique  ?
Alex Jaffray :
Tout petit, chez mes grands-parents, je me souviens qu’il y avait trois vinyles. Les pochettes m’avaient marqué. Sur la première, il y avait un gros monsieur avec une grosse perruque. J’ai appris plus tard qu’il s’agissait de Jean-Sébastien Bach. Le deuxième, c’était un disque de bruits de machines à vapeur. Mon grand-père était cheminot et adorait l’écouter. Et le troisième compilait des œuvres d’Ennio Morricone [qui a composé la musique de nombreux films de Sergio Leone, ndlr]. Voilà pourquoi j’ai toujours été fasciné par la musique à l’image. Et que j’ai moi-même composé bien plus tard plusieurs bandes originales [entre autres Francorusse, avec Mathilde Seigner, ou Le monde de Marty, avec Michel Serrault, il a aussi supervisé la musique de L’arnacœur. J’ai aussi écrit des musiques de pub ou des génériques de programmes télé [dont Scènes de ménages, ndlr].

FD : N’avez-vous jamais voulu devenir une star de la chanson  ?
AJ : J’ai commencé le piano à 6 ans, puis quand j’étais ado, avec des copains, j’étais le batteur d’un groupe, Les Zool. En fait, je touche un peu à tout, mais mon objectif n’a jamais été de faire carrière sur scène. Comme un gamin qui joue au football le dimanche avec des potes sans pour autant être en club. Bref, ça ne me dérange pas de rester dans l’ombre.

FD : Quels souvenirs gardez-vous de vos années au côté de William Leymergie dans Télématin  ?
AJ : Après avoir fait mes armes sur MCM, puis la Cinq [qui deviendra France 5, ndlr], j’ai eu la chance d’intégrer l’équipe de William. On a bien rigolé ensemble. On continue d’ailleurs à se voir. Ça nous arrive d’aller à des concerts. Nous avons dernièrement écouté Ennio Morricone à Bercy. C’était fabuleux !

FD : Continue-t-il à se moquer de votre coiffure ?
AJ : Il aimait plaisanter sur mon look, avec mon bouc et mes cheveux mal peignés. Tout a démarré le jour où Jacques Dutronc a dit de moi que j’avais une tête de chevalier félon. Ça a beaucoup fait rire William qui ne m’a plus lâché avec ça.

FD : Prenez-vous toujours autant de plaisir à faire vos deux chroniques hebdomadaires, au bout de quinze ans  ?
AJ : Bien sûr. À tel point que j’ai eu l’idée de les adapter sur scène. L’avantage, c’est que je peux entendre les gens se marrer en écoutant mes vannes.

* Après le Réservoir, Alex Jaffray part en tournée dans toute la France. Pour plus d’infos :

Kimaimemesuive.fr

Philippe CALLEWAERT

À découvrir