France Dimanche > Actualités > Alizé Cornet : “Mon roman est un cadeau à ma mère”

Actualités

Alizé Cornet : “Mon roman est un cadeau à ma mère”

Publié le 15 juin 2022

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

La joueuse de tennis numéro 1 française se lance dans l'écriture, avec un premier roman très personnel en hommage aux femmes de sa famille.

France Dimanche : De quoi parle votre roman ?

Alizé Cornet : C'est une saga familiale qui retrace la vie de trois héroïnes. C'est inspiré de l'histoire de ma mère, de ma grand-mère et de ma tante. Elles ont surmonté des épreuves avec énormément de courage et de résilience et en sont ressorties plus fortes.

FD : Pourquoi écrire sur votre famille ?

AC : À force d'entendre ma maman me raconter des anecdotes sur sa famille, je me suis fait la réflexion que sa vie avait tout ce qu'on demande à un roman : des rebondissements, de l'émotion, de l'amour… et j'ai voulu lui offrir ce roman en cadeau de Noël. L'écriture est venue assez naturellement, avec beaucoup d'amour. Au départ, seule ma mère devait le lire…

FD : Que pense-t-elle de votre livre ?

AC : Elle est super fière et très émue. Elle l'a déjà lu 6 ou 7 fois ! Elle n'est peut-être pas objective mais elle estime que c'est le meilleur livre qu'elle ait lu. Elle a trouvé que le roman était le parfait équilibre entre la vérité et mon imagination. réelle. Ce qu'elles ont traversé, comme l'alcoolisme de mon grand-père, les violences domestiques et le départ de Jeanne en préventorium sont fidèles. Mais de nombreux passages sont fictifs. Je ne voulais pas faire un témoignage, je voulais vraiment que ce soit un roman. C'est fantastique de pouvoir s'exprimer aussi librement !

FD : Vous avez toujours voulu écrire ?

AC : J'ai toujours beaucoup écrit dans des carnets. L'écriture est un mode d'expression très fort chez moi, presque thérapeutique. Si je ne couche pas sur le papier ce qui ne va pas dans ma vie je n'arrive pas à l'évacuer. Mes carnets sont pour moi un moyen d'aller bien.

FD : Comment conciliez-vous tennis et écriture ?

AC : Le tennis me prend énormément de temps, mais comme je fais presque deux fois le tour du monde par an, j'écris beaucoup dans les avions. Sur de longs vols, je peux écrire 4 à 5 heures d'affilée. Et j'optimise au mieux mes temps libres.

FD : Vous avez envie d'écrire un deuxième roman ?

AC : Il est déjà écrit ! Dans celui-là, j'ai vraiment voulu mettre un peu plus de moi - même et de ma propre expérience.

À découvrir