France Dimanche > Actualités > Amanda Lear : Sa maison en viager !

Actualités

Amanda Lear : Sa maison en viager !

Publié le 19 septembre 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Victime de graves problèmes financiers, la diva Amanda Lear veut vendre le mas provençal où elle réside à l'année

Jugez plutôt. Avec sa situation idyllique dans le parc régional des Alpilles, à Saint-Rémy-de-Provence, la maison avec piscine d'Amanda Lear, nichée en plein cœur du village et entourée d'un jardin très arboré, a en effet tout pour faire rêver. Sans parler de la surface habitable très conséquente…


Avec de tels arguments, celle qui fut la muse de Salvador Dalí ne devrait pas avoir besoin des conseils de Stéphane Plaza, l'agent immobilier de M6, pour trouver preneur.

Mais pourquoi diable la star souhaite-elle se séparer de ce mas féerique où elle réside à l'année ? Tout simplement pour des questions d'argent qui l'obligent à continuer à travailler pour faire tourner cette belle demeure qui lui coûte les yeux de la tête.

Hélas, l'artiste, qui se consacre de plus en plus à la peinture, est aux prises avec de telles diffi cultés fi nancières qu'elle peine encore, malgré tous ses efforts, à se maintenir à flot !

Comme elle le dit : « Cette vieille baraque coûte cher », très cher même, au point que tous ces proches la conjurent de s'en séparer. « Tout mon pognon y passe, mes amis me disent que c'est trop grand, que je devrais vendre. Mais je veux mourir ici », vient-t-elle d'affi rmer au Parisien. Avant d'ajouter, songeuse : « Au pire, je la mettrai en viager. »

Seul problème, Amanda souhaite que ses cendres soient enterrées ici. Si certes le viager se révèle une bonne piste pour compléter les revenus des personnes âgées, cette forme de vente immobilière impose aussi quelques contraintes qui risquent de sacrément contrarier Amanda. Car en viager, cette maison qu'elle a achetée dans les années 80 et qu'elle chérit tant, ne lui appartiendra plus !

Oui, l'acheteur lui versera une rente à vie, accompagnée, comme cela se fait en général, d'un capital appelé « le bouquet », mais, en contrepartie, il deviendra propriétaire. Pas sûr, du coup, qu'il accepte que l'urne funéraire de la diva soit enfouie sous les oliviers.

Plus question également pour elle, même si elle garde le droit d'occuper le logement aussi longtemps qu'elle le souhaite, d'envisager de le louer lorsqu'elle se trouve à Paris pour des raisons professionnelles.

Et si Amanda prévoit de faire des travaux, elle devra négocier avec le nouveau maître des lieux et se soumettre à ses visites. Pour elle, qui aime plus que tout jouir en paix de cet éden où elle peut redevenir elle-même loin des tapis rouges, la pilule risque d'avoir bien du mal à passer.

Valérie EDMOND

À découvrir

Sur le même thème