France Dimanche > Actualités > André Boudou : Convoqué au tribunal !

Actualités

André Boudou : Convoqué au tribunal !

Publié le 23 août 2019

On ne se refait pas! Réputé pour avoir le sang chaud, André Boudou a encore fait des siennes. Accusé d’agression, il va devoir une nouvelle fois s’expliquer devant la justice.

Le 20 mars dernier, André Boudou, qui réside le plus clair de son temps à Miami, s’offre une virée en bateau à Saint-Barth. Comme toujours, il se laisse vite griser par la vitesse et dépasse les limites autorisées. 

Ce jour-là, il ne boude pas son plaisir. Les conditions climatiques sont idéales – le soleil est au zénith et le vent quasi inexistant –, et sur le lagon teinté de turquoise, aussi calme qu’un lac, il se sent un peu le roi du monde. Une sorte de Robinson de luxe que rien n’arrête, pas même les lois… Mais à cette vitesse-là, le réservoir est rapidement à sec. Pas grave, André met le cap à fond les ballons sur la station essence de Sandy Ground, à l’ouest de l’île, afin d’y faire le plein. Toujours aussi frondeur, il déboule vers le rivage à toute allure sans se soucier du danger potentiel. Une attitude peu adéquate sous la nonchalance légendaire des Caraïbes.


Sans se douter que ce serait à ses risques et périls, un pêcheur du coin qui attendait son tour à la pompe se permet de lui faire remarquer qu’il y a ici des règles de navigation à respecter et somme l’ex-beau-père de Johnny Hallyday de réduire sa vitesse. Une remarque qui n’a pas plu, mais alors pas du tout à Dédou, comme on l’appelle à Marseillan, son village natal de l’Hérault. 

Bouillonnant, incapable de se contenir, l’ancien rugbyman aurait sauté sur le pauvre homme de 70 ans, lui assénant plusieurs coups de poing au visage. La victime en piteux état après cette agression sauvage aurait même perdu plusieurs dents. C’est dire la violence de l’attaque. À 67 ans, l’homme d’affaires n’a visiblement rien perdu de son agressivité. Déjà dans sa jeunesse, son caractère volcanique allié à de solides aptitudes sportives le rangeait dans le camp des bagarreurs. Dans les années 70, son physique de déménageur lui avait même valu de jouer dans l’équipe de rugby de l’AS Béziers comme remplaçant du demi de mêlée Richard Astre. Le sport se jouait toujours en amateur mais Béziers ne laissait rien au hasard : les joueurs effectuaient trois entraînements par semaine. André ne manquait jamais à l’appel. L’ovalie lui servait d’exutoire et dans la mêlée, c’était le plus teigneux de tous. Gare aux assauts du bulldozer Dédou ! Pour provoquer l’adversaire, il savait y faire. Une vraie machine de guerre. Mais on aurait pu penser qu’avec l’âge, le père de Læticia aurait appris à calmer ses ardeurs. Eh bien, non ! Cette fois-ci, André n’y est pas allé de main morte, puisqu’il doit comparaître le 12 septembre à la Chambre détachée du tribunal de Saint-Martin (l’île voisine de Saint-Barth), pour violences infligées à un septuagénaire ayant entraîné une ITT (incapacité totale de travail) supérieure à huit jours.

Et ce n’est pas tout. Dédou pourrait également avoir à s’expliquer des faits de menaces proférées à l’encontre de plaisanciers toujours à Saint-Barth. Un comportement qui fait tache dans cette île de milliardaires où un certain savoir-vivre est de mise. Johnny, qui appréciait tant cet art de vivre, avait décidé d’y acquérir une villa pour y passer des vacances en toute tranquillité. Un petit paradis où il a été inhumé le 11 décembre 2017, dans le cimetière de Lorient. Læticia, inconsolable, continue de s’y rendre régulièrement. Pas sûr qu’elle approuve le comportement plus que limite de son papa, elle qui n’a pas encore réglé le différend qui l’oppose à David et à Laura concernant l’héritage de son défunt mari. Une période tendue où il conviendrait que le clan fasse profil bas. Mais ce n’est pas la première fois qu’André Boudou a affaire à la justice française. Déjà condamné à vingt-quatre mois de prison, dont six ferme, en 2007, pour fraude fiscale, abus de biens sociaux et tenue de comptabilité falsifiée, dans la gestion de sa discothèque au Cap d’Agde, l’Amnésia, avec cette agression, il risque gros. En juin, il avait également été placé en garde à vue pour soupçons de « fraude fiscale dans le cadre d’une enquête portant sur la gestion de sa discothèque ». Ça commence à faire vraiment beaucoup…

Valérie EDMOND

À découvrir